Wild Animals

Wild Animals

Titre original: 
Wild Animals
Auteur(s): 
Genre: 
Tranches de vie
Éditeur original: 
Modern Press
Éditeur français: 
Xiao Pan
Date de sortie originale: 
2004
Date de sortie en France: 
2006 (juin)
Nombre de tomes: 
2 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
2
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple + rabats
Couleur/NB: 
noir et blanc
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
230
Prix: 
8,5€
Rythme de parution: 
Terminé (édition arrêtée)

Avis

"La préface de l'auteur est très intéressante : il appelle à une vrai BD chinoise et non une pâle copie du manga. Pour cela, il faut se placer dans un axe historique, savoir d'où l'on vient et où l'on va. D'où cette histoire qui se passe pendant la "Révolution Culturelle". 

Un bon coup de crayon, mais pas à chaque case. Jolie design des personnages, le dessinateur fait bien passer les émotions, c'est bien mis en noir et blanc (je manque de vocabulaire de côté là); bref il y a un bon rendu graphique.
Pour les scènes de violence, l'auteur adapte sa mise en page à la confusion qui agite les personnages. C'est bien pensé, mais pas forcément lisible. C'est peut être ce que l'auteur vise par "indépendance du manhua des codes du manga". 

Peut-on parler de manhua psychologique ? C'est narré à la première personne. Xiao Jun se concentre principalement sur ses sentiments envers des filles bien précises qui lui tiennent à coeur (est-il amoureux ?). L'histoire reprend les problématiques propres aux autobiographies, mais je ne vous en dit pas plus... 

L'histoire un peu longuette, au bout d'un moment (la première moitié du tome 2) on se dit qu'on en a marre qu'il suce des cônes. Mais ça permet de bien saisir l'évolution, les tenants et les aboutissants des pensées de notre héros.
De par son ambiance d'époque, l'histoire n'est pas sans rappeler Chant des regrets éternels (Le), qui essayait de peindre l'image de la femme. Dans Wild Animals, c'est l'homme. Ce que je veux vous faire comprendre, c'est que je me suis reconnu dans ce personnage d'ado, qui est amoureux, qui s'exprime avec douceur au début, mais la jalousie venant, la passion se transforme en méchanceté. On voit ça tous les jours partout, des garçons qui chambrent des filles (et vice versa) alors qu'ils ne pensent qu'à les mettre dans leur lit.  

Que dire pour conclure ? Le dessin est plaisant, la psychologie est intéressante, mais l'histoire manque vraiment de punch." 

Docteur Spider, deux tomes lus, 18/06/06

 

Doc a relevé une bonne partie de ce que je pensais de ce manhua.
Avec Wild animals on a une fois de plus la preuve que les manhua n'ont rien à voir avec les mangas, tant par le style graphique mais aussi par le genre d'histoire qui mise davantage sur la psychologie que sur l'action. Ainsi, on trouve des manhua plus court mais tout aussi intéressants, voire plus.
Wild animals a un registre peu commun, l'histoire est présentée comme les mémoires du héros. Ainsi, il nous communique comment a été sa vie, ses états d'âmes durant sa jeunesse. C'est une très bonne idée car je pense que de cette façon, nous nous sentons plus proche du héros que si l'histoire avait été racontée avec le point de vue d'un narrateur omniscient et extérieur aux personnages. On pourrait presque parler d'un roman illustré tant les pensées du héros prennent le pas sur le dialogue. L'effet voulu est réussi car, même si souvent j'étais loin d'approuver les actes du protagoniste (étant une fille c'est normal que je raisonne différemment), j'ai été en mesure de le comprendre et je n'ai pu qu'être incitée à lire la suite pour suivre son évolution.
Tout passe par les yeux du héros, nous voyons chaque scène selon son point de vue. Le dessin a bien traduit ce procédé. Le meilleur exemple étant celui de la perception de Mi lan par Xiaojun. Lorsqu'il se brouille avec elle, il la trouve bien moins belle. Mi Lan est alors dessinée de sorte à ce qu'elle soit le moins mise en valeur, et même amochie. Mais rien de caricatural, tout est dessiné dans la finesse. Après, en détachant le dessin de l'histoire, on peut constater que malgré la qualité du trait, certaines cases, minoritaires, sont difficiles à comprendre.

Pour reprendre ce que je viens de dire, sans véritable intrigue ou objectif, Wild Animals ressemble à une errance à travers la vie où nous accompagnons Ma Xiaojun. C'est vrai que ce n'est pas facile de rentrer à fond dans le manhua. Les meilleures conditions seraient d'avoir pas mal de temps devant soi et de lire chaque volume d'une traite (pas forcément les deux d'une traite hein  ). C'est ce que j'ai fait et je peux vous dire que j'ai savouré ma lecture. Si on s'y prend à plusieurs fois, on a plus de mal à s'accrocher car ce n'est quand même tout à fait évident de bien rentrer dans l'ambiance, mais une fois ça roule ^^. Presque un coup de cœur.

Hanoko, deux tomes lus, le 28/12/06

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici