Chroniques de Pékin

Chroniques de Pékin

Genre: 
Récit de ville
Éditeur français: 
Xiao Pan
Date de sortie en France: 
19 juin 2008
Nombre de tomes sortis en France: 
1 (one-shot)
Nombre d'éditions en France: 
1
Couleur/NB: 
couleur
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
18 euros

Avis

"Sur une pile de bouquins depuis plusieurs mois, l'album Chroniques de Pékin attendait que je le lise. Comme il était sorti pour les J.O. c'est peut être pour ça que je n'ai pas voulu le lire immédiatement, mais une fois ceux-ci passé. Histoire de le lire avec du recul. De l'eau a coulé dans le yangtsé depuis... 

Chroniquer un recueil d'histoire n'est pas toujours un exercice facile. Faut-il donner son avis sur chaque histoire ?  

La première, concerne la relation entre un grand père et sa petite fille, qui oblige celui-ci a respecter les règles de "civilités"en vigueur pour acceuillir les "étrangers" lors des Jeux. Elle met en place un stratagème pour lui forcer la main. Même si ça reste bon enfant, ça m'a fait penser à des choses bien plus graves. Pour Durkheim, l'éducation est l'action d'une génération plus âgée sur une plus jeune. Avec la Révolution culturelle en Chine, c'était quasi l'inverse : les jeunes s'attaquaient aux "vieilleries". Ici, le fait que la jeune fille suive religieusement les recommandations des "hommes politiques" ferait presque froid dans le dos, si le dessin et le choix de couleur n'était pas aussi sympathique.  

Dans une plus large mesure, il y a en toile de fond dans tout ce recueil, un questionnement des chinois sur la mutation de leur société, et de leur rapport avec tout ce qui a trait à l'"officiel". 

L'histoire du gros pang est très belle (dans tous le sens du terme). Celle de la chorale est paradoxale, car même si celle-ci fait une chanson sur "l'essentiel est de participer" la chorale est amère d'avoir perdu la compétition. Poisson est un vrai moment de magie. Les jeunes, les migrants, les tout petits, et bien sûr des sportifs -en devenir, sur le retour- en un mot les pékinois, sont sur le devant de ce receuil. 

La dernière histoire est très intéressante : elle raconte l'histoire d'un journaliste français, qui fait des interviews à Pékin. Outre la fable sur la Chine, ces quelques pages sont graphiquement très réussies, utilisant très brillament Photoshop. 

Le receuil se poursuit avec des portraits réalisés par Song Yang, et des illustrations, notemment une de Benjamin. 

L'édition est de haute volée, avec grand format, et papier couleur qui magnifie le travail des auteurs. 

Une bonne lecture." 

Docteur Spider, 24/11/08

Voir aussi Chine, regards croisés

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici