Yangtsé sacrifié (Le)

Yangtsé sacrifié (Le)

Auteur(s): 
Pays d'origine: 
Chine
Éditeur français: 
Denoël / l'Aube
Date de sortie originale: 
1997
Date de sortie en France: 
1997 (Denoël) ; 2004 (l'Aube) ; 2007 (l'Aube poche)
Nombre de pages: 
238
Prix: 
9€

Avis

"Absolument fabuleux.
Sans conteste le plus émouvant des plaidoyers qu'il m'ait été donné de lire sur la construction du barrage des Trois-Gorges. Sans précédent en Chine.
L'histoire remonte à près de quinze ans, la narratrice - qui est l'auteure - nous fait un rapide topo sur ses intentions : profiter une toute dernière fois du paysage avant que l'eau n'engloutisse ces oeuvres millénaires et ces cultures qui seront alors perdues à jamais.
Pas de volonté d'agir pour empêcher le désastre annoncé, la bataille aurait été perdue d'avance. On nous fait comprendre rapidement que le gouvernement n'a pas fait voter la loi avec une majorité écrasante, ce qui est rare en Chine. L'opposition - ou les non votes - était présente, mais est restée calme malgré tout.
L'idée même de la construction d'un tel édifice peut sembler malsaine. Tous les changements écologiques que cela peut entraîner - a entraîné, aujourd'hui- ne peut qu'être nuisible à l'environnement. Les millions de personnes qui vont devoir être relogées, ceux qui perdront leurs terres, tout est ici décrit avec simplicité, avec l'oeil d'une Chinoise émigrée en Europe, d'une Chinoise attristée par ce que les dirigeants font subir à leur pays. 

Wei-Wei visite les villes qui longent le très long fleuve Yangtsé, en essayant d'y découvrir ce qu'elle ne pourra plus revoir. Les rencontres qu'elle fait sont enrichissantes, et elle réalise avec une certaine amertume que les populations n'ont naturellement pas été consultées avant la décision de construire le barrage des Trois-Gorges.  

Le style narratif est propre, les descriptions sont intelligentes, et le tout est accompagné de quelques croquis nous permettant de mieux situer le parcours de la narratrice à travers le Yangsté. 

Un véritable coup de coeur !" 

Mika, le 13/12/2007

 

"J'avais emprunté l'exemplaire de Mika il y a quelques temps, mais c'est la vue d'un documentaire sur deux petits frenchies qui descendaient le Yangtsé qui m'a donné envie d'enchaîner dans la foulée sur ce livre de Wei-Wei.  

Les travaux ont commencé en 1992, l'histoire du livre en 1995. L'auteure "fait ce pélerinage sur le yangtsé avant qu'il ne soit trop tard". C'est un récit de voyage, à la première personne, qui rencontre tout un tas de gens (des inconnus, des vieux, des jeunes des femmes, des hommes, des amis, des amis d'amis, et aussi des gredins). Wei Wei voyage en avion, train, bus, bateau, achète des souvenirs, fait des photos, car tout ce monde disparaîtra sous les eaux. 

Wei Wei admire la "beauté pathétique du paysage". Elle essaye de capter tout ce qui va disparaître, de façon très vivante souvent. Parfois ça tourne par contre à la liste de courses : par exemple sur le bateau jiangyo 111, elle fait de longues listes de lieux qui vont disparaître, elle fait l'histoire de chaque lieu, montrant que ça remonte à loin (-1000 avant notre ère) c'est exaspérant.  

C'est aussi l'occasion de revenir sur l'histoire du projet : 14 pages sont consacrées au pont qui relie Sun Yat Sen à Deng Xiaoping. C'est très intéressant. De nombreuses voix se sont opposées au projet. En dernière instance, les intérêts du parti, et des multinationales ont primé. 

Le récit de voyage na jamais été un genre qui m'a emballé. C'est un voyage mélancolique, des passages un peu longs à lire, mais dans l'ensemble c'est instructif. Yangtsé sacrifié est le lieu d'affrontement entre la réalité, le terrain, face à la propagande." 

Docteur Spider, lu en un jour, 07/08/09

 

Mika

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici