Ripoux à Zhengzhou

Ripoux à Zhengzhou

Titre original: 
Ruanruo
Auteur(s): 
Pays d'origine: 
Chine
Éditeur français: 
Picquier Poche
Date de sortie originale: 
2000
Date de sortie en France: 
2002 / 2004
Traduction: 
Claude Payen
Nombre de pages: 
352 / 416
Prix: 
22,50€ / 9,50€

Avis

"En feuilletant le livre comme ça, on pourrait croire qu'il y a 4-5 histoires indépendantes les unes des autres. En fait pas du tout. Ce sont cinq "enquêtes", qui permettent de voir l'évolution des personnages, et ces cinq parties sont tout à fait liées. 

J'ai mis enquête entre guillemets, car même si les deux personnages principaux sont policiers, ce n'est pas une enquête policière pour autant.
Une enquête policière, c'est : les policiers ont un problème (un meurtre, un vol etc.), ils ont le choix entre plusieurs suspects, ils interrogent et ils concluent l'affaire.
Ici les petits problèmes rencontrés ne sont que prétexte à une sociologie : nos deux policiers qui sont très modestes, vont aller à la rencontre des autres habitants de la ville, leur famille d'abord, les petites gens, les voleurs, les riches voleurs, les fonctionnaires corrompus, et tous les mécanismes qui réglementent la ville. On distingue facilement deux mondes bien distincts, une limite quasi manichéenne : celui des pauvres et celui des riches.
Leur enquête va leur permettre tout d'abord de découvrir un monde qui n'est pas le leur, et on verra qu'elle conséquence ça aura sur eux. 
Je parle de sociologie, mais avant tout ça reste une formidable histoire, vraiment bien écrite, avec du style. 

1 / Un flic au coeur tendre
Première histoire consacrée au policier Yu Fugui, c'est intéressant. 

L'argent lentement gagné se dépense lentement, l'argent rapidement gagné se dépense rapidement.

2 / Condamné à l'erreur
L'histoire d'une fille de la campagne qui arrive en ville, se fait racquetter par son mec.
Deuxième histoire, qui commence sans les inspecteurs, tout le passage sur l'amour est très bien écrit (métaphore, psychologie etc, la vertue, ville/campagne etc)
C'est pour l'inspecteur Wang Hai
L'histoire est bien. 

Un morceau de viande, qu'il sente bon ou mauvais, était quand même un morceau de viande. Un fonctionnaire, quel que soit son rang, était toujours un fonctionnaire.

3 / Corruption
Vraiment trop bien ce chapitre, les grandes lignes sont prévisibles, mais pinaise comment c'est prenant, bien écrit, et bien foutu ! 

Sur les magouilles de notes de frais au restaurant, c'est bien fort aussi =) 

"Satisfaire l'oeil tout en laissant la bite sur sa faim" Proverbe ouvrier.

4 / Faiblesses
Wang Hai
Vraiment bluffant comme chapitre, on ne s'y attend pas du tout =) 

Les temps avaient bien changés : les riches devenaient maintenant végétariens alors que les pauvres mangeaient de la viande.

5 / Qu'importe l'argent.
Enfin on a les deux inspecteurs côte-à-côte, là encore c'est super, conclue magistralement l'histoire. 

Qu'est-ce que l'homme ? C'est un baton. Qu'est-ce donc que ce baton ? C'est le chiffre 1.
Et l'argent ? L'argent c'est comme les zéros qu'on met après le chiffre 1. Plus il y a de 0 après le chiffre 1, plus l'homme est riche. Quand l'homme meurt , le chiffre 1 disparait et alors, que reste-t-il ? Des zéros ! Aussi nombreux soient-ils, ce ne sont que des zéros.

Plongez dans ce livre et vous serez immergé dans la ville de Zhengzhou." 

Docteur Spider, 18/06/05

Dans une tonalité similaire, un mélange de communisme et de son interrogation, lisez Servir le peuple
Dans la même veine, mais en moins bien Mort d'une héroïne rouge

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici