Rats de musée (Les)

Rats de musée (Les)

Titre original: 
Misulgwaneui Jwi
Auteur(s): 
Pays d'origine: 
Corée du sud
Éditeur original: 
Wisdom House Publishing
Éditeur français: 
Philippe Picquier
Date de sortie originale: 
2007
Date de sortie en France: 
2011
Nombre d'éditions en France: 
1
Traducteur: 
Lim Yeong-hee et Françoise Nagel
Nombre de pages: 
218
Prix: 
18,50€€

Avis

"Au cinéma, les coréens du sud sont passés maîtres dans l'art du thriller. Qu'en est-il dans la littérature ? Réponse avec Les rats de musée de Eun Lee.  

Dans un musée inventé par l'auteur -le Jeongno-, le directeur, Monsieur Park, se suicide, au moment du vernissage de la dernière exposition du peintre le plus représentatif de Corée : Mme Lin Yeong-Suk. Pour l'inspecteur de la police, Kim Jeong-Su, cela cache quelque chose, car un an auparavant, un peintre lié au musée avait eu un accident mortel, tandis qu'un autre avait disparu. Seule piste, le titre d'un éditorial, "Les rats du musée", écrit par M. Park avant de se donner la mort, confié à un jeune prodige du dessin, M. Kim Jun-Ki, que celui-ci a malencontreusement perdu. S'il s'agit d'un meurtre, qui est l'assassin et quel est le motif ?  

Le grand mérite de Les rats de musée, c'est qu'on rentre tout de suite dans l'histoire et qu'on ne veut pas lâcher le roman avant de connaître le fin mot de l'affaire. La dynamique du récit vient du fait que l'on alterne entre le point de vue de plusieurs "enquêteurs" : le policier, le jeune peintre et un journaliste d'art. Chacun enquête à sa façon sur des pistes différentes. Le policier sur les aspects biographiques, le peintre sur un tableau du musée, La tempête de Giorgione, le journaliste sur des rumeurs de trafic de copies de tableaux.  

Outre sa dynamique intrinsèque, l'intérêt est de nous montrer que les façons d'enquêter du policier, celle du journaliste et celle de l'historien d'art ne sont finalement pas si éloignées. Il suffit d'agir avec méthode et d'aller au fond des choses. D'autre part, l'histoire est l'occasion de porter un discours sur le statut actuel de l'art, sa marchandisation à outrance : en ce moment les prix s'envolent, sans que les acheteurs n'aient le moindre intérêt pour le contenu de l'oeuvre. Quelle honte !  

Les rats de musée est une bonne lecture. On attend d'autres oeuvres de Eun Lee !" 

Docteur Spider, 03/01/12

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici