Quand penser en Chine se disait Mao

Quand penser en Chine se disait Mao

Auteur(s): 
Pays d'origine: 
France, Chine
Genre: 
Essai
Éditeur français: 
Michel de Maule
Date de sortie en France: 
5 avril 2012
Nombre d'éditions en France: 
1
Nombre de pages: 
70
Prix: 
8€

Avis

Quand penser en Chine se disait Mao est un témoignage de Édouard Mor, ancien rédacteur en chef de Radio-France International, sur son voyage en Chine en septembre 1973, en pleine révolution culturelle. Il voit à l'oeuvre « la pensée mao zedong »  considérée par ses zélateurs comme étant une « bombe atomique morale ». Il s'agit d'une série d'anecdotes, qu'il avait laissé de côté à l'époque, qui lui sont réapparues sous un jour nouveau et signifiant avec le recul. Chaque chapitre-épisode est entrecoupé par une image et une citation (8 au total)  

L'auteur commence par nous annoncer que lorsqu'il était au lycée, le maoïsme était à la mode. Lui, il était plutôt intéressé par le duo Che-Castro. Des années plus tard, en septembre 1973, alors âgé de 28 ans, il est envoyé par l'ORTF comme journaliste en Chine populaire, à l'occasion de la venue du président Georges Pompidou. La « Grande Révolution culturelle prolétarienne » (« La révolution culturelle ») battait son plein.  

Il nous livre alors quelques scènes de son voyage à Pékin puis dans le reste du pays : une opération chirurgicale miraculeuse, alliant acuponcture et « pensée mao zedong », un voyage « encadré » par deux interprètes hors de Pékin, un exercice dans une caserne à Nankin, la tentative de dialogue avec un vieil ouvrier dessinateur à l'usine de Wuxi. Tout est fait pour que Édouard Mor ne voient que ce qu'il doit voir, n'entende que ce qu'il doit entendre. En Chine tout est en accord avec l'idéologie officielle.  

C'est, pour l'auteur, l'occasion de revenir sur le déclenchement de la Révolution Culturelle en 1966, portée par les « gardes rouges » (des collégiens, lycéens, étudiants qui ont tous les droits) qui effrayaient la population. Cette ''révolution'' est menée une fois de plus contre les intellectuels, les « révisionnistes bourgeois », les ennemis de la Chine, mais surtout ennemis de Mao. Ainsi, ce seront des millions de personnes violentées, déplacées, rééduquées, des centaines de milliers de morts. Le livre de Citations du président Mao Tsé-toung, aka Petit livre rouge, est une bible que l'on se doit de connaître par coeur. Ce sont les purges dans l'appareil (''accident d'avion'' de Lin Biao en 1971....), le rôle de la « bande des quatre » aux commandes de la Révolution Culturelle, mais aussi des souvenirs personnels comme une poignée de main avec Zhou Enlaï (ministre des affaires étrangères), ou son échange de regard avec Jiang Qing (4ème épouse de Mao).  

Quand penser en Chine se disait Mao réussi en peu de mots, à revenir sur des éléments clefs de l'Histoire de la Chine, et à nous livrer des souvenirs très personnels mais aussi très parlants sur l'ambiance de l'époque. A la fois bien écrit, le propos est illustré par des affiches de propagande qui elles aussi permettent de saisir quel était l'état d'esprit. Si vous ne disposez que d'une heure pour vous briefer sur la chine communiste, le livre d'Édouard Mor répondra à vos attentes. 

Docteur Spider, 16/05/12

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici