Mort d'une héroïne rouge

Mort d'une héroïne rouge

Titre original: 
Death of a red Heroine
Auteur(s): 
Pays d'origine: 
US
Éditeur français: 
Liana Levi / Seuil
Date de sortie originale: 
2000
Date de sortie en France: 
2001
Traducteur: 
Franchita Gonzalez Batlle
Nombre de pages: 
502
Prix: 
7,90€

Avis

"Ce n'est pas un roman policier comme les autres, parce que l'inspecteur Chen n'est pas un policier comme les autres : Il a une formation en littérature étrangère, américaine plus particulièrement, il est poète, traducteur de roman policier, et grand spécialiste de la poésie classique. Ce qui lui vaut le reproche de ses collègues : est-il trop poète pour être flic ?
A vous de juger, en tout cas, il n'hésite pas à nous faire partager ses connaissances, ainsi le texte est ponctué de poèmes qui l'aident d'une certaine façon à résoudre son enquête... ou ses problèmes sentimentaux. 

Mort d'une héroïne rouge est bien les 200 premières pages, jusqu'au moment où on sait qui est la victime et son assassin, reste plus qu'à trouver les preuves : ensuite ça patauge et on s'ennuierai presque pendant 200 pages, et finalement... La fin est assez plate (50 pages quand même). 

Mort d'une héroïne rouge a à peu prêt un intérêt pour son intrigue, mais bien plus pour son côté sociologique : en effet on entre dans les entrailles de la chine "socialiste" des années 90, c'est à dire marchant à l'économie capitaliste, tout en gardant son "étiquette" passée. On voit les répercutions de tels choix sur les petites gens, sur les policiers, et sur les dirigeants. 

Quand un homme a été mordu une fois par un serpent, il a peur toute sa vie de l'ombre d'une corde. Malheureusement le texte manque de mordant. Contrairement à Ripoux à Zhengzhou

Docteur Spider, 12/06/06

Voir aussi Meurtre et méditation un policier moine bouddhiste

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici