Interdit aux moins de 18 ans

Le contenu de cette page est à caractère érotique/pornographique/violent.

En continuant de parcourir cette page, vous garantissez que vous êtes majeur.

 

Pour masquer ce message, inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte et modifiez vos préférences dans votre profil.

Livre des Amours Galantes (le)

Livre des Amours Galantes (le)

Titre original: 
Shunjôgidan mizuagechô
Pays d'origine: 
Japon
Éditeur français: 
Philippe Picquier
Date de sortie originale: 
1836
Date de sortie en France: 
2000
Traduction: 
Elisabeth Suetsugu
Nombre de pages: 
132
Prix: 
5,50€

Avis

Voici venir ma première fiche résumant un livre d'origine nippone. Et quel livre que voici ! Un véritable carnet érotique du milieu du XIXème siècle, que la censure de l'époque a condamné. L'auteur fut même condamné pour atteinte à la morale publique...
Le livre est divisé en carnets eux-mêmes divisés en sous-parties. L'auteur/narrateur y dépeint des scènes érotiques dont il semble avoir été témoin ou acteur. L'ensemble, les lieux et les personnages, sont très bien décrits et détaillés, l'édition ayant même apporté quelques notes pour situer au mieux l'histoire. C'est assez bien écrit même si je trouve certaines transitions floues. En effet, certaines scènes de sexe débutent sans qu'on s'en rende réellement compte, juste aiguillée par un dialogue plus ou moins explicite. A ce propos, certaines phrases sont cocasses de vulgarité. ça dénote totalement avec la poésie dans la description des scènes érotiques. L'auteur a su choisir les mots qui font mouche sans tomber dans le graveleux. De plus, on ne ressent presque pas les affres du temps, presque deux siècles séparant l'écriture de ma lecture de l'oeuvre. Ce qui est sympa, c'est d'avoir un aperçu moins idyllique des moeurs de l'époque. Oui, les japonais font l'amour, et pas de la manière plus "catholique" qui soit. Ainsi, on croise courtisanes et clients attitrés, maîtres et servantes s'adonnant aux plaisirs de la chair, mari et femme s'amusant tandis que leurs domestiques les épient... Bref, ça change du côté bucolique qu'on tente de nous faire avaler avec la morale et la censure...
Les illustrations qui accompagnent efficacement le récit sont plutôt belles. Bon, après, c'est de l'estampe érotique, limite pornographique, avec gros plein sur les bêtes, d'ailleurs relativement exagérées. On comprend maintenant pourquoi ce genre de proportions est récurrente dans les hentai actuels... Cependant, ça reste appréciable et colle parfaitement aux descriptions écrites.
Notons enfin que le fil de trame sous-jacente aux carnets est une histoire d'accaparement de biens précieux. On a ainsi droit à une immersion dans un complot purement vénal, avec des personnages plus ou moins machiavéliques.  

Voilà, en bref, un livre érotique servi avec des estampes léchées (sans mauvais jeu de mots). A réserver cependant aux plus grands." 

Dragon de Givre, le 20/06/09, livre lu presque entièrement.

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici