Librarie Tanabe (La)

Librarie Tanabe (La)

Titre original: 
Sabishi Karyudo
Auteur(s): 
Pays d'origine: 
Japon
Éditeur français: 
Philippe Picquier
Date de sortie originale: 
1993
Date de sortie en France: 
1995 / 1999
Nombre d'éditions en France: 
2
Traducteur: 
Annick Laurent
Nombre de pages: 
222
Prix: 
7,50€

Avis

"La librairie Tanabe fait parti de ses bouquins que j'avais remarqué dans le catalogue Picquier et que je tenais absolument à lire. Première surprise en ayant le livre entre les mains, il ne s'agit pas d'une enquête mais récits policiers (on remarquera le pluriel). Ok pourquoi pas.  

Chaque histoire fait une quarantaine de pages, ça se lit donc très facilement. En quelques heures c'était fini. On regrettera que ce soit aussi court. Une seule histoire de 400 pages ça aurait été super, mais même avec le style récitS, encore plus d'histoires n'aurait pas fait de mal. 

Ce qui m'avait intéressée dans la description, c'est le fait que ce soit des libraires qui mènent l'enquête, je me suis dit que ça changerait. Pour être franc, on ne retrouve pas vraiment cette "grande perspicacité" et cette "solide culture" de la part de notre duo. Je m'attendais à une plongée dans la littérature japonaise, en fait c'est des petits livres inventés par l'auteur (apparemment). Si mes souvenirs sont bons, il n'est même pas question de livres dans la première histoire. L'intérêt cependant, c'est d'avoir une histoire dans l'histoire, car à chaque fois quelques pages sont consacrées au résumé du livre qui est la clef de l'enquête. Par exemple j'ai particulièrement bien aimé "Le clairon menteur" qui est un conte pour enfant, mais sombre (ça m'a rappelé Le monstre sans nom, avis aux connaisseurs). 

Les enquêtes en elle-même ne sont pas elles non plus supers palpitantes. On reste dans les schémas classiques : vengeance, argent etc sont les principaux motifs. Ca reste intéressant cependant, comme pour l'histoire de l'enfant battu, on se fait bien balader, et comme d'habitude dans les romans policiers les apparences sont trompeuses. Il y a donc des enquêtes un peu plus "anecdotiques", et, moins elles pourraient être menées par des policiers, plus elles ont d'intérêt pour nous qui cherchons dans ce livre quelque chose de rafraîchissant : les trois premières histoires tiennent donc à peu prêt leur promesse.
Juste encore une ligne de points pas très positifs : les noms choisis pour les personnages. Là ça n'a rien à voir avec l'auteur mais avec le piètre lecteur occidental que je suis : Étant donné que j'ai tout lu d'une traite, au bout d'un moment j'avais un peu de mal à capter qui est exactement qui, par exemple dans la dernière histoire il y une Susuki un Sasaki, faut pas les confondre =) Mais bon ça ne changera rien à votre vie si on ne reconnaît pas les personnages. 

Ensuite je passe au gros point positif : les personnages du grand-père et son petit-fils, il y a une telle complicité entre les deux, c'est du genre ils s'appellent "vieux con" et "jeune con" (en moins grossier bien sûr, je transpose), avec le jeune qui se prend des coups sur la tête. Souvent leur vie est mise sur le même plan que l'enquête. C'est intéressant de voir les relations du fils avec ses parents, leurs inquiétudes quand par exemple il se met à sortir tard à la nuit. On voit le jeune Minoru vieillir, j'ai l'impression qu'il se passe un an entre chaque enquête. Le grand père aussi vieilli, au sens où parfois il se sent vieux.
On voit également un bout de leur vie de libraire, comment par exemple lorsqu'ils essaient de refourguer une biographie en 5 volumes d'un gourou.
Et rien que pour ces deux derniers points ça vaut le coup de lire ce petit livre. 

Un livre qui manque d'ambition, qui tient à peu prêt la route si on n'est pas trop exigeant, mais qui vous fera passer un bon moment en compagnie de monsieur Iwa et Minoru." 

Docteur Spider, 14/08/05

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici