Deux morts de Mao Tse-toung (Les)

Deux morts de Mao Tse-toung (Les)

Pays d'origine: 
Chine
Éditeur français: 
Seuil
Date de sortie en France: 
1977
Traducteur: 
Cheng Ying-hsiang et Claude Cadart
Nombre de pages: 
168

Avis

"Quiconque s'intéresse de près à la Chine a déjà entendu parler des Deux morts de Mao Tse-Toung, mais qui serait dire quel en est son contenu ? Farfouillant chez un bouquiniste du Quartier latin, je n'ai pas hésité, vu qu'il m'était proposé pour une bouchée d'euros. 

Au départ, le sous-titre m'a fait un peu peur : Commentaire pour Tian'an men l'empourprée de Hua Lin". Je pensais que Les deux morts était à un livre qui faisait suite ou référence à un autre. L'avertissement nous rassure : L'empourprée tient la place centrale du livre, le reste étant une longue introduction de deux profs du Seri (science po'), un long commentaire, et un bel appareil de notes. Clairement les auteurs ont un faible pour Deng Xiaoping seul homme selon eux capable de réformer économiquement la chine, et lui permettre plus de démocratie (pluralisme des partis etc.). C'est donc avec un oeil libéral qu'ils voient les choses.  

Le livre traite de la fin de la "révolution culturelle", il parle donc aussi de son commencement. Tout n'est question de luttes de pouvoir, de double langage, de révisionnisme pour garder la face, et de mystification des occidentaux. Il m'a donc été parfois un peu difficile de saisir du premier coup qui était qui, qui était dans quel camp (les "réformateurs capitalistes" ou les "réactionnaires maoistes").  

Dans l'avertissement, les auteurs font un topo sur l'importance des sources. Faut-il écouter la propagande officielle, ou écouter les dissidents basés à Hong Kong ? Au delà de la critique des collègues français fanatisés ou du moins lèche botte vis-à-vis du pouvoir, ces sources ont toute leur importance lors de l'analyse des auteurs, qui y renvoient comme sources. Du coup, aujourd'hui, difficile de mettre la main sur les journaux cités. C'est fort dommage car beaucoup analysent un peu la cuisine chinoise, au niveau quotidien, chose que l'on ne trouve plus dans les livres sur la Chine, sautant de grandes dates en grandes dates. Les auteurs font le pont entre le début de la révolution culturelle, et les incidents relatés dans Tiananmen l'empourprée

3 mois après avoir lu la première partie, je m'attaque à Tian'an men l'empourprée par Hua Lin. Celui ci est un ancien Garde Rouge. Le style d'écriture est assez particulier puisqu'on a l'impression de lire un roman : l'auteur se place dans la peau des personnages, qui sont bien réels. : tel commissaire de police, tel dirigeant... Il décrit la situation heure par heure. Puis la répression les jours qui suivent, et le socialisme véritable qui vient.
Il y a des renvois en note toutes les deux paragraphes, ils sont toujours éclairants, mais hachent la lecture. 

Après ces 40 pages, Cheng Ying-hsiang et Claude Cadart reprennent la parole sur 35 pages avec un texte qui s'appelle Apocalypse pour une fin de règne où l'on revient sur les éléments marquants entre la contestation du 5 avril, et la mort de Mao (9 septembre), jusqu'à la fin de son règne (arrestation de ses proches), en novembre.  

Les auteurs concluent que Mao meurt deux fois : une fois politiquement le 5 avril, puisque c'est lui qui a contesté massivement ce jour là, puis physiquement quelques mois après. 

Un livre très éclairant. Pointu, mais dont la lecture est vivement recommandée."  

Docteur Spider
Lectures de l'intro : 07/01/09; 15-16/01/08
Lecture de Tian an men l'empourprée : 09/05/09

Voir aussi Chinois parlent aux chinois (Les)

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici