Chroniques de l'oiseau à ressort

Chroniques de l'oiseau à ressort

Titre original: 
Nejimaki-dori kuronikuru
Auteur(s): 
Pays d'origine: 
Japon
Éditeur français: 
Points / Seuil
Date de sortie originale: 
1994 / 1995
Date de sortie en France: 
2001
Nombre d'éditions en France: 
2
Traducteur: 
Corinne Atlan & Karine Chesneau
Nombre de pages: 
847 / 756
Prix: 
10 euros (POINTS) / 24 euros (SEUIL)

Avis

Haruki Murakami, ou comment transporter un lecteur lambda dans un monde rempli de mystères. 

Car des mystères, on en voit dans tout le livre, qui a l'origine était divisé en trois tomes (lors de sa sortie au Japon, en France il n'existe que sous la forme d'un seul volume) très prenants. 

Je me demande d'ailleurs où les Japonais ont trouvé la patience d'attendre chaque tome, parce que vraiment le quotidien banal d'un petit chômeur banal dans une ville banale du Japon peut devenir très intéressant quand on s'y attarde. 

C'est exactement ce qui m'a séduit. Avec une écriture simple et comme je l'aime (style narratif interne), l'auteur parvient à nous surprendre à chaque page. Notamment en introduisant des personnages peu ordinaires, ou en rajoutant une touche d'incensé à chaque chapitre.
Quoiqu'il en soit la psychologie des protagonistes est maîtrisée, et Haruki Murakami réussit à nous prendre aux tripes (et en plus c'est une traduction, je me demande ce que ça donnerait en japonais). 

En gros on a un mec qui s'appelle Tôru Okada, qui est au chômage depuis peu, et qui vit un parfait amour avec sa femme. Seulement celle-ci disparait un jour sans laisser de traces, et Tôru se met à sa recherche. Il tombe sur la jeune May Kasahara qui comme elle n'aime pas son nom se mettra à l'appeler "Oiseau à ressort", ça passe moyennement en français (même si ça m'a bien fait rire de la voir l'appeler comme ça), mais en japonais ça doit avoir une signification particulière, ou un jeu de mot intéressant. 

Enfin, après quelques chapitres, et après avoir découvert la majorité des persos du scénario, on ne lâche plus le livre.
La scène la plus marquante pour moi a été celle que le vieux ***** (désolé j'ai oublié son nom et je n'ai plus le livre sous les yeux), ancien soldat de l'armée colonisatrice japonaise décrit lorsqu'il était affecté en Mandchourie. On a droit à une scène de torture écrite avec tant de réalisme qu'on en vient à fermer les yeux en lisant le livre.  

Petite information, l'histoire se passe dans les années 70-80 si je me souviens bien. A l'époque où le Japon connaissait une croissance formidable, l'amenant ainsi à être la deuxième puissance économique mondiale. 

Quoiqu'il en soit, c'est un livre à lire. Quand je dis qu'on a des mystères ce n'est pas forcément du fantastique (même si je reconnais qu'il y en a un petit peu dans la seconde partie du bouquin) mais tout ce qu'il y a de plus anormal dans un monde normal. 

Une vraie bouffée d'oxygène que ce livre. Facile à lire, reposant et prenant, il pourrait constituer une bonne opportunité pour ceux qui veulent se mettre à la littérature asiatique sans commencer par des bouquins difficiles à lire.
Je le conseille à tous. 

Mika, le 01/04/2006

Mika

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici