Accrocher les coins de la bouche au bord des oreilles

Accrocher les coins de la bouche au bord des oreilles

Auteur(s): 
Genre: 
Chine
Éditeur français: 
l'aube
Date de sortie originale: 
2002, 2003 et 2005
Date de sortie en France: 
2007
Traduction: 
Isild Darras
Nombre de pages: 
141
Prix: 
13,90€

Avis

"Accrocher les coins de la bouche au bord des oreilles", c'est cinq nouvelles sensibles et très bien écrites, qui nous content chacune une petite histoire de la vie quotidienne - chinoise. 

L'impression qui se dégage en tout premier, c'est le vent de fraicheur qui semble arriver des pages que l'on tourne durant notre lecture. Dongxi décrit avec une aisance admirable des situations simples, belles, qui donnent le sourire et nous font presque oublier nos préjugés sur la Chine dite moderne. 

La nouvelle "Les céréales des jours de pluie" est surréaliste. Dongxi parvient à transformer l'horreur de la faim, de la mort, du travail non récompensé, en simples peines quotidiennes pour des villageois habitués aux malheurs. Le texte est frais, l'histoire ne l'est pas. C'est absolument magnifique. 

La dernière nouvelle dont le livre reprend le titre, est par le paradoxe "tradition modernité", un exemple de nouvelle transcendante. L'aura qui se dégage du grand-père, qui a vu au cours de sa vie les autres tomber de toutes les souffrances possibles, est presque palpable. L'auteur veut nous faire raisonner, et par le biais de phrases incompréhensibles comme "Ma petite fille m'avait acheté une chaise roulante : elle me faisait asseoir et circuler dans chaque pièce de la maison Jiu. Tous mes actes, masturbation comprise, obtenaient son approbation." choque sans le vouloir. 

Ce recueil de nouvelles est excellent, et fait ouvrir les yeux sur une Chine que nous ne connaissons pas réellement, en Occident. 

Vivement conseillé. 

Mika, le 28/10/2007

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici