Vie au zoo (Une)

Vie au zoo (Une)

Titre original: 
Kemono Michi (ケモノみち)
Auteur(s): 
Genre: 
tranche de vie, drame
Éditeur original: 
Kodansha (prépublié dans Be Love)
Éditeur français: 
nobi nobi! (collection Shôjo Kids)
Date de sortie originale: 
2013
Date de sortie en France: 
20 septembre 2017
Nombre de tomes: 
4 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
4
Nombre d'éditions en France: 
1 simple
Traduction: 
Aurélien Estager
Couverture: 
souple + jaquette glacée mat
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
6,95€

Avis

Une jeune femme se fait embaucher comme soigneuse dans un zoo, mais elle a encore beaucoup à apprendre des ficelles du métier et subit le courroux de son patron autoritaire et acariâtre qui mène d’une main de fer son affaire. Et il ne va pas la louper à chacune de ses erreurs.

 

Pour les amoureux des animaux (et non hostiles au concept de zoos), ce manga aura de quoi vous satisfaire. Nous découvrons le fonctionnement interne d’un zoo et tout ce qui constitue le métier des soigneurs s’occupant des animaux. Contrairement à pas mal d’œuvres du genre, ici l’ambiance n’est pas au kawai à souhait, ni à la joie à tout épreuve. Une vie au zoo dépeint aussi les duretés du métier que ce soit pour s’occuper des animaux mais aussi la partie administrative d’un zoo. L’autrice approfondit bien son sujet pour vraiment nous imprégner de cet univers. Ainsi dans le premier tome, on ne voit pas une multitude d’animaux, mais seulement quelques-uns sur lesquels on se focalise afin de décrypter l’attitude qui se cache derrière chacun de leurs comportements. Elle nous explique aussi comment fonctionne ce genre d’établissement, les relations avec les autres zoos, l’aspect financier. Bref, sans pour autant être un zoo maltraitant ses animaux, ce n’est pas un monde bisounours non plus.

Au-delà de la présentation du milieu, c’est aussi une histoire sympathique à suivre, avec des personnages attachants, un classiques mais pas trop. Ce qui est à la fois amusant et un peu lassant, c’est de constater que notre protagoniste est un peu telle une héroïne de shonen: elle commence assez bas, fait pas mal de gaffes, essaye d’être bout-en-train et se donne toutes les peines du monde pour réussir. Elle entretient une capacité qui lui est propre: une sensibilité olfactive supérieure à la normale. Un peu son pouvoir unique à elle ;). Elle accomplit ainsi quelques prouesses qui surprennent tout le monde, passant à un cheveux du fiasco.

La mangaka maîtrise assez bien son sujet aussi niveau dessins. Les dessins d’animaux sont très réussis, on se sent bien dans immergé dans l’envers du décor et les pages sont plutôt bien équilibrées. C’est même presque dommage que les humains ne soient pas aussi soignés que les animaux, qui ne sont pas mal faits, mais parfois dessinés un peu à la va-vite. Enfin, du bon boulot dans l’ensemble.

 

 

Fan de l’émission une Saison au Zoo, vous allez trouver votre bonheur avec ce manga et même plus. Il narre aussi une histoire agréable à lire, au-delà de l’intérêt qu’on peut porter sur le contexte. Petite chose regrettable: que le manga soit classé en shojo kids par l’éditeur français, visant un public de petites filles donc, alors que ce manga s’adresse à l’origine à un lectorat plutôt adulte. Ça donne une vision réductrice des mangas animaliers. Cependant, si des enfants le lisent, cela peut aussi leur ouvrir le regard sur les côtés pas toujours très faciles du métier.
Je laisse en dehors le débat sur la condition animale dans les zoos, qui n’est pas vraiment à propos ici.

 

Hanoko, un tome lu, le 06/02/2019

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici