Vampire Doll

Vampire Doll

Titre original: 
Guilt-na-Zan Vampire Doll
Auteur(s): 
Genre: 
Fantastique, humour
Éditeur original: 
Ichijinsha
Éditeur français: 
Soleil Manga
Date de sortie originale: 
2004
Date de sortie en France: 
2010 (le 17 novembre)
Nombre de tomes: 
6 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
6
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
Souple + jaquette glacée mat
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
194
Prix: 
7,95€
Rythme de parution: 
Terminé (Bimestriel)

Avis

Comment le vampire le plus redouté du siècle antérieur peut-il être réduit à être enfermé dans une poupée? C'est ce que Vampire Doll va vous raconter. 

Un manga humoristique qui fricote avec le genre parodique. Alors qu'il n'est plus besoin de dire combien les vampires sont à la mode depuis quelques années, sans parler non plus du style gothic lolita, Erika Kari prend le parti de suivre cette lancée mais d'aller bien au delà en remaniant l'ambiance et en la tournant presque à la dérision. Elle s'amuse à reprendre bon nombre de stéréotypes de personnages a priori charismatiques qui deviennent ici des guignols n'en loupant pas une. Kyôji, Vincent, Kyôchi, et toute la bande de joyeux lurons vous offrirons de bonnes parties de rigolade. Tonae ressemble beaucoup à Himawari de XXX Holic avec sa bonté surhumaine ^^.
Bien que peu originale, la situation très délicate du héros permet bien des situations cocasses. On avait vu un démon dans le corps d'une chiffe molle avec Devil Devil, voici à présent un vampire dans une poupée. Comme Tôru de Princess Princess, notre héros un peu effarouché au début semble progressivement accepter sa nouvelle situation et s'y accommoder. Toutefois, il garde à l'esprit son objectif de retrouver définitivement son véritable corps.
Ainsi, le manga nous offre diverses anecdotes amusantes où les nerfs de Guilt seront mis à rude épreuve avec Kyôji qui se plait à le faire tourner en bourrique. Le manga se contente à peu près de cela pour le moment. La lecture est donc divertissante car ce manga apporte un peu de fraicheur parmi toutes les productions massives du genre. Mais ce n'est pas tellement passionnant, le fil conducteur n'apparait pas clairement. Le héros veut bien sûr retrouver son corps mais il ne s'active pas des masses pour chercher un moyen. J'espère que la suite montrera un scenario un peu plus poussé.
Les dessins sont assez chouettes, j'aime bien le style de l'auteur qui me rappelle assez celui de Kazuya Minekura. Son trait espiègle et fin donne beaucoup de charme au manga. Toutefois, les pages sont parfois un peu surchargées à force de mettre trop de petits détails (par exemple les chemises de Kyôji qui débordent de froufrous). Par ailleurs, on voit aussi une inspiration jeu vidéo dans le design des personnages, pour ne pas citer Final Fantasy VII et son célèbre vampire Vincent (drôle de coïncidence qu'un des personnages de Vampire Doll porte le même nom  ).  

Bref, on sent que l'auteur a des influences multiples, ce qui rend le manga très parlant et il pourra plaisir ainsi à pas mal de monde sans se cantonner à la cible éditoriale initiale. Reste plus qu'une histoire plus prenante tout en conservant l'humour et le tour sera joué.

Hanoko, deux tomes lus, le 20/12/2010

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici