Love x Mission

Love x Mission

Titre original: 
9 to 5 Love x Mission
Auteur(s): 
Genre: 
Romance, policier, drame
Éditeur original: 
Shogakukan
Éditeur français: 
Soleil manga
Date de sortie originale: 
2007
Date de sortie en France: 
2010 (le 27/10)
Nombre de tomes: 
4 (terminé)
Nombre de tomes sortis en France: 
4
Nombre d'éditions en France: 
1
Couverture: 
souple + jaquette glacée mat
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
192
Prix: 
6,95€
Rythme de parution: 
terminé

Avis

Présenté par l'éditeur français avec un clin d'oeil à notre protecteur chasseur de prime préféré (City Hunter (Nicky Larson) bien sûr), voyons ce que ce manga a dans le ventre. 

C'est un Josei assez atypique pour, certes, avoir mis en scène des enquêtes policières, mais aussi surtout pour le couple présenté. L'auteure l'a dit elle-même, le domaine de la justice est présent plus pour mettre en contexte les personnages et pour ajouter un peu de piment à l'aventure, mais le sujet principal reste la romance de notre duo explosif. Ainsi, ce qui est vraiment plaisant et original ici est l'inversion des rôles classiques entre l'homme et la femme que l'auteure a opéré. D'habitude c'est l'homme qui aurait plutôt tendance à être brutal, à n'avoir aucune attache à quoi que ce soit, à être de moeurs légères, et surtout avec un lourd appétit sexuel. Mais ici, c'est Kujô qui cumule tout ça. Gotô est plutôt du genre premier de la classe, fils à papa, légèrement hautain et charmeur quand même, au début du moins. Le manga offre donc de nombreuses scènes cocasses de conflit de personnalités entre nos deux policiers avec Kujô qui va faire tourner en bourrique le pauvre Gotô. Cela permet une certaine complémentarité avec l'aspect dramatique du manga lié aux affaires criminelles et passés mystérieux.
Je trouve donc ce manga assez réussi puisque nos deux personnages sont tout à fait sympathiques. L'auteure a réussi le pari difficile de rendre Kujô vraiment charismatique avec un tel tempérament: elle est dragueuse sans avoir l'air d'une femme de mauvaise vie (pour rester polie), ensuite on nous révèle très vite les tourments de son passé et en dépit de tout cela elle reste très forte. Gotô quant à lui n'est pas effacé malgré la personnalité très prononcée de Kujô. Les personnages ne se trahissent pas et c'est sur cela que repose toute la qualité du manga dont tout le reste découle.
Mon seul regret concerne les dessins qui ne sont pas toujours réussis, en particulier les profils des personnages souvent peu maîtrisés. Certaines compositions de pages manquent aussi de dynamisme. Heureusement, le style de l'auteur est quand même agréable, j'aime sa manière nonchalante dessiner ses personnages, Kujô la première.
Ce n'est peut-être pas sans lien avec la ressemblance yaoi que l'on peut remarquer dans ce manga: déjà les proportions des personnages en général font beaucoup penser au yaoi, notamment les mains surdimensionnées. Ensuite Kujô a une allure assez masculine même si elle est loin d'être garçon manqué; au début quand j'avais vu la couverture de loin j'ai même cru qu'elle était un mec, la paire de seins m'aura vite fait comprendre que non ^^. Le personnage de Kyo ressemble aussi énormément aux Uke des yaoi (personnage soumis du couple), alors que son caractère est bien sûr tout autre. Ça ne m'étonnerait pas que l'auteure soit influencée aussi par ce genre, hypothèse légèrement confirmée par la situation du personnage de Kyo, mais qui n'est pas plus développée. On peut donc dire que l'auteure réussit à allier plusieurs genres (action du type Shônen, romance Josei et des allusions yaoi), de quoi interpeller un assez large public. 

Au final, je relève peu de défauts pour ce manga, c'est une romance qui sort de l'ordinaire et qui vaut d'être lue, même si on n'est pas vraiment amateur du genre. 

Hanoko, un tome lu, le 25/10/2010, puis tout lu après

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici