Atomic [S]trip

Atomic [S]trip

Titre original: 
Comic? カネコアツシ Extra Works
Auteur(s): 
Genre: 
tranche de vie, humour, horreur, science-fiction, drame
Éditeur original: 
Recueil par Kadokawa mais prépublication de divers éditeurs (Magazine Feel young de Shodensha, Tattoo girls de Futabasha, Tokaimon et Ikki de Shogakukan, Comic Cue d'East Press, Bungei de Kawade Shobo et Happiness de Little More)
Éditeur français: 
Pika (collection Pika graphics)
Date de sortie originale: 
2016 (tome relié) - à partir de 1997 en prépublication
Date de sortie en France: 
11 avril 2018
Nombre de tomes: 
1 (one-shot)
Nombre de tomes sortis en France: 
1
Nombre d'éditions en France: 
1 grand format
Traduction: 
Ludmann Sébastien
Couverture: 
souple, glacée mat avec rabats
Sens de lecture: 
Original
Nombre de pages: 
256
Prix: 
20 euros

Avis

Les recueils de mangas courts d’auteurs sont toujours intéressants à lire, pour découvrir le côté un peu plus marginal de leur Œuvre, apprécier leur évolution dans le temps, lire un panel d’histoires différentes… Alors quand il s’agit d’un auteur aussi déjanté que Kaneko, je dis banco!

 

Comme la majorité des chapitres sont parus dans des magazines destinés aux femmes, nous avons classé ce recueil en josei. Au programme donc de ce recueil, pléthore de petites histoires où l’auteur se lâche, je veux dire, encore plus que d’habitude haha! De la simple anecdote entre deux femmes dans une boutique, des faits divers sordides, la fin du monde, une menace extraterrestre, à des pages de pure transe psychédélique. Globalement dans ce recueil, on retrouve des personnages tous plus foufous les uns que les autres, un humour décalé avec des situations frôlant l’absurde, des histoires comme vous pouvez le voir très variées. Un gros concentré de fun à lire, avec quelques passages parfois presque émouvants, on sent qu’il a une certaine tendresse pour tous ses personnages qui ont tous leur particularité.

Il réussit avec brio à créer des mangas variés tout en conservant un style commun. Du moins pour l’histoire. En effet, du point de vue graphique, ce sera plus uniforme que ce que j’aurais espéré. D’un côté, on voit qu’il a expérimenté quelques trucs quand même. Notamment ses mangas en bichromie qui dégagent une ambiance toute particulière, ses récits psychédéliques où la structure disparaît totalement, un chapitre sera même en mode roman graphique. Cependant, sa patte n’a pas tellement changé en vingt ans. Il avait déjà un super niveau fin des années 90, et l’évolution demeure assez ténue. On voit que son trait s’affine légèrement, mais il garde la même technique et on retrouve des character designs récurrents. Pourtant, certaines couvertures de chapitres laissent présager des mangas totalement différents. Comme celle de Super Bonbon qui fait très cartoon ou celle de Fuck Forever qui rappelle les vieilles affiches illustrées états-uniennes. Je serais par exemple curieuse de le voir dessiner plus de créatures fantastiques, voire du manga animalier, même si ce n’est pas mon dada (c’est le cas de le dire) en général, avec son style ce pourrait être très fun. Après, comme j’adore son style, ce recueil reste un régal. Mais j’aurais aimé qu’il nous surprenne encore plus, d’autant qu’il décrit son travail comme destructeur de code de narration. Autant l’appliquer aussi à ses codes graphiques

 

Pour les fans de l’auteur ou tout lecteur avide de lire des histoires rocambolesques, foncez. Après, comme ce sont des histoires courtes, ne cherchez pas un manga qui va vous tenir en haleine. À réserver quand même à un public averti, car il y a des scènes de violence e trash.

 

Hanoko, le 16/05/2019

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici