Witch's Tale (a)

Witch's Tale (a)

Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
RPG, aventure
Console(s): 
Nintendo DS
Éditeur: 
Nippon Ichi Software
Développeur: 
Hit Maker
Date de sortie originale: 
2009
Date de sortie en France: 
non prévu
Support: 
Cartouche
Version: 
anglaise
Nombre de joueurs: 
1
Jouable en ligne: 
Non
Public conseillé: 
7 ans et +

Test

"Il arrive parfois que la DS nous ponde autre chose que des simulations bidon ou des jeux tirés de dessins animés. A Witch's Tale en est la preuve ; parfois, les développeurs ont de bonnes idées et font tout pour les mettre en pratique de manière efficace.
Ce jeu est un RPG assez enfantin, prenant l'univers des sorcières et autres monstres de pain d'épices comme point d'appui. Uniquement jouable avec le stylet, on se retrouve aussi un peu sur un Point-and-Click, où vous déplacer et interagir avec l'environnement (avec le parapluie de Liddell notamment) se fait sur l'écran tactile. Mais sous ses airs bonshommes, le jeu est un bon investissement pour tout le monde, grands enfants compris. Il faut toutefois savoir qu'il n'est à ce jour sorti qu'aux Etats-Unis et au Japon.  

L'histoire est banale à souhait : quelqu'un qui libère un gros méchant par inadvertance et qui est donc obligé de réparer les pots cassés. Toutefois, le jeu nous plonge dans un univers à la fois mignon et cauchemardesque, et ça c'est cool. C'est assez dérangeant, souvent décalé, c'est très ambiance Tim Burton et Alice au Pays des Merveilles (la vraie version, pas celle édulcorée de Walt Disney). On vogue ainsi entre le pays des Ombres, celui des Bonbons, etc. En tout, vous devrez explorer 6 mondes (sans compter le monde des Ombres qui est le départ) pour aider la population et réparer vos bêtises. De courtes et simples énigmes sont régulièrement proposées, mais un peu de réflexion et le tour est joué. Les interactions avec les personnages étant indispensables, vous vous verrez parler à des soldats en pain d'épice, au chat de Cheshire (comme celui d'Alice "Chester") ou encore à des sirènes. Petit point au niveau des dialogues, et bien que ce soit en anglais (langue que je maîtrise moyennement), l'humour est omniprésent. Liddell est une sorcière égoïste et sarcastique, Loue un vampire qui n'aime pas le sang (mais les tomates) et qui est assez renfermé... Bref, les situations sont souvent burlesques, mais dans un style plutôt noir. Un hôtel vous parlera même en ses termes : "Voulez-vous vous reposer dans mon estomac ? Désolé si je vous digère accidentellement."... A part ça, un système de collection de cartes à jouer est proposé, mais j'ignore à quoi ça sert. De même, vous avez la possibilité de jouer aux petits alchimistes en combinant des éléments pour en obtenir d'autres plus puissants. 

Niveau combat, c'est assez original. Les combats sont aléatoires et assez peu nombreux (tant mieux). Ils sont longs à terminer car les monstres sont dès le début plutôt balèzes (sans toutefois vous mettre en danger rapidement). Vous avez la possibilité de vous battre par équipe de 3, Liddell étant obligatoire. Les deux autres équipiers sont des poupées (12 au choix, récupérables au cours du jeu) qui ont toutes des spécificités. Ensuite, il est conseillé d'utiliser Liddell uniquement pour la magie, car sa force de frappe est ridicule. Les sorts sont nombreux, divisés en catégories élémentaires. Les menus déroulants, pour les sorts ou les objets, sont des espèces de barillets où les balles sont ce que vous pouvez utiliser. Vous prenez le rond qui vous intéresse (genre le symbole rouge pour la magie de feu) et vous le déplacer dans le rond de l'ennemi que vous souhaitez frapper. Pareil pour les objets, avec le rond des alliés cette fois. Il faut savoir que les objets de l'inventaire doivent être mis dans la main pour être utilisables en combat. Attention donc à ne pas oublier de vous fournir en bonbons (qui soignent) après un combat pour le suivant. Sinon, le vue lors des combats est la même que pour Dungeon Maker, à ceci près que ce n'est pas en 3D et que les alliés sont visibles sur l'écran du bas (les ennemis sont sur celui du haut). Il arrive parfois enfin qu'un combat soit aléatoirement mis en mode Burst (rafale), qui vous permet de faire des coups critiques à répétition. Pratique pour finir le combat en deux temps trois mouvements. A savoir que Loue, le vampire, n'intervient jamais dans les combats.  

Graphiquement, c'est en 2D complète, bien que vous vous déplaciez dans le décor dans tous les sens. C'est coloré, bon chara-design, que ce soit pour les personnages que pour les monstres (vive Hansel et les cochons volants en chocolat). Les menus sont très chouettes et l'ensemble est harmonieux. Lors des phases de dialogues, les intervenants sont symbolisés par leur portrait qui changent en fonction des émotions. Classique, un peu dommage, on aurait pu avoir quelque chose de plus animé. Sinon, je trouve super sympa d'avoir repris pas mal d'univers déjà connus (Alice au Pays des Merveilles, le Lièvre de Mars, Hansel et Gretel...) pour les refaire à une toute autre sauce, plus dark. Sans toutefois plonger dans l'horrifique pur, l'ambiance du jeu fait son petit effet : j'adore.
Musicalement, c'est super sympa. Les thèmes collent bien à l'ambiance et aux décors, on a souvent des musiques du style château hanté ou fantômes en vadrouille. Pas du tout répétitif, j'aime beaucoup tout ce que j'ai pu entendre jusque là, surtout que c'est de très bonne qualité. Petit bémol par contre, les personnages ne parlent pas, ils poussent des cris de temps en temps mais c'est tout. Pour avoir un aperçu du style de musique, allez sur le site officiel et écoutez la bande-son intégrée. 

Voilà, en bref, un RPG fort sympa avec son lot de magie noire, de mondes étranges et de personnages mystérieux (mais qui est donc ce bouffon aux cartes à jouer ?)." 

DDG, le 31/10/09

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici