Univers des Final Fantasy

Theatrhythm Final Fantasy

Theatrhythm Final Fantasy

Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
rythme
Console(s): 
3DS, Iphone
Éditeur: 
Square Enix
Développeur: 
Indies Zero
Date de sortie originale: 
février 2012
Date de sortie en France: 
juillet 2012
Support: 
Cartouche, dématérialisé
Nombre de joueurs: 
1 à 4 joueurs en coop
Jouable en ligne: 
Oui
Prix: 
50€
Public conseillé: 
12 ans et +

Test

Un jeu musical basé sur Final Fantasy est plutôt original. Et puis, après avoir eu des épisodes d'action (Crisis Core : Final Fantasy VII, des tactics (Final Fantasy Tactics), des jeux des combats (Dissidia : Final Fantasy, Dissidia 012 : Final Fantasy) ou encore des MMORPG (Final Fantasy XIV - A Realm Reborn), pourquoi pas un épisode rythmé ? Et c'est ce que propose Theatrhythm Final Fantasy

 

Cette image donne assez bien le ton du jeu.

 

Une fois la console allumée, nous nous retrouvons dans un menu assez sobre proposant « Music Play », « StreetPass » et « Museum ». Ce dernier permet de voir toutes les cartes que l'on a gagné, et de voir et d'écouter toutes les vidéos et musiques que l'on a débloqué. Une dernière option nous permet de voir nos statistiques et records. Le fait de débloquer les vidéos et les musiques est une bonne idée puisque l'on ne peut pas se focaliser sur les vidéos pendant que l'on joue et les musiques sont « couvertes » de bruitages liés au gameplay. Cela nous permet donc de les écouter en version « pure ». 

 

Le fameux premier choix de menu. J'en profite pour préciser que le jeu est en anglais, mais c'est un jeu de rythme, ce n'est pas très gênant.

 

Le menu StreetPass permet d'éditer des cartes qui seront échangé avec des joueurs que l'on croise dans la rue. Il est possible d'y attacher des Dark Notes qui servent au chaos shrine, mais j'y reviendrai plus tard.
Le menu « Music Play » est évidemment l'option qui nous intéresse le plus en tant que joueurs. Une fois dans ce menu, il est possible de choisir entre « Series », « Challenge » et « Chaos Shrine » (je vous l'avais dit qu'on en parlerait !).  

 

Et ici, voici les trois modes de jeux !

 

Mais avant dans commencer à jouer, il convient d'éditer son équipe. Il faut constituer une équipe de 4 personnages. De base, il y a 13 héros issus des 13 Final Fantasy. On retrouve donc par exemple Cloud, Squall, Terra, Cécile etc. En plus de cela, il est possible de débloquer une petite vingtaine parmi lesquels on retrouve Aerith, Sephiroth, Kain, Faris, Locke, Vivi etc. Tous les fans devraient être ravi de pouvoir créer son équipe avec ses personnages préférés issus des divers Final Fantasy. Il est aussi possible de leur attribuer quelques compétences actives ou passives qui leurs seront utiles. Et c'est aussi l'occasion de se rendre compte que c'est super mignon, en SD (Super Deformed) et très coloré. J'aime beaucoup. Une fois votre équipe constituée, let's start ! 

 

Voici 4 personnages, de gauche à droite : Terra, Djidane, Cécile et Cloud ! Comme ils sont meugnon !

 

« Series » est ce qui intéresse les joueurs et correspond au mode principal du jeu. Cela permet de découvrir chaque épisode de la saga Final Fantasy en « 5 » musiques. La première et la dernière musiques correspondent respectivement au « Main Theme » et au « Ending » de l'épisode et se jouent de la même manière et sont annexes. Elles ne sont pas obligatoires. Un cristal se trouve au centre de l'écran, la musique enchante nos oreilles, des notes de musiques tourbillonnent jusqu'au centre du cristal et il faut tapoter l'écran inférieur au moment où lesdites notes arrivent au centre du cristal. Il n'est pas possible de perdre. Pendant que l'on tapote son écran, des images du jeu apparaissent ainsi qu'un texte résumant l'histoire. Ce n'est pas possible de lire et de jouer en même temps, et c'est là que le menu « Museum » prend tout son sens. 

Une fois terminé l'intro, nous enchainons avec une musique « field » (champ, terrain). Le premier personnage sur le terrain est le leader et il va continuer jusqu'à ce qu'on rate une note. Lorsque l'on rate une note, notre personnage tombe, on perd des PV (point de vie) et on change de personnage. Si on rate trop de notes et que nos PV tombent à 0, c'est le game over. Le gameplay est aussi différent de celui de l'intro. Ici, il faut soit tapoter les points rouge, maintenir et suivre les mouvements des points vert, tracer un trait dans une direction comme indiquer dans les points colorés. De plus, durant la musique, si un passage précis est réussi, un chocobo apparait pour vous permettre d'aller plus vite et plus loin dans le niveau. Si vous dépassez une pancarte, ce ne sont pas les mêmes boss que l'on affronte durant les combats. C'est d'ailleurs les boss que l'on affronte qui définit les récompenses que l'on obtient. La victoire de ce niveau permet de gagner entre autres de l'expérience qui permet à nos personnages de gagner des niveaux ce qui leur permet d'augmenter leurs statistiques et de débloquer des compétences, comme dans un vrai J-RPG. 

 

Ici, on voit notre personnage se balader. En terme de gameplay, on voit qu'il faut maintenant son stylet sur l'écran et suivre la vague.

 

Pas de bol, à quelques centimètres, Cécile aurait pu affronter d'autres boss.

 

Ensuite, la troisième musique est de type « event ». Des images résumant très rapidement des événements qui se sont déroulés dans l'épisode que vous êtes en train de jouer. Le gameplay évolue encore un peu puisque là il s'agit simplement de jouer les notes qui se présentent à nous. La différence avec la musique « field » est que les notes vertes n'ont pas besoin d'être suivi et la « présentation » des notes est différente. Je vous invite à regarder les images pour vous en rendre compte. 

 

C'est assez difficile de suivre la scène et faire un bon score. Ici la scène est tirée de FFX.

 

Dernier type de musique original : Les combats ! Qui dit J-RPG dit combat aussi. Ici, les personnages de notre équipe sont alignés comme dans un J-RPG traditionnel. Des ennemis se présentent à nous et une fois un certain nombre d'ennemis vaincu, il y a un boss qui fait son apparition. Si on le bat, on recommence des ennemis puis à nouveau un boss. Précisons que les boss changent et qui sont déterminés par notre performance à la musique « field ». Ce qui détermine le fait de battre pleins d'ennemis est le fait de réussir les notes, le niveau de réussite (great, good, critical etc.) mais aussi le niveau de nos personnages. Plus ils ont un niveau élévé, plus ils frappent fort et plus ils peuvent vaincre d'ennemis et obtenir des récompenses. Les récompenses des boss sont les plus intéressantes puisque il y a des morceaux de cristal. Une fois réuni un certain nombre de morceaux de cristal ( 8 ), on débloque un personnage. En termes de gameplay, les notes apparaissent sur chaque ligne de manière alternative et il faut les jouer. C'est assez classique mais la présentation typée combat est vraiment sympa. 

 

Sans les touches qui apparaissent, on se croirait dans un FF normal.

 

Même les invocations sont présentes, c'est dire !

 

Chaque musique terminée vous permet de gagner des points de rhythmia. Tous les 500 points, vous gagnez une récompense comme une carte, une musque débloquée ou encore un morceau de cristal. 

 

Différents paramètres sont pris en compte pour l'obtention de points Rhythmia.

 

Enfin, on termine comme on a commencé, avec un cristal au centre de l'écran, un texte de conclusion, des notes etc.  

Theatrhythm Final Fantasy ne s'arrête pas à simplement nous faire découvrir rapidement les épisodes de la saga, il est aussi empli de défis. Tout d'abord dans le mode challenge, vous pouvez refaire toutes les musiques que vous avez fait dans le mode serie en difficulté normal, expert ou ultimate (bon courage !). Du plus vous pouvez aussi faire les musiques que vous avez fait dans le mode chaos shrine et celles que vous avez débloqué. 

 

Je n'ai pas d'images pour illustrer mes propos alors je vous mets des images toutes chipounettes !

 

Ensuite, dans l'idée de continuer plus loin, vous avez le mode chaos shrine. Au cours de votre aventure, vous allez gagner une dark note. Ceci est à utiliser dans le fameux tombeau du chaos. Une dark note est composé de 2 musiques originales (entendez par là qu'elles ne sont pas dans le mode serie, mais elles existent vraiment dans les ost de Final Fantasy). Chaque dark note a un niveau de difficulté et en terminer une en débloque une autre selon le niveau de l'équipe. Et plus on en joue, plus la difficulté augmente. Le jeu est bien équilibré, on sent que la difficulté augmente mais reste toujours faisable facilement. Mais lorsque fait une note de niveau 5 et une autre de niveau 95, il y a un fossé énorme alors qu'on ne s'en est pas rendu compte. Bref, rien à redire à ce niveau-là. 

 

Toujours pas d'images illustratives…

 

 

Voilà voilà, c'est à peu près tout ce que j'en ai à dire. Theatrhythm Final Fantasy est une excellente surprise. Imaginez un jeu musical sur l'univers de Final Fantasy est assez étrange et en même temps on se demande pourquoi Square-Enix n'y ont pas pensé avant. Tout fonctionne bien. Les musiques sont bien choisis, si on en veut encore il y a des dlc à foison bien que très cher (1€ la chanson... abusé), le caractère SD des personnages est trop mignon, le gameplay est différent de ce que l'on connait des autres jeux musicaux et est en même temps très réactif, en plus le coté RPG est largement présent notamment avec la possibilité d'augmenter le niveau de nos personnages, et enfin il y a tellement de contenu à débloquer que la durée de vie est énorme pour ce genre de jeu (probablement une centaine d'heures) ! En résumé, si vous aimez l'univers de la dernière fantaisie et que les jeux musicaux ne vous rebutent pas, faites-vous plaisir ! 

Par Seraphim, le 15/08/13.

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici