Rolling Gunner

Rolling Gunner

Titre original: 
Rolling Gunner (ローリングガンナー)
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
shoot'em up
Console(s): 
Nintendo Switch
Éditeur: 
Mebius
Développeur: 
Mebius
Date de sortie originale: 
28 février 2019
Date de sortie en France: 
20 juin 2019
Support: 
dématérialisé, cartouche
Version: 
anglaise, japonaise
Nombre de joueurs: 
1
Jouable en ligne: 
Oui
Prix: 
19,99€
Public conseillé: 
Tout public

Test

Rolling Gunner était d'abord sorti en tant que doujin, jeu amateur, en 2018 au Comiket d’après ce que j’ai pu voir sur la toile. Ce n’est qu’en 2019 qu’il a droit à une sortie officielle sur Switch.

 

Le jeu commence par une assez longue introduction narrant le fond de l’histoire, non sans précision. Ce qui est étonnant pour ce genre de jeu, mais plutôt plaisant de savoir pourquoi on va exploser tous ce qui bouge par la suite. Tout cela de manière textuelle, ça va d’ailleurs un peu vite même quand on est habitué à l’anglais.

Ensuite nous voilà embarqués dans notre avion de chasse pour notre mission de sauvetage de l’humanité. Le jeu permet de choisir entre trois variantes de vaisseaux, oscillant entre légèreté/lourdeur et amplitude de tir.

On commence par un bref tutoriel pour nous apprendre les ficelles du gameplay. Il repose sur la combinaison de tir normal vers l’avant et d’un canon rotatif, le Rolling Gunner, autour de nous, pour détruire les ennemis arrivant de toute part.

Il est possible soit de tirer en verrouillant l’orientation des deux canons, soit en divisant les tirs pour une plus grande amplitude. On peut aussi utiliser en quantité limitée des bombes qui vont tout balayer d’un coup et enfin, en atteignant la barre des 1000 (visible en bas à gauche) on peut activer un boost d’attaque.

Le jeu démarre très fort dès le début en nous assaillant de vagues ennemies qui apparaissent et les coups de feu qui pullulent de partout. Le jeu est hyper fluide, avec une réactivité impeccable. La prise en main est un peu compliquée au début, le rolling gunner pivote en fonction de là où on se place dans la zone, et n'est pas contrôlable avec le deuxième joystick. C’est un peu déroutant mais le système globalement est sympa et se révèle indispensable. En effet, les ennemis peuvent arriver de tous les côtés et l’écran ne défile pas toujours linéairement de gauche à droite. J’aime bien la sensation d’être très puissant dès le début, cependant, le jeu semble assez hasardeux sur la manière d’esquiver les tirs ennemis. Parfois on passe à travers une rafale sans exploser, parfois un petit projectile perdu nous fait perdre une vie.


Là, c'est tranquille...

Et certains passages semblent impossibles à terminer sans mourir au moins une fois, car on en vient vite à claquer toutes ses bombes.

Le jeu comporte six niveaux, réalisables en quatre degrés de difficulté au choix. Il ne contient pas de sauvegarde, à l’ancienne, mais il est très court. De plus, comme il est possible de continuer à l’infini après avoir perdu toutes ses vies, cela rend le jeu nettement plus facile à finir. En moins d’une heure, l’affaire est pliée. Je suppose que c’est un choix de la part des développeurs, qui vraisemblablement place le challenge surtout au niveau du scoring que de la simple réussite du jeu mais cela ne pousse pas vraiment à faire attention à ce que l’on fait, même si vu le chaos des tirs ennemis, ça reste compliqué de viser la performance. Néanmoins, si l’on vise en effet de tout finir sans mourir, cela implique de connaître par cœur l’ordre et le placement des ennemis qui arrivent pour les détruire au plus vite avant d’être submergé. Le point crucial résiden aussi l’économise des bombes pour les passages où elles demeurent indispensables.

C’est en outre assez dommage que le jeu ne propose pas d’autres armes trouvables en cours de route, pour faire varier un peu plus notre manière de jouer. Il aurait été aussi appréciable d’ajouter la possibilité d’exécuter des bonds de vitesse, pour rendre le jeu encore plus nerveux et motivant à viser la performance.

Graphiquement, c’est très old school en mode arcade années 90, le jeu mélange graphismes 2D semi-réalistes et effets visuels très… boule à facette ou cyber-punk selon les points! En effet les tirs des armes sont hyper colorés, bleus ciel, mauves, verts fluo, jaunes, etc. Attention la crise d’épilepsie lol. Cependant, aussi incroyable que cela puisse paraître, le jeu reste très lisible, jamais on ne se perd sur l’écran et l’on distingue en général chaque tir, on voit bien quand on ne pourra pas esquiver et ni éviter une mort certaine .


Décès imminent.

Les décors sont très variés, les ennemis, au sol ou en l’air aussi. Même si je ne suis pas fan du style graphique, il y a un bon boulot. Petite touche un peu fantasiste qui rappelle beaucoup de tokusatsu et aux animes mecha: les courtes cinématiques de fin de niveau, où l'on voit notre vaisseau dépasser le boss de fin, qui explose derrière nous. C'est typique ^^ .

Les musiques très électro conviennent parfaitement, on se croirait en boîte de nuit et ça a presque un côté planant par moment (c’est le cas de le dire).

 

 

Un jeu sympathique et assez technique, mais qui en l’état ne semble qu’aux prémices de son concept. Avec sa courte durée de vie, il paraît un peu cher, mais peut-être que les développeurs auront maintenant de quoi créer une suite solide.

 

Hanoko, le 29/06/2019

Wallpapers

Wallpaper/fond d'écran Rolling Gunner / Rolling Gunner (ローリングガンナー) (Jeux vidéo)

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici