Resident Evil

Resident Evil

Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Survival Horror
Console(s): 
PS1, Saturn
Éditeur: 
Virgin Interactive
Développeur: 
Capcom
Date de sortie originale: 
1996
Date de sortie en France: 
1996
Support: 
CD
Version: 
Textes en français
Nombre de joueurs: 
1
Jouable en ligne: 
Non
Public conseillé: 
+ 16 ans à l'époque, + 18 ans maintenant

Fiches personnages

Test

"Resident Evil est l'un des premiers du genre survival horror. Il a marqué les joueurs pour son scénario (Du -presque- jamais vu a l'époque).
Le pitch est simple : Vous incarnez au choix Jill Valentine (personnage qui équivaut au mode normal du jeu) ou Chris Redfield (personnage qui équivaut au mode difficile du jeu).
Les deux personnages sont des membres de l'équipe Alpha des Stars, Force spéciale de la police de Racoon City (ou se passe l'action) qui sont à la recherche de l'équipe Bravo mystérieusement disparue lors d'un crash d'hélicoptère dans la Forêt bordant la ville. Pendant les recherches, l'équipe se fait attaquer par des sortes de chiens enrager et est repoussée dans le manoir (où se déroulera toute l'action du jeu).
Cette scène est d'ailleurs faite avec de vrais acteurs, qui sont par ailleurs totalement hilarants. Heureusement ceci est rattrapé par la suite.
Il n'y a plus que 3 personnes du groupe (qui varient selon le choix du personnage : Barry et Wesker pour Jill, Jill et Wesker pour Chris. A noter que si le scénario et la difficulté changent selon le personnage, les énigmes reste globalement les mêmes).
A partir de ce moment, le but du jeu sera d'évoluer dans les salles du manoir tout en résolvant les énigmes et en tuant les zombies et autres montres horribles qui auront le malheur de croiser votre chemin (ou le contraire). 

Gameplay :
Plutôt compliqué à prendre en main, principalement à cause de la "lourdeur" du personnage et du système de visé (haut, milieu, bas). Le gameplay contribue à l'ambiance. En effet, la limitation des possibilités de mouvements du personnage permet une montée de stress énorme quand l'on fait face à plusieurs ennemis.
L'inventaire est facile d'utilisation et, bien que très limité dans sa taille, permet un traitement ingénieux des énigmes pour l'époque (fusionner la morceau de clé A avec le morceau de clé B pour créer la Clé C pour ouvrir la foutue porte à l'autre bout de la carte).
L'ambiance :
Les temps de chargement à chaque passage de portes ou d'escaliers contribuent énormément à la montée de la pression. Ceux-ci nous placent directement dans les yeux du personnage, qui ouvre/monte la porte/les escaliers très lentement dans un environnement soudain très sombre, avec le bruit de la porte et des pas du personnage comme seul compagnon (à quelques exception près : à certains moments, une musique vraiment effrayante fera son apparition).
La musique parlons-en ! La musique contribue là-encore au stress. En effet, comment ne pas stresser quand une musique "dure" et "macabre" arrive à vos oreilles tout en sachant qu'elle est annonciatrice d'un événement terrorisant ?
Graphisme :
Commençons par le commencement : La cinématique d'intro, qui comme dit plus haut est faite par des vrais acteurs.. Totalement hilarante ! Les acteurs sont de toute évidence des amateurs (Mais qui ne gâche en rien le plaisir).
Les graphismes de Resident Evil sont proprement hallucinants pour 1996.
Le mélange de plans fixes et de 3D bien qu'un peu 'artificielle" participe énormément à l'ambiance que l'on connait du jeu.
Les personnages (bien que cubiques) sont aussi très bien faits pour l'époque. De même pour les différents monstres du jeu : Les chiens et autres hunters voire même le légendaire tyran ne manqueront pas de vous étonner par la fluidité de leurs mouvements et par la qualité de leur modélisation.
Les scènes cinématiques sont très bien faites (en prenant en considération les limites de l'époque) et ne dénotent pas avec le reste du jeu. 

La durée de vie :
5 a 10 h pour la première fois. Mais le jeu dispose d'une rejouabilité certaine.
Les produits dérivés et les suites :
La série Resident Evil, grace au succès du premier volet, a pu continuer sur sa lancée.
Il y a actuellement de nombreuses suites de sorties : Resident Evil 2, 3, Code Veronica, 4 et 5 sont les plus connus. Mais il y a aussi des spin off tel que : Resident Evil Outbreak (qui propose de jouer en ligne avec un groupe de survivants) ou la série des Resident Evil Survivor qui vous met directement à la place des yeux du personnage.
Il y a aussi de nombreux livres à qui je ne ferai pas l'affront de les décrire sans avoir lu un seul d'entre eux.
Et enfin de nombreuses adaptations cinématographique qui vont du passable à "Je préfère ne pas en parler".
Le petit mot de la fin :
Pour résumer Resident Evil restera pour bon nombre de joueurs le meilleur de la série. Grâce, notamment, à ses nombreuses innovations, à son univers riche et surtout aux sueurs froides qu'il était (et est encore) capable de donner." 

Vincal, le 24/07/12

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici