Nostalgia

Nostalgia

Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
RPG
Console(s): 
Nintendo DS
Éditeur: 
Ignition Entertainment
Développeur: 
Matrix Software
Date de sortie originale: 
2008
Date de sortie en France: 
non prévu
Support: 
cartouche
Version: 
anglaise
Nombre de joueurs: 
1
Jouable en ligne: 
Non
Public conseillé: 
7 ans et +

Test

Voici un petit RPG tout juste sorti aux Etats-Unis, non prévu encore en Europe. J'espère de tout coeur qu'il traversera l'Atlantique, car c'est un jeu qui reprend les genres, pour mieux nous replonger dans les bons vieux RPG qui ont bercé notre jeunesse.
Nostalgia, appelé aussi Wind of Nostalgio, est un mix habile entre Wild Arms et Skies of Arcadia. Du premier, le jeu a pris le système de mouvement et les combats, ainsi qu'une part du style graphique. Du second, il a pris l'idée des bateaux volants et ses combats dans les airs. Plagiat me direz-vous ? Peut-être, mais je dirai plus hommage.
Le jeu se déroule avec une vue du 3/4 du dessus, en 3D. On explore donjons et cartes de la même manière, en regardant l'écran du haut. L'écran du bas sert à montrer la carte (qui se crée d'elle-même pendant que l'on explore les donjons) avec de judicieux repères. C'est assez banal dans l'ensemble à ce niveau, à ceci près que l'histoire se déroule dans notre monde, il y a un siècle. On débute ainsi à Londres, puis on embarque pour l'Égypte, et ainsi de suite. La carte du monde est entière et on se déplace dessus à notre guise, si tant est que l'on puisse, bien sûr. Cependant, petit bémol, j'ai l'impression que les distances sont mal respectées. En deux secondes, j'étais passée de Londres au Caire, sans avoir eu l'impression de survoler la France ou tout autre pays. Et puis, je veux bien que les aéronefs soient rapides, mais à ce point-là, c'est exagéré. 

Niveau combats, c'est comme je l'ai dit, un retour à la façon Wild Arms, avec du tour par tour où l'ordre d'attaque entre chaque personnage et chaque monstre diffère. Un menu qui se déroule en temps réel vous explique sur le côté de l'écran qui tape en premier, etc. Si vous êtes bon stratège, il y a moyen de tourner ce menu à votre avantage. Sinon, armes à feu, magie et armes blanches se côtoient pour notre plus grand plaisir. Chaque personnage acquiert diverses compétences à mesure qu'il grimpe les niveaux, et un système d'arborescence et de points à distribuer vous permet de les améliorer à votre guise. Ce système de compétence m'a un peu faite penser à celui de Final Fantasy X, à ceci près que vous ne choisissez les compétences que vous pouvez acquérir par la suite. Aussi, chaque combat est noté par une lettre, mais je ne sais pas à quoi ça sert réellement. Je n'ai pas fait attention, mais sans doute que la note influe sur le nombre de points d'expérience et de gold obtenus. Les objets sont utilisables en combat et hors combat, et ils semblent nombreux. Vous pouvez barder vos personnages de divers équipements, c'est le côté RPG pur du jeu. 

Lors de l'exploration des donjons, vous ne pouvez pas sauvegarder à votre guise comme sur la carte générale ou dans les villes. Il vous faut un point de sauvegarde, sinon, vous devez juste mettre le jeu "en veille", jusqu'à ce que vous le repreniez plus tard. Vous avez la possibilité d'interagir avec le décor, mais dans une moindre mesure. La pyramide est par exemple bardée de pièges, mais il n'est pas difficile de les repérer et les éviter.
Quand vous êtes sur la carte générale, à bord de votre bateau volant (Maverick de son petit nom), des combats (aléatoires comme ailleurs) se déclenchent de temps à autre. Le système de combat dans les airs diffère des combats normaux dans le sens où vos personnages attaquent avec le bateau, en fonction de ses capacités de base. En exemple, Eddie utilise la pointe à la proue comme si c'était son épée, et Pad utilise les canons comme son gun. Chaque partie offensive du bateau est d'ailleurs plus ou moins efficace en fonction de la place des ennemis sur le terrain. Les canons cognent par exemple plus sur les ennemis situés sur le côté. Quand les ennemis frappent, c'est le bateau qui prend et non les personnages. Il faudra ainsi veiller à le maintenir à flot et penser à l'améliorer de temps en temps. Le bateau monte de niveau et change d'apparence aussi.
Niveau histoire, c'est plutôt classique pour l'instant. Un gamin riche cherche son papa, un autre gamin pauvre, sa maman. Ils décident donc de travailler ensemble. J'en suis, pour l'heure, là, j'espère que le scénario s'étoffera par la suite. Il semblerait qu'on ait jusqu'à quatre personnages dans son équipe, deux filles, deux garçons. Je ne sais pas quand nous obtiendrons les filles dans l'équipe.  

Graphiquement, c'est de la chibi 3D, des personnages assez courts sur patte avec des grosses têtes, comme dans Final Fantasy Crystal Chronicles : Ring of Fates. C'est assez cubique et le jeu est exempt de belles cinématiques, tout est en graphisme de jeu. Sinon, c'est assez coloré et le rendu des décors colle plutôt bien à l'histoire et à l'époque (j'aime les vieilles voitures dans les rues de Londres). Après, chara-design classique, du déjà-vu dans les RPG, que ce soit pour les personnages ou pour les monstres. On ne peut pas tout avoir en même temps. A noter aussi qu'à ce niveau, je trouve la tronche des personnages (dans les artwork) ressemblant pas mal à celle de Slayers - Knight of Aqua Lord. Pas top à mon avis.
Musicalement, le jeu est mieux pourvu que la plupart de ses confrères sur la même console. Les thèmes sont entraînants et pas chiants, les bruitages sont efficaces. J'aime bien la musique de la carte générale. Dommage par contre que les personnages ne parlent pas.  

Voilà, en bref, un RPG fort sympa mais pas indispensable, quoi que." 

DDG, le 30/10/09

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici