Mad Father

Mad Father

Genre: 
Horreur, action, énigmes
Console(s): 
PC
Éditeur: 
Indépendant
Développeur: 
Sen
Date de sortie originale: 
2010
Support: 
Dématérialisé
Version: 
anglaise
Nombre de joueurs: 
1
Jouable en ligne: 
Non
Prix: 
gratuit
Public conseillé: 
12 ans et +

Test

"Réalisé avec le logiciel Wolf RPG, Mad Father est un petit jeu indépendant fort sympathique.
Le résumé donne le ton : ce jeu est quelque peu malsain. Aya est une gamine qui sait que son père est fou et fait le mal au nom de la science. Pour autant, elle l'aime et ne cherche d'à le sauver quand celui-ci disparaît. Le manoir dans lequel nous évoluons est rempli de fruits d'expériences ratées et autres salles glauques.
Pas mal de passages sont dérangeants, accentuée par la jeunesse et l'innocence de notre héroïne. La voir armée de sa petite tronçonneuse est un tant soit peu décalée. Le scénariste nous balade pendant les quelques heures que dure le jeu : les rebondissements sont nombreux, les flash-back également. Quant à la fin, on ne s'y attend guère. 

Le jeu est en 2D vue du dessus, à la manière d'un Zelda. Les graphismes sont sympa, les décors proposent des détails dégueulasses, le chara-design est efficace. Les scènes de dialogue sont ponctuées d'images fixes de style manga de nos protagonistes.
La maniabilité souffre parfois de difficulté, surtout lorsqu'il faut gérer le timing au poil de mammouth. Le clavier n'est peut-être pas notre meilleur allié dans le jeu. Quelques séquences de QTE sont là pour nous faire rager ; c'est l'un des seuls moments où l'on peut mourir. Des ennemis nous attaquent ponctuellement, mais c'est surtout l'aspect énigmes et histoire qui est au premier plan.
Les puzzles sont peu complexes, surtout si on prend le pli de cliquer comme un taré sur tous les éléments du décor, à l'instar d'un point & clic. La plupart des énigmes ne demandent pas de réflexion, ce qui pourtant dû être la base de ce type de jeu. Pour autant, elles permettent de conduire l'histoire sans tomber dans les travers des visual novel (très passifs).  

Quelques mini-screamers sont présents, mais le design 2D rend la chose peu effrayante, même pour la chochotte que je suis. Au final, ce qui fait vraiment flipper dans le jeu, c'est le malsain qui se dégage des personnages et de l'ambiance en général.
La musique d'introduction est fort sympathique. On ne retrouve pas de bande sonore en particulier dans le jeu, seulement durant les cinématiques. Celles-ci sont nombreuses mais peu longues. L'absence de musique accentue le malsain du jeu. Les bruitages sont parfois glauques. Nous avons pas mal apprécié marcher encore et encore sur les cadavres pour faire "schpouik".... XD
Les personnages "parlent" parfois, en anglais. Généralement, cela se résume à quelques mots en début de dialogue.  

Au final, un petit jeu indépendant malsain mais non effrayant, avec des énigmes qui n'en portent que le nom, mais dont l'ambiance et l'histoire nous maintiennent en haleine jusqu'à la fin." 

DDG et Seraphim, le 07/01/14, jeu terminé à deux.

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici