King Arthur's World

King Arthur's World

Genre: 
Stratégie
Console(s): 
SNES
Éditeur: 
Jaleco
Développeur: 
Argonaut Games
Date de sortie originale: 
1992
Date de sortie en France: 
1993
Support: 
Cartouche
Version: 
anglaise
Nombre de joueurs: 
1
Jouable en ligne: 
Non
Prix: 
argus dans les 15€€
Public conseillé: 
12 ans et +

Test

"Oui, ce résumé n'est pas bien glorieux, mais il est à l'image du jeu. 

Voici un jeu de stratégie sorti sur SNES. Vous dirigez Arthur et ses soldats dans diverses contrées à la recherche de trésors, pourfendant l'ennemi. Pour l'histoire, arrêtez-vous là. Le but est de passer de la droite de l'écran à la gauche, sur un scrolling horizontal. Vous dirigez Arthur, qui est indispensable à la réussite du niveau (le seul à pouvoir prendre le trésor), et ses compagnons. Arthur est le seul à avoir une barre de vie sous la forme d'un coeur. Les autres unités meurent dès la première touche (pour les unités que j'ai rencontrées). Par contre, si vous perdez Arthur, vous avez tout perdu. Le roi peut avancer, combattre et capituler. Il peut possiblement faire d'autres choses, mais je ne suis pas allée assez loin pour le savoir ; vous m'en excuserez, le jeu est vraiment trop laborieux et ennuyeux. 

Les autres unités sont de multiples types : vous avez par exemple les classiques archers, pouvant tirer sous trois angles différents, se déplaçant par bataillons de cinq. Vous avez aussi des bombardiers, qui, se déplaçant seuls, peuvent poser des barils de poudre devant les obstacles. Car évidemment, entre le point de départ (une tente d'où sortent les unités dès que vous les appelez) et le trésor, il y a du chemin : pièges, portes, ennemis. Tout pour vous rendre la tâche difficile. La stratégie réside donc dans la gestion des unités et l'ordre auquel jouer les actions. Exemple, avancer un peu le roi pour éviter les tirs ennemis, puis appeler un bombardier pour éclater la porte obstruant le passage, puis avancer le roi, puis... Oui, expliqué ainsi, cela paraît terriblement long et ennuyeux. Et c'est le cas, car les personnages se déplacent à une lenteur sans nom et ne s'arrêtent JAMAIS où l'on veut qu'ils s'arrêtent. Les tirs ennemis sont inévitables, et il n'est pas rare de se prendre le souffle de nos propres explosifs car le personnage n'était pas assez rapide pour s'en éloigner.

Ajoutez à cela une musique horripilante (que vous pouvez toutefois changer depuis le menu principal, dans les options), un didacticiel qui n'en finit pas, et vous aurez la palme du jeu le plus lourd de la console. Et graphiquement, que dire ? C'est laid, très laid. Les personnages sont minuscules, on peine à les repérer sur la carte. Celles-ci sont très mal étudiées, car très longues et sans vue d'ensemble possible. Les personnages se confondent régulièrement dans le décor, et les pièges sont difficilement visibles. Tout pour plaire en somme. C'est par contre assez coloré, et les petits tableaux présentés après chaque victoire/défaite, sont sympathiques.
Le jeu est en anglais. Pour le peu qu'il se dit en même temps...
Vous bénéficiez d'une sauvegarde entre chaque niveau sous forme de code. Ce code est en fait une grille à multiples lignes et colonnes où sont alternées carrés bleus et carrés rouges. Très pratique à noter, vous en conviendrez.
Bon, ne tergiversons pas plus, ce jeu est un Lemmings raté. Très raté. Je souligne cependant qu'il est très bien noté sur les sites spécialisés. Le jeu ne déplait qu'à moi, finalement."
 

DDG, le 26/01/12

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici