Final Fantasy Fables : Chocobo Tales

Final Fantasy Fables : Chocobo Tales

Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Contes, aventure, mini-jeux, cartes
Console(s): 
Nintendo DS
Éditeur: 
Square Enix
Développeur: 
h.a.n.d.
Date de sortie originale: 
2006
Date de sortie en France: 
2007
Support: 
Cartouche
Version: 
française
Nombre de joueurs: 
1 à 4
Jouable en ligne: 
Oui
Prix: 
40€ à la sortie
Public conseillé: 
3 ans et +

Test

"Chocobo Tales est un jeu annexe à l'éminente série des Final Fantasy. Ce jeu reprend plusieurs personnages de l'éponyme saga tout en les incorporant aux contes les plus célèbres.
Car l'histoire de ce jeu tourne autour des fables, tels que celles de La Fontaine ou des frères Grimm. En tout, 16 fables sont à parcourir, fables qui ont été remaniées à la mode FF. Ainsi, la première fable disponible est l'histoire du Lièvre et la Tortue, où rongeur et reptile sont remplacés par des monstres de Final Fantasy (Pampa pour le lièvre notamment).
Quand vous plongez dans un livre, plusieurs modes s'offrent à vous : un mode histoire, où plusieurs fins sont disponibles, un mode solo qui vous permet de débloquer une carte (donc un chocobo) et de faire vos propres records et un mode combat en plusieurs niveaux où vous affrontez du chocopabo. Les victoires dans ce dernier mode débloquent diverses choses, à vous de les découvrir au fur et à mesure. A noter seulement que 3 miracles sont déblocables par livre.  

Plus qu'un RPG où vous avancez en réussissant des mini-jeux (courses, casse-têtes, puzzles...), Chocobo Tales propose un jeu de cartes à part entière. Assez innovant, celui-ci est difficile à décrire tel quel. Je vais tout de même essayer de vous en donner une idée. 122 cartes sont dispersées dans le monde. Ces cartes représentent des créatures des Final Fantasy et chacune a sa spécificité. Chaque carte est dotée de 4 ronds colorés (rouge, bleu, vert et jaune) répartis de chaque côté de la carte. Ces ronds sont les déterminants des actions que vous effectuez lors de votre tour face à l'adversaire. Plusieurs symboles peuvent se trouver dans les ronds. Une épée pour l'attaque, un bouclier pour la défense. Lors de votre tour, les ronds de couleur se superposent à ceux de l'ennemi. Ainsi, si votre épée jaune se colle au rond jaune vide ennemi, vous attaquez. Si l'ennemi a un bouclier jaune, il pare votre coup. Pareil pour lui. Pendant l'affrontement des cartes, les créatures dessinées se savatent sur l'écran supérieur à la façon papier. C'est plutôt sympa à voir. Certaines cartes ont des pouvoirs spécifiques. Par exemple, le dragon de brume a "mutisme", ce qui empêche l'ennemi d'utiliser ses capacités jusqu'à la fin du prochain tour. Vos decks (vos paquets de cartes) sont composées de 15 cartes maximum. Chaque carte est plus ou moins rare et donc plus ou moins puissante. De même, il vous faut un certain nombre de pierres disponibles durant le combat lors des coups pour utiliser certaines cartes ou pouvoirs. Enfin, il existe un système de vulnérabilité/résistance, mais je ne saurais plus l'expliquer. 

Pour en revenir à l'histoire principale, vous explorerez plusieurs endroits variés pour délivrer vos amis et empêcher Bebuzzu et autres (Irma...) de faire le mal. Vous serez aidé par Shirma, une demoiselle ressemblant fortement à un personnage de Final Fantasy Crystal Chronicles et Croma, un libraire ressemblant à un personnage de Final Fantasy IX. A part ça, comme je le disais plus haut, le jeu est basé sur la résolution d'énigmes et de mini-jeux.
Ces mini-jeux sont disponibles hors mode histoire, en multi-joueurs ou en solo. De même, des micro-jeux sont disponibles. Ce sont des jeux s'inspirant très fortement à des jeux old school, que ce soit au niveau graphique ou au niveau jouabilité, comme Balloon Fight. Ils se jouent très rapidement et le but est essentiellement de battre son propre record. A noter que certains de ces jeux sont jouables avec le micro de la console. 

Niveau jouabilité, le jeu peut se jouer via le stylet uniquement, ou via les boutons de la console. A savoir que la mobilité est meilleure via les boutons mais que les mini-jeux se jouent essentiellement au stylet. Sinon, les mini-jeux se prennent en main assez facilement, n'oublions pas que le jeu est tout public. Par contre, la difficulté va en grandissant et, à moins de s'entraîner, il devient parfois dur de vaincre les chocopabos lors des combats dans les livres. Cependant, cette difficulté est progressive, c'est donc un bon point pour le jeu.
Graphiquement, Chocobo Tales n'est pas à plaindre. Le jeu est en 3D plutôt bien modélisée, les couleurs sont chatoyantes et l'ensemble est mignon à croquer. Dans les livres, on retrouve un aspect crayon de couleur et papier fort sympa. La vidéo d'introduction est dans le même style, mise à part d'un côté pâte à modeler vivante a été ajoutée au début. Le chara-design est le même que pour les autres FF, notamment au niveau des créatures. L'ensemble est mixé façon SD-kawaii, les chocobos sont simplement adorables.  

Musicalement, on retrouve les thèmes classiques de la série, comme la musique de victoire. On a aussi des thèmes nouveaux très légers et qui restent en tête, c'est distrayant et ça colle bien à l'univers. Les bruitages sont un peu moins chouettes d'après moi, le cri des chocobos aurait pu être meilleur, et les personnages auraient pu parler. Dans l'ensemble cependant, c'est de bon aloi.
Que dire d'autre ? Et bien que ce jeu est distrayant et peut plaire à tout le monde. Il est original mais aussi classique dans le sens où on retrouve les mêmes créatures (des FF) et les mêmes contes de notre enfance, mais remaniés.
A noter enfin qu'un mode CWF Nintendo est disponible afin d'affronter des personnes du monde entier dans des combats de cartes enflammés. Aussi, le jeu peut être transféré d'une cartouche à l'autre pour quelques mini-jeux (une espèce de mode démo pour vos amis quoi).  

Je le conseille vivement. 

DDG, le 17/12/09

A noter qu'un second volet est sorti au Japon en 2008 mais qu'il ne semble pas vouloir traverser les océans pour venir nous voir. 

Wallpapers

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici