Far Cry 4

Far Cry 4

Titre original: 
Far Cry 4
Pays d'origine: 
Canada, France
Genre: 
FPS, aventure, RPG
Console(s): 
Xbox One, PS4, PC, Xbox 360, PS3
Éditeur: 
Ubisoft Montreal
Développeur: 
Ubisoft
Date de sortie originale: 
2014 (le 18 novembre)
Date de sortie en France: 
2014 (le 18 novembre)
Support: 
DVD/Blu-ray/téléchargement
Version: 
française
Nombre de joueurs: 
1 en local, jusqu'à 10 en ligne
Jouable en ligne: 
Oui
Prix: 
environ 30€
Public conseillé: 
18 ans et plus

Test

La série des Far Cry n'était pas forcément la plus connue parmi le monde des FPS, mais elle obtint un énorme gain de popularité avec la sortie du troisième opus, auquel j'avais developpé une certaine addiction pendant quelques mois de ma vie. Son univers et ses personnages aussi cruels que fascinants, son excellent gameplay, ses magnifiques graphismes m'avaient conquise. À peine deux ans plus tard, Ubisoft sort un quatrième volet qui reprend éminemment la même sauce que son prédécesseur. Étant donné qu'il se déroule dans un pays imaginaire similaire au Tibet, Far Cry 4 avait toute sa place dans notre rubrique. Je vais tenter de parler de jeu de manière un minimum impartiale par rapport à son prédécesseur, sachant que je n'ai pu tester que le mode solo. 

Nous incarnons un jeune homme, Ajay Ghale venu répandre dans son pays d'origine les cendres de sa mère mais qui va se retrouver impliqué dans la lutte d'une faction rebelle aspirant à renverser un roi tyrannique en place, qui semble bien connaître notre héros. Ce dernier ne s'en doutait pas en foulant le sol Kyrati mais il était déjà une célébrité car son défunt père est le fondateur du camp rebelle (je ne spoile rien ça nous l'apprenons dès le début).
Une fois passée l'introduction, nous évoluons dans un open world avec une population animale florissante où il est possible d'aller où bon nous semble. Nous pouvons choisir le moment où nous accomplirons des missions de quête principale pu bien passer du temps sur les missions annexes du pays. Entre sauvetages, infiltrations, courses, escortes, sabotage, chasse j'en passe et des meilleures, le jeu propose un large panel d'activités varié et amusant.


Un jour normal au Kyrat

 

Le gameplay est très bon de manière générale. Nous avons une partie jeu de shoot classique avec des flingues en tout genre et dont chacun a des caractéristiques très variées, des grandes des cocktails molotov, du c4 et toute la panoplie. Et une partie du jeu bien plus axée assassinat avec des exécutions au couteau ultra jouissives et classes à caser, la possibilité d'attirer des ennemis dans des coins isolés de leur groupe pour les éliminer discrètement, un arc ou arbalète pour tuer à distance sans se faire repérer. Contrairement au 3, ici j'avais beaucoup plus tendance à me la jouer ninja que guerrier brutal, avec l'arc l'arbalète et les couteaux de lancer. Jouer avec la tactique de la discrétion rend d'ailleurs le jeu plus difficile et plus intéressant. Bref nous avons la liberté quant à la manière d'aborder les combats.
Far Cry 4 propose tout un arbre de compétences et un système de points d'expérience qui permet de développer et débloquer de nouvelles capacités du héros qui enrichira l'expérience de jeu tout au long de l'aventure. De quoi plaire à tous les fans de RPG, même s'il est dommage que l'expérience se gagne si vite sans nécessité réelle de farmer pour débloquer les meilleures compétences.
Nous pouvons nous adonner à des sessions plus pacifistes où l'on explore toute la carte pour y découvrir divers lieux et objets cachés. Enfin "plus pacifiste", dans une certaine mesure seulement, car qui sait qui vous croiserez sur votre chemin entre rebelles et soldats en rixe et des prédateurs sauvages surgissant de nulle part.
Les graphismes du jeu sont d'une excellente qualité, entre le fourmillement de détail de la végétation et des environnements que l'on visite. On remarquera aussi le travail remarquable apporté à l'expressivité des personnages principaux (dommage toutefois que les figurants soient moins expressif qu'une carpe). Quelques bugs graphiques apparaissent de temps à autres, il m'est arrivé quelques fois de passer à travers la roche d'une falaise et de me retrouver coincée derrière, avec pour seule solution de devoir faire un déplacement rapide vers un lieu contrôlé par les rebelles. J'étais un peu déçue par la pauvreté des lumières et des effets météorologiques par rapport à Far Cry 3 mais en regardant des vidéos du jeu version consoles Next Gen, ces défauts n'y existent pas, ce qui fait donc une superbe expérience graphique.


De sympathiques moments dans les montagnes enneigées, bien que trop rares.

Bref tout cela constitue un jeu très sympa à jouer mais rien de nouveau par rapport à ce que proposait Far Cry 3. Examinons donc ce que nous avons de plus.
La quête principale nous pose des choix entre les missions proposées par les deux chefs du Sentier d'Or, Sabal et Amita. Au fur et à mesure de la partie, nous n'avons donc pas les mêmes missions de campagne disponibles selon le dirigeant que nous aurons privilégié.
Au cours de notre voyage dans le pays, diverses missions ponctuelles où il faut tuer des groupes de soldats, secourir des otages, voler des cargaisons, etc. nous accordent des points de Karma. Ils servent à obtenir des réductions de prix sur les armes à acheter mais aussi obtenir de pions de mercenaires. Certains derniers pourront nous accompagner que nous commandons en partie selon la tactique d'approche voulue. C'est sympa et pas mal, leur intelligence artificielle étant plutôt bien faite. Mais cette option a ses limites car ils ne viendront pas vous aider sur n'importe quelle mission.
Ensuite l'interactivité avec les animaux a été accrue. Appâtons les animaux carnassiers vers les ennemis pour leur faire faire une bonne partie du sale boulot. Ou bien montons à dos d'éléphant pour aller faire le ménage sans prendre de gants.


Pas d'inquiétude, vous pouvez en faire autant

 

Enfin, l'ajout d'un côté alpinisme dans l'exploration du pays est assez sympa et offre de nouvelles possibilités dans nos petites excursions nature.
Le jeu comporte d'autres changements plus mineurs qui modifient un peu la manière de jouer sans la révolutionner. 

Cependant, j'en viens désormais au gros morceau qui vient noircir le tableau. Le scenario.
Déjà, rien qu'en ayant vu les tout premiers visuels du jeu, des décors et de l'antagoniste, on peut voir que Far Cry 4 marche fermement sur les traces de son prédécesseur et la chose se confirme en jouant. Malheureusement, pour une qualité bien en deçà. Et la frustration se décuple quand nous constatons qu'il y avait tout pour faire un chef d'oeuvre capable même de surpasser Far Cry 3. Si je devais qualifier en un mot le plus gros problème, je dirais avarice.
Avarice en confrontation avec tous les personnages et en particulier les méchants. Alors que l'on espère des rencontres percutantes qui ébranleront sérieusement notre héros, tout se conclut toujours aussi vite que ça a commencé. Même pour le big boss Pagan Min, ses apparitions restent trop sporadiques et nous laissent sur notre faim. Le personnage au meilleur potentiel mais le plus gâché demeure Yuma Lau tant les rares interactions avec elle sont dénuées de logiques et expédiées n'importe comment.
Côté des rebelles, même si nous croisons souvent Amita et Sabal, finalement leur rivalité tournera vite en rond. Il est intéressant de devoir nous faire choisir entre deux points de vue radicalement opposé, sachant que souvent la réponse que j'aurais voulu donner est à la croisée des deux. Cependant, les choix n'auront pas toujours une très grande conséquence sur la trame principale, ce seront quelques cinématiques qui changent, des missions différentes mais qui rien qui chamboule la partie. J'ai aussi éprouvé une grande déception à l'idée que le personnage de Rabi Ray Rana se révèle plus que secondaire dans l'histoire, je m'attendais à une petite guerre des media aboutissant à une confrontation entre lui et la nana qui diffuse les messages du gouvernement, qui restera un personnage fort mystérieux que l'on aurait aimé rencontrer après avoir par exemple désactivé tous les brouilleurs radio des pagodes.
Ensuite, il ne sera même pas question d'avarice mais d'absence totale de travail sur la personnalité du héros. Le mec se fait embarquer malgré lui dans une guerre dont il était totalement extérieur, il se fait trimballer à droite à gauche par Amita et Sabal qui lui refourguent tout le sale boulot avec limite un coup de pied au cul pour qu'il s'exécute et il ne bronche jamais. En progressant dans la quête il découvre rapidement que tout n'est pas tout rose comme le costume de Pagan Min au sein du Sentier d'Or, que le père et la mère du héros, importants acteurs de la situation politique du pays, cachent de sombres secrets qu'il découvre au fur et à mesure plus ou moins à ses dépends. Même Pagan Min tente de lui envoyer des signes plusieurs fois. Sans compter non plus le twist dans le scenario qui se produit par la rencontre avec Willis (une sympathique guest star issue de Far Cry 3), où l'évidence même frappe notre héros.
Mais non, comme a dit Rabi Ray Rana, Ajay son truc c'est les muscles. Jamais dans le jeu il n'a remis en cause quoi que ce soit et ne s'est donné d'objectifs personnels issus de sa volonté propre, qui auraient pu rendre le scenario moins linéaire.
J'aurais tellement aimé par exemple qu'au fur et à mesure que l'on trouve des parties du journal de Mohan Ghale, nous revivions des épisodes du passé qui expliqueraient les origines de la guerre dans le pays, à l'instar de l'aventure fragmentée dans le Shangri-La. D'ailleurs, Revivre cette légende offre des moments de jeux certes très sympa avec les pouvoirs spécifiques de Kaalinag, mais ils ne servent à rien du tout dans le scenario. Ajay Ghale ne semble pas spécialement branché mysticisme et religions et ces sessions n'apportent aucun bonus non plus dans ses capacités dans le reste du jeu.

 

Dans la même gamme, je suis aussi déçue que Longinus, Yogi et Reggie ne soient pas plus ancrées dans le scenario du jeu, même si eux pour le coup ont tout de même un tout petit rôle à jouer. Ils sont tous trois super fun et ça aurait pu donner quelque chose vraiment marrant s'ils étaient davantage impliqués dans le scenario principal.
Toute cette parcimonie dans les interactions entre les personnages se ressent aussi sur le gameplay car les missions principales de campagne de sont pas assez nombreuses et beaucoup trop courtes pour la plupart. Elles ne nous baladent pas assez dans les différents lieux du pays, ne durent pas assez longtemps pour nous immerger vraiment dans l'action et frustreront même de ne pas nous donner assez l'occasion tout l'arsenal très varié proposé dans les magasins d'armes.
Parallèlement à l'histoire, c'est même l'univers du jeu dans son ensemble qui nous donne l'impression d'être bâclé. Le jeu semble très ambitieux dans ce qu'il promet au début mais il manquera terriblement d'envergure. Principalement parce que chacune des missions paraissent trop anecdotiques. Tous les combats entre les rebelles et l'armée royale ne semblent que des rixes de quartiers, on n'a pas une seule bataille épique et dramatique digne de ce nom, avec des régiments entiers qui s'affrontent. Pourtant encore une fois, on voit qu'il y a des éléments initiés mais pas exploités, telles que les vagues de représailles de l'armée royale. J'ai fait le test de laisser les garde tuer tous les rebelles dans un camp libéré mais le camp ne revient jamais aux mains de l'armée comme dans un Beat them all à la Dynasty Warriors.
Une autre chose m'a frappée : une violence qui semble largement édulcorée par rapport à Far Cry 3. À part la scène de torture au début, tout le reste n'a rien pour nous faire frémir vraiment alors que le casting nous annonce du très lourd. Bref, on a un peu l'impression de se balader dans le jeu. D'ailleurs, pour quelqu'un qui a beaucoup joué au jeu précédent, celui-ci paraître presque simple. Mais on peut se lancer des défis et adopter une éthique de jeu pour corser la partie (par exemple j'ai tout de suite commencé en difficile, jamais utilisé l'appareil photo pour marque la position des ennemis pour suivre leurs mouvements même à travers les murs, joué toujours à part une fois avec un mercenaire juste pour tester). 

Quand on fait le compte, il est évident que Ubisoft s'est largement reposé sur ses lauriers pour ce Far Cry 4 dont la campagne solo manque de richesse. Je pense qu'Ubisoft aurait dû prendre un an de plus pour renforcer le jeu et développer toutes les bonnes idées lancées, au lieu de précipiter sa sortie. Ou bien moins mettre l'accent sur la promesse d'un super scenario pour que nous n'espérions pas quelque chose de grandiose.
Si on considère Far Cry 4 sur son gameplay et sa réalisation, nous avons là un très bon jeu sur lequel nous passerons un bon moment. D'autant que j'ai entendu dire que la partie multijoueur est de qualité. À vous de voir ce qui vous importe le plus dans un jeu, même si pour ma part je me tournerais plutôt vers Far Cry 3

Hanoko, jeu terminé en septembre 2015 sur Xbox 360

Wallpapers

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici