Eternal Sonata

Eternal Sonata

Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
RPG
Console(s): 
Xbox 360 / PS3
Éditeur: 
Namco
Développeur: 
Tri Crescendo
Date de sortie originale: 
14/06/2007
Date de sortie en France: 
19/10/2007
Support: 
DVD
Version: 
Française (voix anglaises ou japonaises)
Nombre de joueurs: 
2-3
Jouable en ligne: 
Non
Prix: 
70€
Public conseillé: 
12 ans et plus

Test

Ca y est, je me suis chopé eternal sonata : D 

Le début est un peu long (beaucoup de "cinématiques" pour planter le décor), mais c'est beau et l'histoire à l'air pas trop mal, donc on se laisse porter par l'ambiance, la musique et les décors classes. 

Dans la première demi-heure de jeu on teste déja 3 persos (la fillette du début et deux frères "robin de bois"); les combats restent rythmés, malgré le "tour par tour actif", assez sympa à jouer, facile à prendre en main et pas trop compliqué. 

Ca me fait penser à tales of symphonia, mais avec des points d'action, du coup ça sera un peu plus stratégique et moins "bourrinage intensif" je pense. 

Après quelques heures de jeu, le système de combat est en effet très sympa, les sorts que l'on peut utiliser dépendent de la position du personnage : dans l'ombre, les sorts d'ombre, dans la lumière, les sorts de lumière : ]
À noter : Les monstres aussi sont influencés par les zones d'ombres et de lumière : ils peuvent passer d'un monstre tout mimi au soleil à un truc horrible et bien plus gros dans l'ombre. N'oubliez donc pas la crème solaire et plantez-vous au soleil en attendant que les moches redeviennent gentils, pour mieux les dépecer : p 

Il est également évolutif : au fur et a mesure, en plus de faire augmenter vos personnages de niveau, vous faites évoluer un "niveau de groupe" qui ajoute des contraintes et des avantages à la façon de combattre :
L'action du combat se déroule plus rapidement, les combos sont comptabilisés... il y a en tout 5 Niveaux de groupe, j'en suis au 2ème. 

L'évolution des persos est progressive, si on prend le temps de dérouiller tous les monstres que l'on croise lors de la visite des lieux, on se retrouve a un niveau équilibré pour les divers "boss de fin". 

Le seul truc qui m'a fait suer pour l'instant, le passage super frustrant qui m'a rappelé des vieux RPG :
À un moment donné (au bout d'une heure de jeu environ), on rencontre un type bizarre," ubber invicible".
Cela veut dire que lorsqu'on l'affronte, votre équipe est obligée de mourir... Tant qu'à faire, ils auraient pu faire une cinématique plutot que laisser les joueurs de dire : "oh, un combat... voyons voir... oh il m'a tué mon perso en 2 coups... tiens, il tue le 2ème tout aussi facilement, et je n'ai pas pu lui causer le moindre dégat...bon ben game over... ah non, ok, c'était vouluuuuu". 

Sinon, l'ambiance est vraiment bien rendue, on découvre même des instants cultures sur Chopin (vu que ça se l'histoire se déroule à cette époque). Seul bémol, c'est des photos bif bof et une voix off... Ca aurait été beaucoup plus sympa en anime, ou rendu avec le moteur du jeu. 

Petit plus :
J'ai vu qu'on pouvait passer les voix en jap, en laissant les sous-titres fr... dommage, je me suis habitué aux voix anglaises, et puis ça me fait réviser mon anglais.
Mais je vais surement passer aux voix jap un de ces 4. le détail qui tue quoi : D 

Petit moins :
Dans un même niveau, les monstres sont les mêmes, c'est un peu répétitif... 

En bref :
- des musiques qui claquent >> des reprises de Chopin et du Motoi Sakuraba (Star Ocean, Shining Force, Tales of, Valkyrie Profile...)
- des décors somptueux
- un cell-shading réussi pour les persos
- un système de combat évolutif
- le scénario à l'air de tenir la route pour le moment 

La xbox360 n'étant pas spécialement fournie en RPG (mass effect, blue dragon... il y en a d'autres ?), autant ne pas passer à côté d'eternal sonata, doté d'un univers dans lequel on plonge volontiers. 

Mon coup de coeur du moment :3 

Zach, 5 ou 6 heures de jeu, 08/01/08

Zach

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici