Estpolis DS

Estpolis DS

Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
A-RPG
Console(s): 
Nintendo DS
Éditeur: 
Square-Enix
Développeur: 
Square-Enix
Date de sortie originale: 
25 février 2010
Date de sortie en France: 
Inconnu
Support: 
Cartouche
Nombre de joueurs: 
1
Jouable en ligne: 
Non
Public conseillé: 
3 ans et +

Test

Attention, c'est un fan qui parle aujourd'hui. J'ai joué il y a quelques années à Lufia II via l'émulation SNes, un RPG tout simplement magnifique, et je l'avais sincèrement adoré. Lorsque je suis tombé par hasard sur Estpolis DS sur mon site d'émulation DS, je n'ai même pas attendu une version anglaise pour le tester. Allez hop, on allume sa DS et on y va! 

«Ouais bon ok, tu vas l'aimer ce jeu... Mais c'est quoi au fait, Lufia II?» 

Lufia II est un RPG narrant l'histoire de Maxim, un chasseur de monstres. Après avoir rencontré une femme nommée Iris, il apprend de sa bouche qu'il est destiné à se battre, destin croisé par plusieurs personnes qui l'aideront, et par les Sinistrals qui cherchent à savoir qui des humains ou d'eux est destiné à gouverner le monde. Scénario classique, mais c'est dans les vieux plats qu'on fait les meilleures soupes, il parait! 


La mystérieuse Iris

 Apparemment, dans la version DS, le scénario a légèrement changé (je ne comprends pas un mot de japonais moi!) mais les éléments principaux sont là: les Sinistrals, les 6 persos, la scène de milieu de jeu, la Dual Blade, ... Ca promet!

Contrairement à ce que son nom indique, Lufia II se passe 90 ans avant Lufia 1er du nom (d'ailleurs, la scène démarrant Lufia 1 est tout simplement la fin de Lufia 2, vive le spoil monstrueux!), donc ne vous inquiétez pas de quelconques spoils si vous tentez de faire le second opus. 

Pour la DS, exit le RPG, exit les Capsule Monsters (Des créatures qui nous aidaient en combat qu'on ne contrôlait pas), mais place à un système de A-RPG très dynamique. Si on devait comparer, au revoir Final Fantasy, place à Seiken Densetsu! Et là, grande nouvelle joie, vous découvrez six emplacements de personnages, signifiant qu'une seule chose: Vous allez garder Tia et Dekar jusqu'à la fin du jeu, contrairement à l'original. Et vous n'allez pas le regretter! 


Le premier boss du jeu très... imposant.

«Ca ne rend pas le jeu plus facile?

Eh non, la difficulté a justement été réhaussée. Exit les 4 monstres en tour par tour, bienvenue aux 4 monstres en temps réel! Et vous ne contrôlez qu'un personnage à la fois, que vous pouvez changer quasiment à tout moment. Chaque personnage a son propre style d'attaque, sa propre arme et son propre élément qui peut être utile selon l'ennemi affronté, et c'est justement là qu'on apprécie de pouvoir contrôler Dekar jusqu'à la fin du jeu (nommé ici Hydekar), du fait qu'il n'ait pas d'élément, et surtout qu'il puisse contrôler n'importe quelle arme, dont celle de Tia qui est simplement monstrueuse une fois maitrisée. 


Votre mission: survivre.

Mais ce qui a toujours fait la renommée des Lufia vient des énigmes en plus du jeu en lui même. Pour avancer, vous allez devoir résoudre des énigmes plus ou moins tordues, et à la difficulté croissante. Et pour ne pas donner une sensation de déjà-vu aux joueurs de la version originale, et pour adapter à la 3D, l'intégralité des énigmes a été revue! Bourriner ne suffit donc pas, il faut aussi creuser ses méninges. 


La valise de Tia (!) peut servir de grappin pour attirer des objets, tandis que la katar gelée de Selan peut servir de disque pour activer des interrupteurs. Vous devrez résoudre des énigmes grâce à ça!

Nouveauté particulière dans cette version: le système de grille. Vous avez un tableau géant, séparé en six parties (une par personnage), et des pièces à placer qui ressemblent un peu à celles de Tetris. Selon comment vous les placerez sur la grille, vous pourrez bénéficier de montées en statistiques et en éléments, vous permettant d'être plus puissant. De plus, vous pourrez à partir d'un moment fusionner ces pièces entre elles afin de les rendre plus intéressants. A vous de trouver comment monter vos personnages pour qu'ils soient intéressants! (Et parce que je suis sympa, sachez juste que ceux sur la gauche sont physiques, et ceux sur la droit sont plus axés magie!) 



Le système de grille

 Passons maintenant au point de vue technique. Déjà, niveau graphisme, c'est de la Nintendo DS, mais putain les artworks sont beaux. Et en plus, selon ce que le personnage dit, la tête change, c'est pas beau ça? C'est des images fixes lorsqu'ils parlent, mais on a l'impression que c'est animé! Le reste du jeu en lui même donne la même impression que Enfant Insecte (L'), donc que du positif.  

 Et niveaux sons, là on peut le dire, ils ont assuré. Prenez TOUS les thèmes de la version SNes, réadaptez les sur la version DS, et vos oreilles sont en extase. Et comme si ça ne suffisait pas, lors des séquences de discussions des persos... ils parlent! Et les doublages sont magnifiques! Pour info, la doubleuse de Selan n'est rien d'autre que Miyuki Sawashiro, qui double Celty Sturluson dans le récent Durarara!!

Pour conclure, je n'ai qu'une chose à dire: "S'il vous plait, Square-Enix, sortez nous Estpolis DS en France. Les fans le veulent!" J'ai pris un vrai bonheur à y jouer, même si j'ai rien compris à ce qui s'est dit (merci le japonais) et ça serait bien que les gens découvrent cette série méconnue en France. Espérons que Squix exauce notre souhait! 

Kosnyru le 05/05/10

Kosnyru

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici