Univers des Castlevania

Castlevania : Order of Ecclesia

Castlevania : Order of Ecclesia

Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Action, plate-forme
Console(s): 
Nintendo DS
Éditeur: 
Konami
Développeur: 
Konami
Date de sortie originale: 
2008
Date de sortie en France: 
2008
Support: 
Cartouche
Version: 
française
Nombre de joueurs: 
1
Jouable en ligne: 
Non
Prix: 
40€ à la sortie
Public conseillé: 
12 ans et +

Test

"Un des derniers Castlevania sortis et pourtant le tout premier que je teste. Immersion au pays des Ténèbres.
L'histoire semble toujours suivre le même fil. Vous devez vaincre Dracula, encore et à jamais. Là, c'est Shanoa qui s'y colle. Elle est jolie, froide et forte, une vraie petite guerrière comme on en fait beaucoup trop. Mais, alors que je pensais qu'on se battait toujours au fouet dans Castlevania, notre chère demoiselle utilise des glyphes. Les glyphes sont des espèces d'armes ou pouvoirs qui, quand Shanoa les intègre dans son tatouage dorsal, ont des facultés spécifiques. Le premier glyphe que vous obtenez est celui de la rapière. Vous obtenez ensuite le glyphe de magnétisme et celui du couteau, etc. Je ne sais pas combien de glyphes sont disponibles, toujours est-il que cela permet un panel de coups et de pouvoirs appréciable.  

Comme je m'en doutais, ce Castlevania est aussi difficile que le promettait la légende sur la série. Pour dire, je suis morte au bout de dix minutes, contre des têtes de chevaux et un fantôme hurlant. En fait, la difficulté réside dans la pullulation des monstres et dans la maniabilité. Il faut savoir avoir des réflexes impressionnants pour pouvoir esquiver au mieux les attaques ennemies et cogner en même temps. D'autant que l'écran minuscule de la DS n'aide guère à bien voir ce qu'on nous balance à tour de bras sur le coin du nez. Assez horripilant.
Graphiquement, j'ai rarement vu un chara-design aussi léché. Je connaissais déjà les oeuvres de cette grande artiste qu'est Ayami Kojima, mais je dois avouer que les artworks de cet opus sont plus que sublimes. Il suffit de regarder pour comprendre ce que je veux dire. Sinon, pendant les phases de jeu, c'est un peu moins glorieux. De la 2D, des décors et des monstres sympa, mais rien de bien sensationnel. On a vu mieux sur la console double-écran. Les effets des glyphes et autres sont bons, j'apprécie beaucoup les mouvements de notre chère Shanoa, surtout quand elle s'approprie un glyphe. Relevé de cheveux sensuel sur un tatouage dorsal divin... Sinon, la cinématique est une succession d'artworks vaguement animée, c'est un peu simpliste, dommage. 

Musicalement, c'est plutôt bon. La musique qui accompagne la cinématique est agréable et celle pendant le jeu aussi. Les personnages parlent de temps en temps, soit en anglais, soit en japonais, à votre choix. J'aime beaucoup les bruitages, le cri des fantômes hurlants est assez effrayant.
Comme je n'ai pas pu beaucoup avancer, je ne sais pas si l'histoire est riche en rebondissements ou pas. J'espère cependant qu'on ne se contente pas que de courir après Albus pour ensuite dégommer Dracula...
À noter qu'un mode entraînement existe, ainsi qu'un système de mise en ligne de vos performances à des buts comparatifs. Un mode entraînement existe aussi. 

Voilà, en bref, un jeu d'une longue série pour les joueurs acharnés. Trop difficile pour moi." 

DDG, le 18/01/10

Les opus de cette série sont très nombreux et parfois très vieux. Toujours le même principe cependant.
Dans le même genre, retrouvez Barnyard Blast : le Cochon des Ténèbres.  

Wallpapers

Wallpaper/fond d'écran Castlevania : Order of Ecclesia /  (Jeux vidéo)Wallpaper/fond d'écran Castlevania : Order of Ecclesia /  (Jeux vidéo)Wallpaper/fond d'écran Castlevania : Order of Ecclesia /  (Jeux vidéo)Wallpaper/fond d'écran Castlevania : Order of Ecclesia /  (Jeux vidéo)Wallpaper/fond d'écran Castlevania : Order of Ecclesia /  (Jeux vidéo)Wallpaper/fond d'écran Castlevania : Order of Ecclesia /  (Jeux vidéo)

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici