Breath of Fire

Breath of Fire

Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
RPG
Console(s): 
GBA, SNES
Éditeur: 
Capcom
Développeur: 
Capcom
Date de sortie originale: 
2001, 1993 (SNES)
Date de sortie en France: 
2002
Support: 
Cartouche
Version: 
française
Nombre de joueurs: 
1
Jouable en ligne: 
Non
Public conseillé: 
3 ans et +

Test

"Le jeu original sur SNES n'est, semble-t-il, jamais sorti sur le sol français. C'est donc la version GBA qui, en 2002, nous présente le premier volet de la série très connue des Breath of Fire, 6 ans après la sortie du 2 en France sur SNES. Heureusement que les opus ne se suivent pas vraiment...
L'histoire peut sembler assez classique de prime abord : un gros vilain et un héros qui doit le dégommer. L'originalité de la série est que le héros en question n'est pas ordinaire : c'est en fait un dragon. Il est de plus aidé dans sa quête par toutes sortes de personnages, notamment une princesse-oiseau, un homme-loup ou encore un crapaud. A part ce petit détail, l'ensemble reste du banal dans le monde du RPG : une grande carte avec plusieurs villes qu'il faut sauver de monstres et de boss malveillants, des pouvoirs magiques...  

A propos de la carte, sachez qu'il est assez difficile de s'y repérer. Elle est grande, on ne vous indique pas vraiment où vous devez aller, c'est un peu par hasard qu'on tombe sur les villages et autres endroits à visiter. De plus, les monstres vous attaquant sont nombreux, les combats apparaissant en effet comme par enchantement. C'est certes très commun dans le monde du jeu vidéo, mais je trouve ça assez lourd, surtout quand la proportion d'apparition est si grande.
Au niveau des pouvoirs, même si on a droit aux classiques pouvoirs élémentaires et à ceux de la vie, sachez que notre cher héros a la faculté de se métamorphoser. C'est assez jouissif de combattre avec un dragon ou une bestiole assimilée. 

Le chara-design des personnages fait toute la série. On retrouve les mêmes personnages, à peu de choses près, à chaque opus, comme dans la série des Zelda. A chaque fois, ils ne se reconnaissent pas entre eux, mais qu'à cela ne tienne, nous, on les reconnait ! Et on les aime. Ryu est un héros assez charismatique bien que peu bavard. La princesse Nina est une petite peste impulsive mais attachante. Bo est un homme des bois plutôt agréable à suivre, etc. Concernant les monstres, on a droit aux classiques blobs, zombies, squelettes, etc. Leur nombre est assez conséquent et beaucoup sont synonymes de combats acharnés. Concernant leur animation, ils ont tous leurs particularités en combat qui fait que cela reste attrayant et dynamique, malgré la répétition.
Comme dans tout RPG qui se respecte, vous devez monter les niveaux de vos personnages en combattant encore et toujours. Les mêmes caractéristiques qui montent toutes seules à chaque niveau, des pouvoirs qui s'acquièrent tous seuls, un équipement à gérer... Rien de bien nouveau ici.  

Les combats se font au tour par tour, sachant que vous gérez en même temps une équipe de quatre personnages (même si vous en avez plus à disposition pour créer l'équipe idéale). Petit détail à part, les quatre personnages se suivent lors des phases d'exploration, et sont interchangeables.
Graphiquement, la version GBA à laquelle j'ai joué est très colorée mais plutôt classique. De tous petits personnages et monstres pour de grands écrans d'exploration et de combat, mais des animations sympathiques, le tout en 2D. ça reste de la GBA, en fait.
Musicalement, des thèmes sympa mais qui tapent souvent sur le système. Heureusement, on a la possibilité de virer la musique quand bon nous semble. Les bruitages sont banals, et les personnages ne parlent pas.
Que dire de plus ? Je suis assez heureuse de pouvoir jouer au premier opus de la série, même si c'est en anglais. J'avais connu, étant petite, le troisième opus, et j'avais vraiment apprécié. Un bon petit RPG." 

DDG, le 05/01/11

D'autres vieux RPG ? Jouez à Wild Arms.
Retrouvez la version manga du quatrième opus de la série : Breath of Fire IV

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici