Univers des Animal Crossing

Animal Crossing : New Leaf

Animal Crossing : New Leaf

Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Simulation de vie
Console(s): 
Nintendo 3DS
Éditeur: 
Nintendo
Développeur: 
Nintendo
Date de sortie originale: 
2013
Date de sortie en France: 
juin 2013
Support: 
Cartouche
Version: 
française
Nombre de joueurs: 
1 à 4
Jouable en ligne: 
Oui
Public conseillé: 
3 ans et +

Test

"Voici le dernier opus de la série éponyme. N'ayant joué qu'à Animal Crossing : Wild World avant celui-ci, je ferai des comparaisons entre ces deux titres, sans prendre en compte le précédent Let's go to the City sorti sur Wii.
D'un point de vue graphique, pas de nouveauté à mon sens. Toujours aussi mignon, très rond, très coloré, sans effort graphique particulier. L'utilisation de la 3D se fait en douceur mais n'apporte pas grand chose non plus au jeu. Le design des poissons et autres prises pour le musée ont été légèrement améliorés, sans plus.
Les nouveautés se situent surtout dans le jeu en lui-même. Premièrement, vous êtes devenu le maire de la ville, ce qui n'était pas le cas avant. Ce job vous impose deux-trois petits travaux du style choisir l'hymne de la ville, une réforme ou deux, etc. Si en début de partie le poste de maire vous prend tout votre temps, par la suite, on s'en fiche un peu.  

Tortimer, l'ancien maire des précédents opus, se la coule maintenant sur une île paradisiaque. Vous pouvez vous rendre assez rapidement sur cette île, moyennant finance. Cette excursion vous permettra de jouer à des mini-jeux rigolo afin de récolter des médailles vous permettant d'acheter des objets exotiques. Vous pouvez également agrandir vos collections de poissons, crustacés (la nouveauté par rapport aux autres opus) et insectes, mais aussi de récupérer des fruits exotiques pour les planter dans votre ville. Concernant les crustacés, il vous faudra mouiller le maillot, grande nouveauté là encore. Nager est sympathique mais la pêche en elle-même n'est pas des plus passionnantes car un peu lente.
Dès le début du jeu, vous avez la possibilité de choisir la configuration de votre village parmi plusieurs possibles. Par la suite, vous pouvez l'agrémenter avec divers ornements et ponts que les citoyens payent de leur poche (surtout vous, en fait). Vous avez toujours la possibilité de changer la musique de la ville et le drapeau, etc.  

Nouveauté dans cet opus, le haut de la ville se compose d'une sorte de rue marchande, avec des boutiques se rajoutant au fil de l'évolution du bled. Notre Tom Nook national a laissé l'épicerie à ses neveux (il me semble) pour s'occuper pleinement d'une agence. Vous pouvez donc, chez lui, agrandir votre maison et la customiser comme bon vous semble, du toit à la boite aux lettres. Bien sûr, c'est chez lui que vous payerez le plus cher, comme d'habitude.
Les neveux tanukis sont un poil flippant car sont aussi vénaux que leur tonton. Ils tiennent une petite boutique qui vend des outils et des objets divers pour votre maison. Petite différence avec les précédents opus, j'ai le sentiment d'avoir moins de choix dans ces fameux objets. Le magasin s'agrandit au cours du jeu.
Dès le début, vous avez bien entendu accès au musée. Vous pouvez toujours expertiser vos fossiles et y donner vos prises. Petite nouveauté et non des moindres, vous pouvez donner plusieurs objets d'un coup au hibou. Cela évite de perdre un temps considérable. De même, notre conservateur parle carrément moins, et c'est cool. 

Vous avez aussi accès, au départ, au classique bureau de poste où rien ne change vraiment à part la mise en place du paiement de vos prêts par la borne. Vous pouvez, dans la boutique à proximité, retrouver Cousette et ses frangines pour vous refaire une garde robe et acheter des accessoires. Petite nouveauté, vous pouvez retirer vos chaussures et combiner accessoire "facial" avec un chapeau et compagnie.
Parmi les enseignes se rajoutant au fil du jeu, on retrouve le magasin de jardinage, le club, la diseuse de bonne aventure qui d'ordinaire est mobile, le magasin de chaussures et le salon de beauté. Rounard est toujours là, ponctuellement, pour vous vendre des fausses oeuvres d'art, à ceci près qu'il vous envoie celle que vous avez choisi par la poste, le lendemain.
Au centre de la ville, vous trouverez aussi une boutique de recyclage qui rachète vos objets ou vous permet de les mettre en dépôt-vente. Les autres habitants font de même mais je trouve le roulement très lent. Le lama bleu de la boutique pourra, plus tard dans l'aventure, customiser vos objets.
Les possibilités de "quêtes" avec les habitants sont augmentés mais cela reste globalement du "va me chercher ça" ou "apporte ça à untel". Basique mais cela permet de récupérer des objets.
Beaucoup d'évènements réguliers dans le jeu, notamment lors des fêtes. Je vous laisse découvrir ceux-ci au fur et à mesure.
Le mode multijoueur vous permet toujours d'inviter vos potes dans votre ville et d'aller dans la leur. Je n'ai jamais pu le tester, je ne pourrai donc pas vous en dire plus. 

Au final, Animal Crossing reste fidèle à lui-même, avec une communauté de joueurs toujours plus grande. Moi, j'adore, mais je sais que ce n'est pas le cas de tout le monde. Un jeu pouvant paraître ennuyeux au possible, mais je dirai plutôt qu'il est apaisant." 

DDG, le 05/10/2013

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici