Takeshis'

Takeshis'

Titre original: 
Takeshis'
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Parodie
Date de sortie originale: 
2005 (5 novembre)
Date de sortie en France: 
05/07/06
Durée: 
108 minutes
Support: 
Cinéma

Avis

"Moi :
Ca te dirais d'aller voir le dernier Kitano ?
Mon frère :
Encore un film avec des flingues, des filles...
Moi :
Euh.. oui.  

Dans Takeshis' on suit d'abord la vie de Kitano. Enfin on essaie de suivre, car le montage est super violent. On passe d'une scène à l'autre, ça revient en arrière, on nous balance un extrait subliminal etc. Bref c'est assez fou dès le début.
On le voit dans différents rôles, un peu au bout du rouleau. Cette partie est d'un grand intérêt car on voit l'aspect derrière la caméra de la vie de Kitano : sa relation avec les yakusas, la personne qui le maquille, ses amis, où même le moment où on lui peint un tatouage etc.
Et puis on est surpris par l'apparition de ce sosie. Voyant un Kitano blasé, on se dit qu'ils vont nous faire le "coup de l'échange". Eh bien pas du tout. On va suivre le parcours de ce sosie, qui est un râté. Il échoue audition sur audition, son soit-disant ami passe son temps à le rabaisser. Ce sosie, il a cependant une particularité : c'est un grand fan de Kitano, et il passe son temps à révasser qu'il est dans la peau de Kitano dans un film de Kitano. Du coup il a des tonnes de scènes fantasmée de fusillades, montrée et remontrée, avec un yakusa increvable qui dégueule de pistolet et de mitraillettes, tout le monde y passe sauf lui, que ça en devient drôle.
Car, l'énorme point fort du film c'est d'avoir réussi à faire une parodie de la filmographie complète de Kitano. On est content d'avoir reconnu telle ou telle référence, et puis cet humour stoïque propre à Kitano. Bref mon frère et moi on s'est bien bidonné dans la salle, même si les 4 autres personnes présentes n'ont pas saisi le délire.
Sonatine, Hanabi, le Kitano blond de Zatoïchi, les claquettes (plein de scènes de danses absolument brillantes), etc etc. En tant que fan j'ai été comblé.
Et il y a l'aspect surréaliste de la chose, on ne sait jamais trop si le mec rêve, si on est dans un film, s'il regarde un film, du coup ça part en sucette tout le temps, c'est é-nor-me. L'aspect "double de Kitano" est très bien utilisé.
On notera quelques lenteurs, notament dans les scènes de shoot.
Bien sûr une galerie de personnages plus fous les uns que les autres, genre deux sumos, genre un jeune chef yakusa débile, genre une office lady chieuse à souhait etc.
Un film qui ne peu que rappeller Getting Any ? en moins drôle certes, mais en mieux construit.
A voir absolument. 

Edit du 07/05/10 : A la seconde vision, 4 ans après, et quelques autres films de Kitano (re)vus entre temps, on est effectivement content de voir l'aspect "coulisse" et "autoparodique", mais je me suis vraiment ennuyé. Il y a trop de temps morts, de temps longs. De par cette seconde vision, j'ai sans doute mieux saisi cet aspect du double, où toutes les scènes et tous les personnes sont démultipliés, reviennent comme des moments marquant des traumatismes qu'on a toujours derrière un coin de la tête. Je décroche le coup de coeur que j'avais attribué à ce film, mais il n'en demeure pas moins de le voir car il est fondamental dans la filmo de Takeshi Kitano.  

Docteur Spider, remercie le Monde de lui a avoir offert deux places, et le cinéma Lincholn de l'avoir accepté ;), 13/07/06
Revu le 07/05/10

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici