Tabou

Tabou

Titre original: 
Gohatto
Pays d'origine: 
Japon, France, Royaume-Unis
Genre: 
Drame, historique
Éditeur original: 
Shochiku Kinema Kenkyû-jo
Éditeur français: 
Universal picture
Date de sortie originale: 
1999 (18 Décembre)
Date de sortie en France: 
2000 (17 Mai)
Durée: 
1h36
Support: 
Cinéma, TV, DVD
Prix: 
12,99€€ sur le net, sinon dans les environs de 20€€

Avis

"Voilà un film bien surprenant qui traite un sujet vraiment pas banal dans le cinéma.
Déjà, dès le départ ça m'a plu puisque j'ai pris goût aux histoires concernant le Shinsengumi (désigné en féminin dans le film donc je vais en faire de même pour mon avis). J'ai très peu vu de films qui en parlaient voire pas du tout, c'était principalement en manga (est-il nécessaire de citer Kenshin le vagabond ou mieux encore en la matière, Peace Maker?) que la Shinsengumi avait été abordée. Cependant, ce film se différencie par l'aspect traité à l'intérieur du thème de la Shinsengumi. Au lieu de raconter purement et simplement les accomplissements de la Shinsengumi tel un livre d'histoire, le film traite des relations amoureuses parmi les membres et pas n'importe lequelles puisqu'il s'agit des relations homosexuelles. Bien sûr il comporte des scènes d'action, essentiellement des scènes d'entrainement. Soulignons au passage la beauté des chorégraphies des combats. Et les affaires politiques de la Shinsengumi sont aussi évoquées, afin tout de même que l'intrigue ne soit pas entièrement détachée du contexte historique. Mais tout ça participe en quelque sorte à la sentimentale intrigue principale.
Au début, j'avais plutôt envie de rire, la façon un peu brute d'aborder le sujet prêtait plutôt à l'amusement, mais plus nous avançons dans le film, plus nous accrochons. Sozaburo séduit beaucoup d'hommes autour de lui et éveille pas mal de jalousie. Tashiro tombe derechef sous son charme et il semble que Sozaburo n'y soit pas insensible non plus. Cependant, rien n'est sûr car nous sommes placés extérieurement au fait, comme si nous étions simplement des badauds qui écoutaient les rumeurs. En effet, on ne voit jamais explicitement l'amour entre Tashiro et Sozaburo, nous rentrons pas dans leur intimité. Ainsi le doute s'installe pendant tout le film et nous sommes avides de réponses claires. Néanmoins, il se trouve que le film occulte pas mal le personnage de Tashiro. C'est dommage car il est beaucoup moins attachant du coup, mais ce choix semble traduire une volonté de vérité cachée.
Nous avons très souvent le point de vue de Hijikata, Kondo ou Yamazaki qui cherchent à élucider cette affaire afin de rétablir l'ordre au sein de la Shinsengumi. Mais dans leurs investitures, certaines certitudes sont remises en cause: on n'est plus certain des tendances amoureuses de personne. Sozaburo est un personnage tellement ambigu et charmeur que même des personnages comme Hijikata, réputés pour leur intransigence se retrouveront dans un état d'esprit complexe qui pourrait révéler des choses insoupçonnées d'eux-même, qu'elles concernent Sozaburo ou pas.
Bref, Tabou soulève beaucoup de sujets qui sont tenus secrets levant justement ces interdits. Si bien que la fin très ambigüe apporte bien plus de questions que de réponses. Ca frustre un peu car le film cultive sans cesse un mystère qui reste entier jusqu'au bout, même s'il a évolué, alors que nous sommes avides de plus de clarté. 

Si vous n'exécrez pas l'homosexualité, ce film est très beau, même si on peut lui adresser en reproche qu'il soit toujours très mystérieux.
Je vous mets les deux affiches dans le synopsis car je trouve la française pas très belle :/." 

Hanoko, film vu le 26/03/08

"J'avais gardé de ma précédente vision un avis négatif sur Tabou. Mon avis est un peu plus nuancé avec cette deuxième vision.
L'histoire se passe au sein du Shinsengumi, milice chargée de mater les révoltes, maintenir l'ordre (autrement dit maintenir le Shogun). L'histoire commence avec l'entrée de deux nouvelles recrues, qui vont devenir amants. On va suivre plus particulièrement l'efféminé Sozaburo qui du fait de sa beauté, va créer la discorde entre les hommes de la milice. Discorde car donne des envies, ou ne fait que refléter des pratiques déjà existantes mais inavouables ?
Ce qui est original, et qui gène un peu, c'est que le tout est tourné comme une enquête policière, du moins une enquête réflexive, où on va entrer dans certaines pensée de Kitano, un des maîtres de la milice. De même Kitano essaye comprendre les motivations de cet homme, fils de marchand. Serait-ce l'envie de tuer qui l'a poussé à entrer au Shinsengumi ?
De Tabou je ne me souvenais que de la scène finale. Aujourd'hui me sont apparus des entraînements de kendo, un peu de sexe entre hommes, une visite chez les geisha, la traque de conspirateurs etc.
La VF n'est pas très brillante. La musique, signée par le grand Ryoichi Sakamoto, ne m'a pas marqué non plus. 

Au final le film, malgré son casting de qualité, ne m'a guère marqué." 

Docteur Spider, 23/03/2010

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici