Soleil Rouge

Soleil Rouge

Titre original: 
Red Sun
Pays d'origine: 
France - Italie - Espagne
Genre: 
Western
Éditeur français: 
Studio Canal
Date de sortie originale: 
1971
Date de sortie en France: 
15 September 1971
Durée: 
112 minutes
Support: 
Cinéma, DVD, K7, TV
Prix: 
10 euros

Avis

"C'est la deuxième fois en peu de temps que je vois Soleil Rouge, de Terrence Young. Je tenais à partager avec vous ce western européen, car il touche à nos problématiques. 

Certes Soleil Rouge est un western européen. Il réunit des grands noms du star system : Charles Bronson, Alain Delon, Ursula Andress... et Toshio Mifune ! Il s'agit d'un genre connu : le western occidental invite un élément exotique histoire d'épicer un peu un genre devenu fade (pensez aux collaborations avec la Shaw Brothers comme Le bon, la brute, le karate, ou Mon nom est Shangaï Joe). Et le mélange est plutôt réussi.  

Après s'être fait blueser par Gotch (Alain Delon, qui incarne un mec de la Nouvelle Orléans, un frenchy quoi), son jusque-là acolyte Link (Charles Bronson) est contraint de s'allier avec un samouraï au service du gouverneur japonais aux USA : Kuroda (Toshio Mifune). Le film s'ouvre sur la classique scène d'attaque de train. Puis on traversera des paysages hostiles quoique sublimes, pour arriver dans une petite ville où l'activité principale est un bordel. Pour finir par des affrontements avec les indiens, puis les duels finaux entre nos personnages principaux. 

Ce qui fait la différence, c'est bien sûr la présence d'un homme venu d'un pays étranger, portant une robe et un sabre, doublé au côté buddy movie. Comme dans d'autres film, on joue beaucoup sur l'aspect "découverte de l'autre" : au moment de manger, Mifune sort ses baguettes et ses plats typiques (boule de riz, omelette) Bronson trouve que ça pue. Mifune coupe un moustique au poignard ^^ et bien sûr il déclame des préceptes du bushido en temps voulu ("un homme avec le ventre plein a la tête vide" etc.), Quand Mifune s'énerve il parle japonais, c'est ce qui fait tout son charme  Nos deux illustres personnages finissent par sympathiser, même si Bronson essaiera tout le long du film de lui fausser compagnie / faucher la vie

Le film est assez bien mené, même s'il y a quelques longueurs. Terence Young fait bien son boulot de réalisateur (plans...). Le soleil rouge, c'est le soleil couchant rappelant qu'une journée s'achève, qu'on se rapproche du temps imparti, donc de la mort.... La musique du film est très américaine, entrecoupé à bon escient de sonorités japonaises. Le doublage en français n'est pas terrible, mais pour pousser un cran plus loin le dépaysement, les propos en espagnol / indien / japonais ne sont pas traduits ou sous-titré.  

Au final Soleil Rouge réussi son pari de nous faire un bon western exotiques, avec ses flingues et ses combats à l'arme blanche, ses acteurs de tout horizon, son humour. Un film sympa."

Docteur Spider, 02/04/11

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici