Royaume Interdit (Le)

Royaume Interdit (Le)

Titre original: 
The Forbidden Kingdom
Pays d'origine: 
États-Unis
Genre: 
Aventure
Éditeur français: 
TF1
Date de sortie originale: 
2008
Date de sortie en France: 
24 septembre 2008
Durée: 
100 minutes
Support: 
Cinéma, DVD

Avis

"On ne pourra pas dire que le J&J projet (J pout Jet et Jacky) ne s'était pas fait attendre ! 

Les tractations ont commencé en 2006 (qui va incarner le roi des singes ?), le tournage en mai 2007 jusqu'a fin août, en post-production ensuite (= on ajoute pleins d'effets spéciaux) et fin 2008 Le royaume interdit était sur nos écrans. Aujourd'hui il sort en DVD. Voilà pour la petite histoire. 

L'intérêt du film, a priori, est d'avoir réuni pour la première fois deux monstres sacrés du cinéma d'arts martiaux, chinois, puis américain. Vont-ils se battre côté à côte, l'un contre l'autre ? On apprend que la deuxième solution est choisie. Bref ça va être le match du siècle.  

Aux manettes Rob Minkoff (Stuart Little 1 et 2, Le Manoir Hanté et les 999 Fantômes, Le Roi Lion). Eh oui, Le royaume interdit est un film "tout public" autrement dit pour enfants et grands enfants

A en croire les "secrets de tournage" glanés par Allocine, le scénario du film serait basé sur des histoires que racontait John Fusco (le scénariste) à son fils. D'autre part la femme du réalisateur étant chinoise, il lui est arrivé d'aller en Chine. Lors d'une conférence sur les DA, une personne de l'assistance lui a posé la question de faire un film sur le roi des singes. Le croisement de ces deux éléments a permi au film d'avoir sa matrice originale. 

Pour autant le film est-il un scénario original ? Je m'attendais à ce que Le royaume interdit (The Forbidden Kingdom, 2008 ) ait la même trame que Lost Empire (The) (2001), car ces deux films ont la particularité d'être des adaptations américaines du Voyage en occident. Au moins on peut expliquer les titres : comme le point de départ est occidental, on nous emmène donc vers des contrés plus exotiques, perdues, ou interdites

Le premier (chronologiquement) est un film fauché, le second a mis les moyens : belles affiches, beaux décors, beaux costumes, beaux effets spéciaux, belles images sur la pellicule. Mon premier envoyait le héros à la frontière entre la Chine du passé, et la Chine décrite dans le Voyage en occident, le tout tourné en studio. L'histoire est celle d'un américain qui vient en aide à l'auteur original. Le singe a été enfermé 500 ans suite à la défaite de l'auteur (qui baisse les bras). Le second, est une relecture de la légende : le roi des singes est battu par le général du ciel, il est transformé en pierre pendant 500 ans parce qu'il a été désarmé de son bâton. En bref les deux films n'ont aucun lien.  

Le héros du Royaume interdit est un fan de kung fu, mais il se fait malmener par les voyous du coin. Par un stratagème que je vous laisse découvrir, il se retrouve au bout milieu de la Chine ancestrale. Là, tout le monde va essayer de lui mettre le grappin dessus, car il possède le bâton du Roi Singe, arme qui pourrait réveiller son ancien possesseur et renverser la tyrannie du Général des Cieux. Il va dès le départ être aidé par deux personnes : Lu Yan, un ivrogne immortel, interprété par Jackie Chan, et une petite nana qui s'appelle Moineau Doré. Ils sont poursuivi par des chasseurs de prime pas beau, mais sexy : "la sorcière née de la louve" se sert de ses griffes, de ses longs cheveux blanc, et de son fouet contre nos héros. 

Le film est très plaisant à regarder, il y a une bonne complicité entre les 3 hommes, la nana est un peu mise de côté. J&J jouent à devenir le maître d'arme du petit ricain, qui se fait entraîner tout le long du voyage pour être fin prêt pour le combat final. Tout est très bien, mais il manque un brin de folie dans les coups ou les mouvements de caméra. Et puis le gamin fait vraiment tête à claque, il fait tâche. Un avant goût du film Dragon ball ?  

Pour en revenir au grand face à face : Jet Li et Jackie Chan se battent en utilisant successivement plusieurs styles de kung fu : d'abord au corps à corps en ne voulant pas lâcher le bâton. Puis manthe religieuse contre tigre (avec bruitages). Chan utilise la technique de l'homme ivre, les fans y voient un clin d'oeil à la précédente collaboration entre Chan et Yuen Wo Ping (le chorégraphe du film), 20 ans auparavant sur Drunken master. Les références au cinéma d'arts martiaux ne manquent pas, en commençant par l'opening, fait d'affiches peintes et animée de HK. C'est stylé. Le héros aussi essaye de calquer sa culture ciné sur les techniques qu'il voit.  

Maintenant intéressons-nous au traitement qui est fait au Voyage en occident. Le Roi des Singes bordelise les cieux, du coup il est puni (idem dans les deux versions). Dans le roman, ce n'est pas le Général des Cieux qui transforme en pierre Sun, mais le Bouddha himself qui le bloque sous une montagne, pendant 500 ans. Au terme de cette durée, un moine en quête des soutras de l'ouest vient le prendre au passage.
Le roman est composé de deux parties : une première relatant sa naissance et sa lutte contre les cieux, la seconde le voyage en occident à proprement parler. Le film vient se placer entre les deux, en modifiant les termes de la première partie.
Le paragraphe qui suit contient des spoilers Dans les éléments intéressants, il faut noter que le héros s'appelle Jason Tripitika, ce qui est très proche du nom du moine de la série originale. Il a en parti un rôle similaire, à savoir sauver le Singe. Mais il est habillé comme le Singe du Voyage, possède son arme, et se castagne pas mal. Du coup il revêt un peu des deux identités : Sanzô et Sun Goku. Jackie Chan pourrait s'apparenter au Cochon, qui au lieu de penser à remplir le ventre, passe son temps à vouloir se remplir le gosier. Idem pour la nana qui pourrait avoir le rôle de Sha, qui dégage des pulsions de mort. Donc Jackie Chan n'est ni le Roi des Singes, ni le moine. Pas de bol. Quant à Jet Li, la première fois qu'il apparaît sous ses traits, il est tout de blanc vétu, sur un cheval blanc, comme le moine. Mais ce n'est pas lui. Jet incarne également le roi des singes au début et à la fin du film. Tout comme le jeune héros Jet a une sorte de double identité (ou deux demi). Jackie Chan (et l'autre actrice) pouvait-il rester en reste ? Je vous laisse découvrir :p Fin des spoilers

Pour Lost Empire (The), je m'étais plu à trouver les références qui étaient faites à la Chine communiste. Il y en avait en pagaille. Ici, bien moins. Le général dit juste "les mortels parlent toujours de prophétie, c'est leur opium", ce qui somme un peu comme la phrase de Karl Marx sur la religion. Pourquoi une telle différence d'approche ? Sans doute parce que le film J&J est un film hollywoodien propre sur lui, d'autant plus qu'il est tourné en Chine. Pas question de faire les mariolles. L'autre film a été tourné on ne sait où (en République Tchèque ?), du coup il n'y avait pas de pression et les auteurs ont pu se lâcher.  

Pour en finir, le film, en tant que grosse production hollywwodienne tout public et film d'aventure fantasy avec des références à la pop culture, envoyant un ado dans un tel monde, fait penser à des films tels que L'histoire sans fin. Certains ont même parlé de Last action hero. Pour ma part je penserai plus au Seigneur des anneaux : le but du périple est d'aller dans la tanière de l'ennemi, le héros porte un lourd fardeau qu'il n'a pas voulu, mais c'est le seigneur de la guerre qui veut le jeter dans la lave ^^ Tout ça pour dire que le film a un style épique, avec la musique qui va avec tout le long du film. 

En bref, Le Royaume Interdit est un film tout public, plein de magie et de stars, qui nous fait rêver mais qui ne prend aucun risque." 

Docteur Spider, vu le 12/08/09

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici