Pluto

Pluto

Titre original: 
Suneung
Pays d'origine: 
Corée du sud
Genre: 
Thriller
Éditeur français: 
Dissidenz
Date de sortie originale: 
2013
Date de sortie en France: 
9 avril 2014
Durée: 
114/107 minutes
Support: 
Cinéma, DVD
Bonus: 
Interview - Courts métrages - Documentaire

Avis

''Après l'excellent Passerby #3, j'avais hâte de voir le dernier film de SHIN Su-won, d'autant que le pitch était alléchant : Yoo-jin, le meilleur élève d'un lycée d'élite, est retrouvé mort, visiblement assassiné. Pour comprendre comment on en est arrivé là, le film va retracer les mois qui ont précédé. Bref on était en droit d'attendre un bon petit thriller. 

Dès le début du film, on a un coupable tout trouvé : Joon, ancien compagnon de chambré de Yoo-jin, dont l'inimitié était de notoriété publique. A travers les multiples flashbacks, on va comprendre qu'il faut se méfier des conclusions hâtives. 

Le propos de la réalisatrice est de pointer la violence du système scolaire coréen, dans lequel la pression à être le meilleur est énorme. Dans le film, elle exagère exprès : dans le lycée en question, existe un classement permanent des élèves. Parmi ceux-ci, le top 10 a droit à des cours supplémentaires, afin de les préparer à réussir le concours d'entrée à l'Université Nationale de Séoul. Pour entrer dans ce cercle très fermé, et pour s'y maintenir, les élèves sont prêt à tout. A tout ! 

SHIN Su-won signe un film de qualité, dont le suspens et la tension va crescendo. Le film souffre pourtant de quelques longueurs : la réalisatrice tenant à tout nous expliquer par le menu. On se serait parfois contenté de moins. Paradoxalement, il s'agit d'une version écourtée par rapport à la version coréenne, la réalisatrice ayant supprimé certains aller-retour vers le présent, notamment ceux se passant le jour du résultat du bac (dixit l'auteur après la projection du film au FFCP 2013).  

Pourquoi avoir choisi un titre aussi mystérieux que Pluto ? Le film l'explique bien lui-même : il s'agit du dieu des enfers, et de la 10ème planète qu'on a exclu en 2006 du système solaire parce qu'elle ne correspondait plus à la définition de la planète. Pour la réalisatrice, le parallèle est clair entre cette mise à l'écart de la planète différente, et la mise à l'écart des élèves différents.  

Le système scolaire coréen produit des monstres, et la réalisatrice le retranscrit très bien, dans ce bon thriller, qui souffre un peu de sa longueur. A découvrir.'' 

Docteur Spider, 08/11/13

Avec une tonalité plus horreur, voir aussi Death Bell

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici