Nuit et brouillard au Japon

Nuit et brouillard au Japon

Titre original: 
Nihon no yoru to kiri
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Réglement de compte
Éditeur original: 
Shochiku
Éditeur français: 
Carlotta
Date de sortie originale: 
1960
Date de sortie en France: 
29 août 2007 (Cinéma) - 18 juin 2008 (DVD
Durée: 
103 minutes
Support: 
Cinéma, DVD
Prix: 
20€
Bonus: 
Bande annonce - Commentaire de 11 minutes

Avis

"Le titre Nuit et brouillard au Japon (1960) fait bien sûr référence au film d'Alain Resnais. Malheureusement je ne vais pas être en mesure de faire un comparatif entre ces deux films, n'ayant pas vu Nuit et brouillard (1955). 

Au moment de sa sortie au Japon, le film d'Oshima n'est resté que 4 jours à l'écran, la Shochiku considérant que ce film était mal venu. Suite à cela, Oshima quitte le studio. Qui a-il donc de si choquant dans ce film ?  

Le film prend comme point de départ le mariage de deux militants. Celui-ci est l'occasion de flashback sur leur passé, et surtout sur le passé commun de l'assistance : la lutte contre la signature de l'ANPO cette même année, cette nuit de 53 où tout le monde a dansé autour du feu, cette nuit de 52 où le supposé espion de la police s'est évadé. Que s'est-il vraiment passé à ces moments là ? Ces flashback éclairent sous un nouveau jour le présent, et sont l'occasion d'autant de règlements de comptes. Ainsi le mariage tourne au procès.  

Ces questionnements, ces accusations remuent un passé que l'on souhaitait taire, car celui-ci pointe la contradiction entre le discours révolutionnaire et les agissements réformistes, ou traîtres. Ainsi l'ensemble des individus est divisé entre professeurs et élèves, entre membre du Parti Communiste et les autres, entre bureaucrates et "aventuristes" (gauchiste) etc.  

La mise en scène est très théâtrale et renforce à merveille l'ambiance pesante du film. On a recours à des procédés tels que le monologue, avec un éclairage faisant disparaître le reste de l'assistance dans l'ombre. De même pour certaines scènes du passé, qui sont minimalistes, en ne nous montrant que le premier plan avec les acteurs, et plongeant les autres plans dans le noir.  

Le film est accompagné en bonus d'un documentaire de 11 minutes intitulé "Mise au point" reprenant des témoignages du réalisateur, qui explique sa conception de la mise en scène pour ce film, c'est très éclairant.  

Ce film témoigne donc déjà d'un malaise dans l'extrême-gauche japonaise, bien avant la charnière des années 60/70, qui sera clivante, avec le passage d'une fraction au terrorisme. Le fruit était déjà pourri 10 ans auparavant, comme le montre la fin du film où les bureaucrates reprennent le dessus. Oshima signe ici un témoignage important." 

Docteur Spider, film vu le mercredi 9 juillet, 14/07/08

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici