Neko Rāmen Taishō

Neko Rāmen Taishō

Titre original: 
Neko Rāmen Taishō (猫ラーメン大将)
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Comédie, tranche de vie
Éditeur original: 
Ken Media
Date de sortie originale: 
29 novembre 2008
Date de sortie en France: 
pas de sortie
Durée: 
1h20
Support: 
cinéma, TV, DVD, fansub
Prix: 
occasion import

Avis

J’ai commencé ce film totalement au hasard. Cela dit, au vu du titre, on se doute bien que ça ne va pas être du sérieux.

 

Nous voilà donc aux côtés d’un chat qui subit la sévérité de son père voulait faire de lui une future "Cat Idol", des stars qui font la promotion de la nourriture pour chats. Mais notre héros ne se sent pas les épaules pour cette carrière et va tout plaquer pour chercher une autre voie.

Le début est plutôt amusant, à la découverte de cet univers assez loufoque, mais très vite le film évolue vers des moments davantage dramatiques (pas trop non plus). Le décalage produit par le fait que nous suivions une mascotte de chat comme héros me laisse perplexe. Le but était-il vraiment de faire rire ou de proposer une vision de la société actuelle qui prône la réussite individuelle et tape-à-l’œil afin de la renverser par le biais d’un personnage improbable? Il semble que le film ait cherché à faire les deux, mais la partie humoristique tombe complètement à plat. La plupart des blagues et des passages de second degré laissent indifférent, sans doute parce qu’ils n’arrivent à créer la surprise. Comme le film est court, le scenario passe assez vite (en faisant autre chose pendant le visionnage bien sûr…) mais c’est assez ennuyeux.

La réalisation pauvre à l’extrême n’aide pas non plus. On ne croit pas une seconde à ce qu’on voit, tant on a l’impression que les acteurs délirent tout seuls avec la peluche marionnette représentant notre héros. La gestuelle de celle-ci demeure très limitée, des enfants de cinq ans auraient tout aussi bien. Franchement, je préfère retourner voir des épisodes du Muppet Show. De plus, ils ne se sont pas donné la peine de s’équiper d’une panoplie de marionnettes pour varier les expressions. En consultant quelques aperçus du manga, il est vrai que le héros a souvent le même regard, mais les quelques variations dans le dessin suffisent à lui faire changer d’expression. Ce qui ne transparaît pas du tout dans ce film. Et à côté de ce travail microscopique de maniement de marionnettes, le reste de la réalisation vole au ras des pâquerettes. On relève quand même quelques morceaux musicaux assez sympa, censés accentuer l’humour décalé du film. Mais ce dernier tombant à plat, on peine à apprécier cette B.O..

 

Neko Ramen Taisho avait une once de bonnes idées de départ et il véhicule de belles valeurs, mais c’est mauvais et torché. Néanmoins, il aura quand même réussi à me donner envie de manger des ramen.

 

Hanoko, le 22/04/2019

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici