Morsures

Morsures

Titre original: 
Howling
Pays d'origine: 
Corée du sud
Genre: 
thriller
Éditeur français: 
France Télévisions Distribution
Date de sortie originale: 
2012
Date de sortie en France: 
8 janvier 2013
Durée: 
114 minutes
Support: 
Cinéma, DVD, blu-ray
Prix: 
16,99€/19,99€

Avis

"A mesure que je regardais le film, je me disais : ''Ben dis donc, il est quand même vachement bien ce Morsures, c'est pas un truc hyper malsain contrairement à ce que je m'attendais, mais c'est une enquête policière très prenante, avec une approche bien caractéristique, en sus de la trame principale : comment est-ce que cette jeune femme se confronte à ses collègues masculins". 

Un homme est pris de combustion spontanée alors qu'il vient de monter dans sa voiture. Il meurt sur le coup. S'agit-il d'un suicide ? Aucun indice sur la scène du crime, si ce n'est une marque de morsure de loup sur le corps. L'inspecteur Sang-gil est mis sur l'affaire. On lui adjoint une nouvelle inspectrice, Eun-Young. Cette affaire banale prend de l'ampleur quand un autre homme est tué par un loup... 

Ainsi, que l'affiche française ne vous induise pas en erreur, le film n'est pas centré sur Song Kang-ho (Thirst, ceci est mon sang), mais aussi sur Lee Na-yeong, qui incarne sa nouvelle coéquipière. Les affiches coréennes rendent mieux compte de cette relation :  

Un choix éditorial qui s'explique sûrement par le fait que l'actrice n'est pas connue ici. Mais du coup ça l'invisibilise totalement, mettant l'affiche en porte à faux avec le contenu du film. Car, cette inspectrice fraîchement nommée, va être vue d'un oeil sceptique par son coéquipier, et être carrément mal reçue par le reste de l'équipe : on la rabaisse toujours à son statut de femme, qui doit faire les photocopies, ou rester au bureau pour faire du rangement. A un moment donné, on lui fait même des avances (sexe contre promotion hiérarchique). Elle va devoir s'imposer, en étant plus pugnace que ses collègues dans la résolution de cette enquête difficile. Bref l'affiche française est à côté de la plaque.  

Le scénario est bien mené, même si la deuxième heure surprend moins le téléspectateur. L'intrigue nous réserve son lot de rebondissement, la connaissance du mobile ne faisant que repousser le problème. Le film n'insiste pas trop sur l'aspect sordide du fond de l'affaire, et d'avantage sur ce chien-loup (qui lui donne des ordres, comment a-t-il été dressé....), et sur les rapports qu'entretiennent les différents personnages avec lui. Le réalisateur essaye de nous montrer que c'est un chien très ''humain'', en faisant presque le troisième personnage principal du film. Derrière la question du dressage du chien, il y a celle du ''dressage'' des enfants, de leur éducation : l'inspecteur dit que le crime c'est une question d'éducation, arrêter les criminels ne résout rien. D'autre part, on le voit se bagarrer durement avec son propre fils. En parallèle, le destin de plein d'enfants est foutu. Bref, notre vie serait déjà toute tracée. D'ailleurs à la fin du film, la vie reprend un cours ''normal''. En faisant cela, le réalisateur critique-t-il cet état de chose ? 

Dans les thrillers coréens, les flics en prennent pour leur grade. On les montre comme bête, méchant, violent (ils frappent les suspects), qui se battent même entre eux. Ici, outre ces aspects, et leur côté machiste qui est bien appuyé, c'est également l'aspect bureaucratique qui est montré du doigt : Sang-gil, un flic un peu feignant, refuse au départ l'affaire, car il s'agit d'un simple suicide. Quand on découvre qu'il s'agit d'autre chose, il garde l'info pour lui et dit ''Un meurtre avec préméditation rapporte beaucoup de points'' pour monter dans la hiérarchie. Il ne peut pas pifrer son collègue, qui a eu une promotion ''en léchant des culs''. Lui, il faut monter pour ses compétences. En bref, dans ce film, la police n'est pas montrée comme dévouée, mais au contraire les flics sont en concurrence, ce qui nie au bon déroulement des enquêtes.  

Morsures nous livre une bonne enquête policière. Il se démarque par son ''arme du crime'' assez spéciale, et par le personnage de l'inspectrice. Ces deux éléments permettent de faire poindre une petite critique de la société, comme il l'avait fait dans King Protector. Il s'agit donc d'un film intéressant à plus d'un titre." 

Docteur Spider, 08/03/13

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici