Mon nom est Shangaï Joe

Mon nom est Shangaï Joe

Titre original: 
Il mio nome è Shangai Joe
Pays d'origine: 
Italie
Genre: 
Western kung fu
Éditeur français: 
Seven 7
Date de sortie originale: 
28 décembre 1973
Date de sortie en France: 
13 mars 1974 / 2005 (DVD)
Durée: 
88 minutes
Support: 
Cinéma, DVD
Prix: 
10€
Bonus: 
Présentation, Portrait de Klaus Kinski, bandes Annonces

Avis

"Depuis je fais des recherches sur l'influence des films de Hong Kong en occident, j'entends parler de Mon nom est Shangaï Joe qui est un western mettant en scène un personnage principal chinois. Que va donner cette rencontre improbable entre deux genres ? 

Le film commence à San Francisco, en 1882, dans Chinatown. Un jeune homme vient d'arriver. Il cherche du travail. Mais il ne veut pas faire de la plonge ou de la teinturerie comme ses congénères. Il souhaite devenir cowboy. Pour cela il se rendre au Texas. Ses talents martiaux sont repérés par un riche malfrat. Mais notre héros refusant de travailler pour lui, sa tête va être mise à prix...  

Le film se lance, un disclamer s'affiche : "Attention, certaines scènes peuvent choquer le public", tu te dis "mais c'est troooop cool". Et au générique, un nom japonais apparait. Là aussi, tu te dis que le film va en avoir sous la semelle.  

En fait, le film s'avère très vite assez nul. Notre héros se fait balader d'un endroit à l'autre, tombe dans des embuscades, tape sur la gueule des mecs. On a plus l'impression de suivre une suite de scènes qu'un film unifié. De même les combats sont assez décevants : grosses baffes, coup de pieds, quelques pirouettes... on est loin de la maestra des chorégraphies des films de la Shaw Brothers. Alors effectivement ya des effets assez gores, mais rien de bien marquant aujourd'hui. En fait je pensais que les scènes choquantes ça a allait être celles de fesse, mais il n'y en a point eu  Le duel final, contre son condisciple, est lui aussi soporifique au possible. Bref le film est assez chiant.  

D'où vient ce nom de Shangaï Joe. En fait notre personnage principal ne se présente jamais, et ce sont les autres, accessoirement raciste, qui outre les sobriquets communs contre la population chinoise, lui trouvent également celui-ci. C'est d'abord le cocher qui l'emmène dans le Texas qui l'interpelle "eh Shangaï", et ainsi de suite. Tout le long du film on va pouvoir jouer sur les préjugés et les stéréotypes sur la Chine : il a ramené du pays son riz et ses baguettes, on se moque donc de lui pour dire qu'il n'est pas "civilisé". Il s'anesthésie grâce à l'acuponcture. Au début du film on nous balance quelques sentences de sagesse chinoise... Bref le film essaye de dénoncer le racisme des américains, leur comportement envers les indiens, les noirs, et les chinois, tout en jouant sur des clichés. D'ailleurs notre héros lance : "Je veux croire que l'Amérique est une autre chose qu'un pays de lâches et de crapules".  

Je ne sais pas trop qui est ce Chen Lee que les studios ont dégoté pour incarner cet adepte du kung-fu, en tout cas il a un faux air de Dustin Haufman (Little big man est sorti quatre ans auparavant). Sous ce nom, il n'a pas signé grand chose : Un film dans le même genre l'année précédente, Tutti per uno... botte per tutti de Bruno Corbucci (traduit en français par Les rangers défient le karateka...), et c'est à peu prêt tout. Bref pas un acteur inoubliable.  

A l'affiche également Klaus Kinski, qui interprète un chasseur de prime psychopathe collectionneur de scalps. On ne le voit en fait que cinq minutes dans le film. Bonjour l'arnaque. 

En bonus, outre une courte présentation du film (2 minutes), un entretien avec Philippe Setbon, qui nous parle de Klaus Kinski et de ses choix de films. Intéressant, mais qui a un maigre rapport avec le film.  

Au final, on a un résultat assez mauvais. Dans le même genre 3 ans avant, on avait un résultat 10 fois supérieur avec Soleil Rouge." 

Docteur Spider, 01/09/12

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici