Mademoiselle

Mademoiselle

Titre original: 
Ah-ga-ssi (아가씨)
Pays d'origine: 
Corée du sud
Genre: 
Drame, suspense, érotique, psychologique
Éditeur original: 
CJ Entertainment
Éditeur français: 
M6 Vidéo
Date de sortie originale: 
2016 (le 1er Juin)
Date de sortie en France: 
2016 (14 mai au Festival de Cannes, 1er novembre cinéma)
Durée: 
2h25
Support: 
Cinéma, TV, DVD, blu-ray
Prix: 
9,99 euros en DVD, 15 euros en Blu-ray
Bonus: 
Making of, Présentation du film au Festival de Cannes et Interview de Park Chan-wook

Avis

Quand un escroc s'en prend à une grande fortune, il met en place tout un plan machiavélique pour parvenir à ses fins. Il engraine une voleuse comme partenaire de son entreprise, mais gare à qui sont les véritables alliés… 

Difficile d'écrire une critique de ce film sans poiler ce qu'il va se passer. Le film commence sur un savant mélange de drame, de mystère mais aussi d'humour. En effet, on découvre la triste vie de Hideko à la merci de son oncle pervers et le triste sort qui l'attend. De plus, sa famille cache bien des secrets obscurs. Les décors sont très beaux, et on ne sent jamais de monotonie malgré le fait que le film soit en grande partie à huis clos. À l'inverse, Sookee, fille du peuple experte en larcins, n'hésite pas à nous livrer ses pensées à l'état brut. Les gros mots fusent dans son esprit au gré des situations, ce qui jure avec l'ambiance de raffinement du film, sans le desservir. Et vient le premier retournement de situation qui sera assez bouleversant. Je vous conseille de ne pas lire la suite même si je vais essayer de limiter au maximum les spoils.
Le film partira ensuite en enchevêtrement de manigances des personnages les uns contre les autres. Park Chan Hook installe un très fort suspense sur le réel état d'esprit de Hideko qui nous fait douter un bon moment sur sa ligne de conduite qui pourrait basculer. Cela est renforcé bien sûr par la narration du passé traumatisant de Hideko qui a su malgré tout garder la tête haute. Le film comporte quelques scènes de sexe, peu nombreuses mais pour le moins marquantes. Il y aura tout de même quelques points sur lesquels je ne suis pas entièrement conquise.
Le fait de vouloir Sookee en la faisant passer pour la comtesse ne tient pas debout. L'oncle, Kozouki aurait forcément eu vent de cet internement et aurait vu qu'il ne s'agissait pas de Hideko. Cette idée me semble donc un peu bancale, bien qu'elle soit excellente en termes de narration et de force émotionnelle du film. Ensuite, j'ai tout de même trouvé le film long. À partir du moment où l'on a le premier retournement de situation, les autres rebondissements deviennent les uns après les autres progressivement moins percutants. Le dénouement devient presque caricatural J'aurais vu quelque chose de plus nuancé pour la fin des personnages. Mais après tout, le film n'est pas à cent pour cent sérieux et tragique, donc on peut l'accepter.
Par ailleurs, j'aurais été assez curieuse d'en savoir plus sur les collègues escrocs de Sookee qui sont introduits au début qui avaient l'air assez sympathique. Autre manque: la quasi-absence des autres domestiques du manoir que j'aurais imaginés plus impliqués. 

Mademoiselle saura nous faire tourner en bourrique avec son scenario bien pervers, ses personnages crus et à la psychologie alambiquée par moment, et aussi ses moments légers. Même si certains côtés pêchent un peu, c'est vraiment à voir... pour public averti hein. 

Hanoko, le 17/09/2017

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici