Lost Empire (The)

Lost Empire (The)

Titre original: 
The Lost Empire - The Legend of the Monkey King
Pays d'origine: 
États-Unis
Genre: 
Aventure
Date de sortie en France: 
2001
Durée: 
169 minutes
Support: 
TV

Avis

"Ça faisait beaucoup de temps que je voulais mettre la main sur The lost empire car c'était une adaptation du Voyage en occident faîte par des américains, pour la TV, avec un début de scénario intéressant : revenir à l'époque de l'écriture du roman originel. 

En fait l'idée de départ est un peu plus complexe que ça : Nicholas Orton, spécialiste de la Chine et homme d'affaire, est en train de mettre en place un partenariat pour faire de l'armée en terre cuite du premier empereur une escale touristique. Le soir même il rencontre une femme qui s'avèrera être Guan Yin, une déesse bouddhique, qui lui apprend qu'il est le seul à pouvoir sauver le monde. En effet, le manuscrit original du Voyage en occident est le point d'être détruit, et avec lui toute référence au Roi des singe risque de disparaître, ce qui risquerait de faire disparaître toute la civilisation chinoise tant sa place est centrale. Il se laisse embarquer dans l'aventure, non sans tomber sous le charme de la belle déesse.  

Le livre original étant magique, il a aura fallu attendre 500 ans (de la fin de sa rédaction à aujourd'hui) pour que les sorts réussissent à le détruire. C'est pourquoi les effets de sa destruction commencent au début du film. 

Là la quête décrite dans le roman le Voyage en occident et la quête du manuscrit original se télescopent. Notre héros va avoir le rôle de Tripitaka/Sanzô, va délivrer le roi des singes et le reste de l'équipe (Pigsy et Sandy). Après un entraînement chez subbodi, ils vont essayer de délivrer Wu cheng'en (l'auteur original), retenu prisonnier depuis 500 ans chez Chu, un démon, accompagné de 5 comparses.  

Le film a beaucoup recours aux effets spéciaux, qui sont vraiment cheaps (ils ne sont pas intégrés). Par contre le maquillage et les costumes sont corrects, nos acteurs sont bien dans la peau des personnages. Tout au long des quasi 3h du téléfilms, il y a pas mals de rebondissement, ce qui nous tient attentifs.  

*
**

 

Je suis un grand fan du Voyage en occident, sous toutes ses formes (voir par exemple Roi-singe (Le)). Je peux donc dire que le traitement de ce film est donc très classique quand à son adaptation. Tout le sel de cette version, c'est le décalage introduit par la quête du Roman originel. Une partie de la difficulté sera de convaincre Wu Cheng'en de l'importance de son oeuvre. L'autre aspect intéressant, ce sont les multiples clins d'oeil aux différentes autres adaptations déjà faîtes. Outre l'opéra de rue que l'on voit au début et à la fin du film, de même que la célèbre affiche de propagande chinoise mettant en scène le singe contre le démon aux os blancs (symbolisant madame Mao), il y a des tonnes d'allusions à l'utilisation maoïste du Roi des singes. Florilège :  

Dans l'antre des ennemis, les démons nous disent que Wu a été rééduqué, Pigsy (je crois) dit qu'on lui a plutôt lavé le cerveau. Au Palais de Jade, un des démons traite Wu de "chien courant réactionnaire". "Rééduqué", "réactionnaire", sont des expressions typiques utilisées par les maoïstes pour qualifier/discréditer leur adversaire. Dans le contexte du film, les démons représenteraient donc les maoïstes (puisqu'ils parlent comme eux). A l'appui de cette hypothèse, les démons disent pendant le procès que le Voyage en occident favorise l'individualisme, ce qui est une mauvaise chose. Les démons veulent détruire le livre pour revenir aux "vielles traditions". Un des américains à la fin, leur demande à tout hasard si ils pensent aux années 50 (début de la période Mao). Les démons répondent que non, ils veulent revenir à un temps plus anciens, au bon vieux temps de l'esclavage ! ^^ 

Là les choses se corsent, puisque les démons ne veulent pas être assimilés aux mao. Un des mots d'ordre de Mao, entre autre pendant la Révolution culturelle, était "détruire les 4 vieilleries : les veilles traditions, la veille culture, les vieilles coutumes, la vielle idéologie " Alors que le mot d'ordre des démons est "retour aux vielles traditions". Pour appuyer ce type d'argument, le premier ministre céleste, Confucius (je ne suis pas sûr que ce soit fidèle au roman), est en secret de leur côté. Confucius d'ailleurs a un rôle très drôle, puisque en plus d'être un fourbe, il passe son temps a se citer" Confucius a dit.." même si c'est la première fois qu'il le dit.  

J'ai vu que beaucoup de gens sur IMDB étaient offusqués du traitement fait à Confucius "pas du tout conforme à la réalité". D'un point de vu maoïste, Confucius c'est le gars qui prônait que "chacun devait être à sa place", donc que l'exploitation devait continuer. Il n'est pas surprenant qu'ils soit l'allié des 5 démons, qui veulent réduire les hommes en esclave.  

Donc le scénariste assimile les démons aux maoïstes, mais qui ne correspondent pas aux maoïstes historiques. Ils correspondent au temps d'avant. La féodalité. En bref, les seigneurs féodal = le mal = les maoïstes = les démons.  

Dans l'autre camp (les gentils) lors du procès au Palais de Jade, Guan Yin défend le Voyage en occident car justement l'individualisme et la témérité sont ce dont la Chine a besoin aujourd'hui pour son développement (et qui risque de disparaître si le livre original est détruit, vous suivez toujours ?)  

On assiste donc à un véritable procès du Voyage en occident ! D'une part et d'autres les ennemis sont d'accord sur le contenu du livre : celui-ci pousse à affronter les veilles valeurs (respect de l'autorité, des ancêtres, l'individu ne se met pas en avant) qui a conduit à la Chine d'aujourd'hui ("le socialisme à la chinoise" avec un croissance de 10% par an). Pour les démons c'est une mauvaise chose, ils veulent un retour à la Chine d'avant le socialisme (que ce soit un socialisme "communiste" ou un socialisme "capitaliste" ^^), alors que Guan Yin et son équipe défendent la chine d'aujourd'hui. 

Cette défense de la Chine d'aujourd'hui est marquée par deux éléments du film. 1) En revenant avec Wu dans le monde d'aujourd'hui, le héros et Guan Yin décident pour une raison non expliquée, de revêtir des uniformes de l'armée chinoise et conduisent un camion de l'armée. C'est le signe d'allégeance au régime. De l'autre le héros sabote le travail de son employeur qui voulait transformer l'armée de terre cuite (un trésor chinois) en parc d'attraction. Les capitalistes américains n'ont qu'à bien se tenir, le héros est redevenu un amoureux de la Chine. 

Sauf que ce n'est pas un film de propagande chinois, mais bien un film américain (avec semble-t-il un scénariste et des acteurs d'origine chinoise). Pour preuve, le portrait de Mao est explosé dans le combat final, chose impensable encore aujourd'hui pour les chinois de Chine. On voit donc qu'une fois de plus, cette adaptation du Voyage en occident est le reflet de l'époque à laquelle elle a été faite. Aujourd'hui la Chine est un pays capitaliste prospère, un partenaire économique des Etats-Unis, mais que l'on doit respecter. Il faut donc défendre la culture et le passé chinois, mais il faut faire le tri dans ce passé : ni le passé antique (de Confucius à l'esclavage) , ni le passé maoïste, mais la culture chinoise, incarnée par le Voyage en occident. En bref on reste dans du très convenu.  

**
*

 

Au final, le film est très classique dans son adaptation (à part les petites perches lancées aux connaisseurs), les acteurs se débrouillent bien, pour ce qui demeure une petite production (on verra comment se débrouille le film Jet Li/jackie Chan). Une vision agréable." 

Docteur Spider, 11/08/09

Voir une autre production américaine : Royaume Interdit (Le)

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici