Kenshin : Kyoto Inferno

Kenshin : Kyoto Inferno

Titre original: 
Rurouni Kenshin : Kyoto Inferno
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Action, historique, drame
Éditeur original: 
Warner Bros
Éditeur français: 
Metropolitan Filmexport
Date de sortie originale: 
1 août 2014
Date de sortie en France: 
20 juillet 2016
Durée: 
2h19
Support: 
Cinéma, DVD, Blu-ray, VOD
Prix: 
autour de 10€
Bonus: 
Interviews des acteurs et bandes-annonces

Avis

Après un premier film positivement très surprenant et sur lequel je vous invite à jeter un oeil (gardez-en un pour lire la suite... Kenshin le Vagabond), voici venir un second film qui prend part quelque temps après la fin du premier : Rurouni Kenshin : Kyoto Inferno. Ce film retrace l'arc de l'incendie de Kyoto (tome 12). Il va être confronté au terrible Shishio Makoto interprété par Fujiwara Tatsuya (Battle Royale, Death Note et Shield of Straw et force est de constater que ce dernier est convaincant dans son rôle d'assassin.... grand brûlé. Je ne connais hélas pas assez bien Kenshin le vagabond pour vous assurer de la fidélité entre le manga originel et cette adaptation live-action, et ce n'est pas plus mal car cela va me permettre de le voir comme un film à part entière.
 

Voici Shishio... classe, non ?

 

Le premier élément assez marquant, mais pas tant que ça, est la beauté des décors et de l'image de manière générale. C'est vraiment très joli dès les premières minutes. Ce n'est pas si surprenant puisque c'était déjà le cas avec le premier film live-action. L'histoire est très sympa à suivre et on ne voit pas vraiment les 139 minutes passer. Et pour ne rien gâcher, musicalement c'est très bien et ça accompagne bien l'action.  

 

Cette image est tirée d'une des premières scènes du film. Sympa, non ?

 

Les nouveaux protagonistes sont plutôt charismatiques mais plus le film avance et plus une chose devient évidente. L'histoire ne se conclura pas à la fin de ce film. En effet, un troisième film est sorti au Japon un mois plus tard : Ruroni Kenshin : The Legend Ends et continuant l'histoire commencée par Rurouni Kenshin : Kyoto Inferno. Cette évidence n'était pas forcément liée à l'histoire en elle-même. Sans le petit retournement de situation, cela aurait pu se conclure. En revanche, les nouveaux personnages manquaient cruellement de développement, on les voyait peu alors qu'ils ont l'air important. De plus, ils sont assez nombreux, entre Shishio qui est en quelque sorte l'alter-ego de Kenshin, les « 10 épées » ou encore le « rebelle » d'un groupe que je ne vais pas nommer car je pense avoir déjà suffisamment spoilé. Nous allons avoir droit à une suite directe pour les découvrir davantage. 

 

Et le voici accompagné de ses 10 épées !

 

La plupart des protagonistes sont fidèles à eux-mêmes, il n'y a pas grand-chose à en dire. Kenshin lui est toujours intéressant. Sa dualité refait surface (« je suis un grand assassin mais je veux plus tuer, non non non ! » mais cela se traduit différemment, notamment durant une scène précise. Et les conséquences sont plutôt plausibles, j'ai trouvé cela bien. 

 

Et voici les deux antagonistes réunis !

 

Ce film m'a paru équilibré entre les scènes développant l'intrigue et les scènes de combat. Il y en a suffisamment pour ne pas qu'on s'ennuie et l'histoire est suffisamment mise en avant pour avoir envie de continuer à rester devant son écran. Le prochain film devrait être plus orienté vers l'action et j'attends certains combats avec impatience, ainsi que le dénouement de certaines intrigues. 

 

Cat fight !!!!!

 

Rurouni Kenshin : Kyoto Inferno est dans la même lignée que Kenshin le Vagabond. C'est un très bon film que l'on peut apprécier même sans connaître le manga originel. En revanche il est quand même conseillé (indispensable ?) d'avoir vu le premier film pour apprécier celui-ci. Même s'il laisse un peu sur sa faim, le prochain film est sorti un petit mois plus tard. L'attente aura été courte. 

Par Seraphim, le 01/02/15.

 

Comme l'a dit Seraphim, ce deuxième volet de la trilogie des films Kenshin reste dans la veine du premier, ce qui est donc une très bonne nouvelle puisque le premier s'était révélé étonnamment bon.
On retrouve ce savant mélange de réalité historique, drame lié à l'histoire et caractère un peu fantasque des combats issu du manga. L'histoire originale du manga a été largement remaniée, ce qui était inévitable puisque le premier film avait déjà pas mal modifié le scenario.
La plupart des personnages est très réussie. J'ai quelques réserves concernant Makoto Shishio que je ne trouve pas assez imposant physiquement. Cela me fait prendre conscience qu'il manque cet aspect dans les films par rapport au manga où l'accent est beaucoup mis sur la différence de carrure entre Kenshin, paraissant chétif presque insignifiant, et les autres personnages, plus imposants. Même Kaoru semblait avoir plus de prestance que Kenshin alors que cette différence ne se ressent pas dans le film. Un détail pas disqualifiant toutefois, car en termes de jeu d'acteur je n'ai rien à reprocher. Et mention spéciale à l'acteur qui incarne Soujiro qui est juste parfait!
Pas de soucis pour ce qui est de garder l'esprit du manga, en revanche ce second film paye les frais de l'absence de certaines scènes qui auraient dû faire partie du premier film. Je pense surtout à Shinomori Aoshi qui apparaît dans ce deuxième opus. En ayant sauté toute la partie du scenario concernant les combats des Oniwabanshu dans l'épisode Kanryû, on se retrouve avec un Aoshi bien moins charismatique que dans le manga. Ici, malgré la tentative de lui donner du crédit en montrant une part de son passé, il ne passe que pour une brute épaisse. De ce fait, l'introduction de Misao et les siens manque de développement aussi.
Quoi qu'il en soit, fort heureusement ces bémols dont très loin de gâcher le plaisir. Ce film reste une pure claque visuelle dans sa mise en scène. La première confrontation entre Saito et Shishio est d'un classe sans bornes (vous en avez un aperçu dans l'avis de Seraphim). Les combats continuent de nous en mettre plein la vue tout au long du film. Et j'ai beaucoup apprécié le fait que la police ait un rôle à jouer dans l'histoire, ça rend beaucoup plus crédible le film dans sa volonté d'être un peu plus réaliste. 

Quand on a vu et apprécié le premier film, c'est naturellement que l'on regarde le deuxième et la qualité demeure au rendez-vous. 

Hanoko, film vu en été 2015

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici