Univers des Kasane

Kasane

Kasane

Titre original: 
Kasane (累-かさね-)
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
drame, fantastique, tranche de vie
Éditeur original: 
Toho
Date de sortie originale: 
7 septembre 2018
Date de sortie en France: 
Pas de sortie
Durée: 
1h51
Support: 
Cinéma, TV, DVD, blu-ray
Prix: 
¥4,104 (DVD) - ¥6,264 (blu-ray collecotr)

Opening/Ending

Ending: "Black Bird" par Aimer

Avis

Une jeune fille porte le fardeau de la laideur de son visage. Pourtant, c’est sur la voie du théâtre qu’elle va se porter, art où notre personne se trouve éminemment exposée aux yeux des autres. Sa botte secrète: son rouge à lèvres mystérieux lui permettant de dérober temporairement le visage d’une autre.

 

J’avais lu le tome un du manga original à sa sortie, qui pour sûr laissait sa marque dans notre esprit. Son histoire se prêtant parfaitement à un film, cette adaptation semblait tout indiquée. Le film ne commence pas au début du manga et présente très brièvement l’enfance de Kasane pour se concentrer sur son parcours d’actrice.

En conséquence, cela m’a un peu surprise de découvrir sans transition une Kasane plus fragile, moins féroce et effrayante que dans le manga. D’ailleurs, le côté horrifique de son visage s’en est trouvé grandement diminué, l’actrice choisie pour le rôle est même vachement mignonne même si l’équipe maquillage lui a donné un air fatigué afin de ternir un peu son visage et les marques sur les coins de sa bouche n’ont été réalisés que d’un côté de son visage. Nous avons donc juste l’impression d’une fille avec une longue cicatrice plutôt qu’une fille réellement laide. J’ai été assez déçue que l’équipe du film ne prenne pas le risque de mettre une scène une actrice réellement défigurée et laide. Enfin peut-être que cela n’existe pas au Japon des actrices qui ne sont pas des canons de beauté? ^^’

Passé ce premier contact un peu rebutant, le film installe l’histoire et son ambiance. Le duo Kasane/Nina se révèle très efficace. Si Nina apparaît comme une pimbêche pure et simple, le scenario va apporter de la nuance. Leur relation dominante/dominée se brouille de plus en plus, les deux jeunes femmes luttent et l’une contre l’autre tout en se propulsant aux devants de la scène. Leur manager demeure aussi un personnage très réussi, menaçant à souhait, même si son personnage n’est pas réellement développé. Le drame de l’histoire nous gagne peu à peu si bien que le film arbore presque un côté Black Swan de par la volonté maladive que met Kasane à l’œuvre pour son art. D’ailleurs le titre du générique de fin n’y ferait-il pas un clin d’œil?

 

Malgré mes réserves du début, ce film Kasane m’a séduite et a fini par me prendre un peu aux tripes. Quant à la fidélité au manga, je ne peux en juger, mais le film se conclut sur une belle fin, bien qu’ouverte.

 

Hanoko, le 29/07/2019

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici