Jiseul

Jiseul

Titre original: 
Jiseul
Pays d'origine: 
Corée du sud
Genre: 
drame, historique
Éditeur français: 
Spectrum Films
Date de sortie originale: 
2012
Date de sortie en France: 
19 janvier 2017
Durée: 
109 minutes
Support: 
DVD
Prix: 
19,99€
Bonus: 
Interview

Avis

"O Muel s’attaque à une versant méconnu de l’histoire, reconnu seulement depuis le début des années 90 par les gouvernements de Corée du Sud. Réalisateur indépendant des grands studio de Séoul, il va avoir une approche très particulière de son sujet : il ne va pas le traiter de front, pas en faire un film de guerre, mais un drame humain. En prenant le parti pris d’une image en noir et blanc, et d’un style très « film d’auteur ». 

Parlons de l’esthétique tout d’abord : sorti en 2012, le film est en noir et blanc. On saute dans le passé, mais l’image est très haute tenue. Ce qui m’a le plus surpris est en fait ailleurs : souvent, on est face à des plans fixes. Le spectateur est comme au théâtre, ce sont les acteurs qui bougent, entrent et sortent de l’image, tandis qu’aucun zoom ou changement d’angle n’est fait. Régulièrement, le réalisateur fait comme des photos : il va s’attarder quelques secondes sur des patates, un casque de soldat, des fusils... Ce qui est à la fois très joli, mais guère palpitant.  

Jiseul a ainsi un caractère très contemplatif auquel je n’ai pas accroché. L’intrigue est à l’image de la mise en scène : on va voir en alternance ce qu’il se passe dans le village, occupé par les soldats, et ce qu’il se passe dans la grotte, dans laquelle se sont retrouvés les villageois. On discute, on s’engueule, on viole, on tue. Mais étant donné qu’il y a un refus du spectaculaire, ce n’est pas folichon.  

Les bonus sont hyper intéressants. Dans le premier (12 minutes), Antoine Coppola, l’auteur de Cinéma sud-coréen : du confucianisme à l'avant-garde revient sur le contexte historique du soulèvement, et le black out qui en a suivi. Pour lui, le film a pour objectif de mettre des images sur les drames qu’ont connu les familles, et ainsi faire son deuil. Le réalisateur est originaire de cette île, le film est d’ailleurs tourné dans le dialecte de Jeju. Dans le second, c’est la personne qui a réalisé l’adaptation du film en manhwa qui est interviewée (25 minutes). Keum Suk Gendry-Kim explique que pour réaliser cette BD, elle n’a pas seulement vu le film, elle est allée à la rencontre des habitants de l’île, en particulier ses habitantes. En effet sur cette île, le poids des femmes est prépondérant.  

Au final, même si j’ai apprécié les photographies que proposait O Meul, le côté ‘’auteur’’ du film m’a laissé de marbre. Jiseul est par contre servi par une édition DVD de qualité. Un film conseillé pour les amateurs d’Histoire pas comme les autres." 

Docteur Spider, 11/01/17

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici