Jiro - Dreams of Sushi

Jiro - Dreams of Sushi

Titre original: 
Jiro - Dreams of Sushi
Pays d'origine: 
États-Unis, Japon
Genre: 
Cuisine, biographie
Éditeur original: 
Amuse Soft Entertainment (Japon)
Date de sortie originale: 
2011 (États-Unis) - 2013 (Japon)
Date de sortie en France: 
2011
Durée: 
1h20
Support: 
VOD, TV, cinéma, DVD, Blu-ray

Avis

"En m'abonnant à Netflix, je suis tombée par hasard sur ce reportage d'une heure et quart concernant l'un des plus grands maître sushi du monde : Jiro Ono. Ni une ni deux, je l'ai regardé. Et je n'ai pas été déçue.
Ce reportage biographique parle donc un vieux monsieur, cuisinier parmi les cuisiniers. Il a commencé à hanter les fourneaux (si je puis dire) à 15 ans et n'a depuis jamais vraiment pris de congés. Il est devenu un maître, si ce n'est le maître, des sushis dans la plus pure tradition japonaise. Extrêmement exigeant avec lui-même et ses employés (dont ses deux fils), il est toujours en quête de perfection à presque 90 ans. Né le 27 octobre 1925, ce bonhomme manie encore couteaux et ingrédients pour servir ses clients dans son restaurant nommé le Sukiyabashi Jiro, situé à Ginza, Tokyo. Ce minuscule bouge ne peut contenir que dix clients et l'attente pour venir y manger s'élève à plusieurs mois. Fort de ses trois étoiles au guide Michelin, Jiro propose des menus à 220€ minimum. Des bons sushis, ça se paye.
Et le reportage donne vraiment envie d'y goûter. J'avais l'eau à la bouche durant tous les moments de présentation des produits, et rien que d'y repenser, j'ai faim. Car, si Jiro se paye le luxe d'être le meilleur dans son domaine, il s'en donne aussi les moyens : ses produits sont les meilleurs, sélectionnés drastiquement au marché de poissons du coin. Et ce quotidiennement. Les apprentis et employés devant préparer ces marchandises ont donc double pression car, s'ils ne doivent pas gâcher un si bon produit, ils doivent surtout apprendre à le sublimer avant d'atteindre la phase finale du montage en sushi. Tout un art, assez captivant.
Vous le savez peut-être, mais il faut plus de dix ans à un cuisinier pour qu'il mérite son diplôme d'artisan sushi. C'est dire toute la technique qu'il y a derrière. Vous allez me dire que cela ne sert à rien, que c'est de l'esbroufe. Pour avoir goûté différents sushis au pays du soleil levant, je vous assure que ces quelques années d'apprentissage et toute cette expertise valent le coup. Vraiment. Le reportage le dépeint d'ailleurs assez bien, on sent la passion du vieux Jiro et de toutes les personnes de son entourage.
Il semble également avoir pleinement conscience de l'impact sur l'écologie de la surpêche engendrée par le boum des sushis. Ils se mondialisent, se « vulgarisent », deviennent bon marché. De fait, on pêche plus, plus tôt dans la vie du poisson, on est moins tatillon sur la qualité tant de la matière première que sur la préparation. Les sushis sont moins chers mais aussi moins bons. Jiro semble beaucoup regretter cela et espère que les gens prendront conscience qu'il ne faut pas trop puiser dans les ressources sans penser à les préserver un minimum. Comme quoi tous les japonais ne sont pas des débiles se moquant de la disparition des thons (non mais !).
La réalisation du reportage est d'excellente qualité. Les plans sont pleins de poésie et très léchés. Il y a un petit côté idolâtrie qui ressort d'ailleurs, mais cela n'est pas pour me déranger. Le maître, aussi humble qu'il soit, vaut bien un peu cette déification culinaire.  

Bref, un excellent reportage sur un personnage incroyable. Il s'est même dit que servir Obama serait cool, l'année dernière !" 

DDG, le 20/05/2015

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici