Ichi the Killer

Ichi the Killer

Titre original: 
Koroshiya Ichi
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
Vengeance gore
Éditeur français: 
Kubik Vidéo
Date de sortie originale: 
2001
Date de sortie en France: 
Octobre 2006
Durée: 
175 minutes
Support: 
DVD
Prix: 
30€
Bonus: 
Interview / Oav etc.

Avis

"Pour bien commencer le film, on a droit à un montage assez turbulent du plus bel effet.  

Très vite on se rend compte que le film est très fidèle au manga, c'est-à-dire déjanté, malsain et ultragore (des kilos de barbaque et des litres d'hémoglobine). les acteurs sont très ressemblants aux personnages du manga (principalement jiji, Ichi et l'homme que vous pouvez apercevoir en couverture). Miike réussi à retracer la majeur partie du manga, en reprenant surtout les scènes les plus marquantes aka les scènes les plus sanglantes, SM, folles.  

Ce qui explique la censure, avec un film qui existe dans des versions qui font une demi heure de moins aux Etats-Unis et en Allemagne.  

L'OST est bien : des musiques de qualité qui collent bien aux scènes. 

 

 

 

Dans les aspects négatifs, si certes les effets sanglants et toutes les atteintes à l'intégrité physiques des personnes sont bien rendues, quand c'est fait à l'ordinateur ça rend un peu moins bien. Même si je comprends tout à fait que le scénario pousse le vice très loin et que les techniques traditionnelles de trucage aient un peu de mal à suivre
On notera enfin quelques longueurs. 

Mais ce qui m'a plus gêné dans ce film en fait, c'est justement cette haute fidélité au manga : l'ayant déjà lu, et retrouvant avec satisfaction les scènes qui m'avaient plûes, le film perd du même coup son intérêt, car n'apportant pas grand chose de neuf. C'est le problème inhérent aux adaptations.
Ce qu'a réussi Miike par contre, c'est de donner plus d'importance à Ichi dans l'histoire. Dans le manga, on voyait surtout le charismatique Kakihara et presque jamais Ichi, qu'on n'avait pas envie de voir car étant une vrai tête à claque.
Autre problème : on n'a pas l'explication des motifs de toute l'opération, voir de cette machination, Jiji manipulant tout ce petit monde dans un but bien précis. Ceci s'explique sans doute par le fait que le manga n'avait pas fini sa publication quand le film a été tourné. Certes, mais envisager une fin qui soit une autre fin que celle du manga et qui clôturerait bien le film aurait été tout de même la bienvenue (c'est ce que fait à peu prêt Miike, mais je ne suis pas vraiment satisfait). Je suis également surpris que Miike ait zappé l'aspect nécrophile, mais bon c'était un élément mineur du manga, mais tellement répugnant et tellement miikéen... 

Avec ces handicaps, j'ai trouvé que c'était un Miike moyen. Reste à savoir ce qu'en penserait un spectateur lambda... 

 

 

 

Venons-en maintenant à l'édition française. Elle est soignée : on a droit à un coffret cartonné qui se déplie. Profitons-en pour parler des bonus : Ils ont l'air d'être à l'image du film : ruisselant
Il y a une première partie sur le making-of, principalement la réalisation des scènes marquantes du film, les bien gores. Qu'on sache un peu les secrets de fabrication. Bon ce n'est pas des plus intéressant, c'est juste sympa.
Les interviews : les 4 intervenants successifs reviennent tous sur la fameuse scène de torture avec le corps du yakusa soutenu par des crochets. Bon... Miike revient un peu sur ses choix d'acteurs, la façon dont il les dirige, et parle un peu de son confrère Tsukamoto qui joue dans le film. Quant à ce dernier, on ne sait pas trop si il fait une critique ou si c'est de l'humour. Cette indétermination m'a fait sourire. La charmante Alien Sun, est moins sexy en vrai  Elle revient sur la composition de son personnage. Quant à Tadanobu Asano, il n'a pas grand chose à raconter. Le grand absent de ces interviews, c'est Nao Amori qui incarne Ichi... Bref un peu deçu par ces interviews.
J'ai beaucoup apprécié la présentation de Julien Seveon intitulé « Ichi's » qui présente et compare le manga et le film. Ca fait vraiment le tour de la question, aussi bien les autres mangas de Yamamoto pour en faire surgir des thématiques propres à l'auteur, que la réception du film. Vraiment intéressant.
Quant à l'OAV ''Episode 0 », voir la fiche Ichi the Killer The Animation: Episode 0.

Ne manque en fait qu'à ces bonus le téléfilm intitulé Ichi réalisé par Masato Tanno (assistant réalisateur d'Ichi The Killer).
Quand au livret consacré à Miike, Julien Seveon nous gratifie de ses connaissances. Là encore, la lecture nous en apprend beaucoup. Il y a quelques coquilles (certains espaces entre les mots sont manquants) et on aurait aimé avoir une photo du maître, histoire de chipoter
En bref on trouve un peu de tout dans les bonus, le meilleur aura été la french touch. 

 

 

 

Pour conclure : En regardant les bonus presque un mois après avoir vu le film, et en revoyant certaines scènes, je dois rajouter que les acteurs campent bien leur rôle, que le film est assez marrant et que les scènes gores qui sont disséminées dans le film - dans les bonus on ne voit que ça - effectivement elles sont gores justement Alors que si on regarde tout le film, elles sont noyés dans le flot de l'histoire. Là, dans les bonus, elles sont mieux mises en valeur. J'ai été ''sensibilisé'' à ces scènes atroces, alors que je n'y avais pas vraiment prêté attention en regardant le film. En bref un miike moyen quoique sympa." 

Docteur Spider, mon dixième miike, 05/12/06

Voir la fiche du manga : Ichi the Killer

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici