Hope

Hope

Titre original: 
So-won - Wish
Pays d'origine: 
Corée du sud
Genre: 
drame
Date de sortie originale: 
2 octobre 2013
Durée: 
122 minutes
Support: 
Cinéma, DVD

Avis

Le réalisateur Lee Joon-ik oscille entre deux types de films : ceux historiques en costume (Blades of blood, Battlefield Heroes), et ceux en rapport avec la musique (Happy Life, Sunny). Quel allait être le genre de ce nouveau film en sachant que c'était l'histoire d'une fillette agressée sexuellement, qui va faire le voeux que tout change... 

Sur cette base, je m'attendais à un deus ex machina : elle remonte dans le temps, la mémoire de ses parents est effacée, ou autre élément qui insère des éléments de fantastique dans le réel. Ba en fait non.  

Je ne m'attendais pas du tout à un film aussi dur, et aussi émouvant : les personnages s'enfoncent dans la réalité, et c'est très poignant. Plusieurs fois j'ai eu la gorge sèche et les larmes aux yeux. Les moments émouvants parce qu'ils sont tristes, et émouvants car ils sont beaux, s'enchaînent très bien, appuyés par une musique bien pensée. J'ai eu les nerfs à fleur de peau tout le long de la projection. Les acteurs jouent très bien. 

Le film s'achève sur un happy end, ce qui, pour un drame, est suffisamment rare pour être signalé. Le film prend aussi à rebours toute la série des thrillers dans lesquels les personnages se démènent en vain (Chaser (The) étant un exemple parmi tant d'autres). D'ailleurs le refus de rentrer dans une mécanique de vengeance, donc de destruction est acté par les personnages (la fillette empêche son père d'aller massacrer le violeur). La vengeance n'engendre que la violence, il faut au contraire essayer de se reconstruire, et reconstruire la famille.  

Il y a un petit micmac avec le titre du film. En coréen, le titre est So-won, c'est le prénom de la petite fille, qui signifie : espoir, ou Hope en anglais, c'est le titre qu'a choisi le FFCP pour le présenter à Paris. Par contre le titre international est Wish, qui est assez mal trouvé. Certes la petite fille souhaiterai que tout redevienne comme avant, mais elle ne vit pas dans un conte de fée... Par contre, le film se conclue sur une note d'espoir.  

Le message que veut faire passer le réalisateur est double : basé sur une histoire vraie, il s'agit d'une part pour Lee Joon-ik de changer notre regard sur les victimes de viol, qui en Corée (et ailleurs), sont ostracisées. D'autre part, le réalisateur plaide pour changer la loi coréenne : il n'est pas normal que l'état d'ébriété soit une circonstance atténuante pour de tels actes. Il s'agit donc d'un film qui s'engage.  

En un mot, Hope est un très beau drame, qui va vous prendre aux tripes. 

Docteur Spider, 29/10/13

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici