Hara-Kiri : Mort d'un Samouraï

Hara-Kiri : Mort d'un Samouraï

Titre original: 
Ichimei
Pays d'origine: 
Japon
Genre: 
drame
Éditeur français: 
Rezo Films
Date de sortie originale: 
2011
Date de sortie en France: 
2012
Durée: 
2h05
Support: 
DVD, TV
Prix: 
20€

Avis

C'est toujours un plaisir de découvrir un nouveau film de Takashi Miike. De plus, l'univers samouraï ne me déplait pas alors j'étais plutôt jouasse de pouvoir le regarder. Hara-Kiri est le remake du film Harakiri qui lui-même est l'adaptation du roman « Ibun rônin-ki » de Yasuhiko Takiguchi. N'ayant pas lu livre en question, je ne peux pas affirmer que l'adaptation soit fidèle. En revanche, le remake par rapport à l'adaptation est étonnamment fidèle. Les différences sont vraiment minimes. J'ai d'abord regardé la version de Miike et seulement après celle de Kobayashi, et ce qui m'a surpris c'est que le caractère un petit peu gore notamment lors du premier harakiri est présent dans les deux versions. Je pensais que c'était Miike qui n'avait pas pu résisté à faire durer les choses et être un peu cru mais non. L'adaptation est vraiment très fidèle pour une grande majorité du film. Ce qui change n'est vraiment que des petits détails que je vous laisse découvrir. 

Le film est très contemplatif. Les scènes sont « lentes », il y a peu d'action, beaucoup de dialogues. Pour autant, cela est intéressant. En effet, l'intérêt du film est de savoir ce qui poussent ces deux guerriers à vouloir se faire harakiri. Le procéder du flashback va alors être utilisé. L'histoire de ces deux guerriers permet la réflexion sur un thème intéressant : la stupidité du code d'honneur des samouraïs, le fait qu'il est figé dans le temps sans réussir à s'adapter. Ichikawa Ebizo XI qui interprète Hanshiro Tsugumo est charismatique. Il est agréable à écouter ce qui ne gâche rien.  

Visuellement, Hara-Kiri est très jolie. Le Japon du XVIIème siècle est très bien retranscrit. Certains plans enneigés ou encore les arbres à feuilles rouges sont vraiment agréable à regarder. Le caractère contemplatif prend alors un ton poétique. Bref, du tout bon. 

Musicalement, c'est très classique et efficace, on a le droit à tout ce qu'on peut imaginer en songeant au Japon de cette époque. Cela renforce l'immersion pour cet univers.  

Au final, Hara-Kiri est un très bon film qui permet à la nouvelle génération de découvrir ce qu'était que le code d'honneur des samouraïs, qui pousse à la réflexion sur les dangers d'un système qui n'évolue pas. Je le conseille à tous ceux qui aiment les films de samouraïs, qui voulaient découvrir Harakiri mais qui étaient rebuté par les films en noir et blanc. 

Par Seraphim, le 19/11/12.

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici