H

H

Titre original: 
H
Pays d'origine: 
Corée du sud
Genre: 
Thriller
Date de sortie originale: 
Décembre 2002
Durée: 
107 minutes

Avis

"Avec 6ème victime (La), H fait parti des premiers thrillers coréen mettant en scène la confrontation entre la police et un serial killer. L'accroche est la suivante : Plusieurs femmes sont retrouvées mortes. Le modus operandi reproduit celui d'un tueur en série qui s'était rendu à la police 10 mois plus tôt... 

Le rythme du film est assez routinier. Il s'agit d'une enquête ''normale'', avec son lot d'interrogatoires, de scènes de crime, et de fausses pistes. Les policiers se demandent pourquoi un type imite-t-il les meurtres d'un serial killer qui s'est rendu à la police. Et si il le connaît de quelque part. Pourtant le cas échappe vraiment aux policiers car il s'avère que rien ne puisse arrêter les meurtres. Quelle est la source de cette machination ? On va de twist en twist...

Je n'ai pas pu m'empêcher de faire le lien entre le fait qu'il s'agit du meurtre de femmes enceintes, et que l'un des inspecteurs est une inspectrice (personnage qu'on voit très rarement dans ce genre de films). Mais elle ne réussira à progresser dans son enquête que grâce à un homme. D'autre part, le coeur du drame, c'est qu'il y a des femmes qui essayent d'avorter. Donc au non de la vie, de la conscience et du bien être du foetus, le réalisateur prend position de fait contre l'avortement, c'est-à-dire contre le droit des femmes à disposer librement de leur corps. Le réalisateur reproduit sans même s'en rendre compte le machisme ambiant (le film Morsures avait construit son film de telle façon qu'il permettait de dénoncer la pression des hommes sur les femmes, hors ici je n'ai pas l'impression que le lien entre le contenu de l'enquête et l'enquêtrice soit conscient).  

Autre élément qui m'a fait tiquer : l'affiche est elle pertinente ? Un type avec sa clope au bec et son flingue devant un miroir, me renvoie plus l'image d'un Taxi Driver que d'un Se7ven. En fait, une fois qu'on a vu tout le film c'est plus clair : Il y a l'aspect ''je suis un dur'' du policier, c'est l'image qu'il renvoie, qui, comme dans toute tragédie contemporaine, va être ce qui va le perdre. Et au fond ce miroir, s'il nous renvoie bien une image, une apparence, dit-il vraiment quelque chose de nous, de notre personnalité. Bref il faut se méfier des apparences  Cette image renvoie à une phrase du serial killer, citant Nietzsche : Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. Mais bon, j'aurai été producteur du film, j'aurai mis une image suggérant une femme ayant subi une césarienne non consentante.

Enfin, pourquoi un tel titre ? Pour ça, il faudra être sage et attendre la fin du film

Au final H est un bon ptit thriller, même si le rythme n'est pas survolté, le film est bien mené. Par contre le réalisateur signe ici son premier, unique, et dernier film, il a disparu de la circulation, c'est bien dommage." 

Docteur Spider, 04/05/13

Commentaires

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

Vous êtes ici