Face Reader (The)

Face Reader (The)

Pays d'origine: 
Corée du sud
Genre: 
historique
Éditeur original: 
Snowbox/Mediaplex
Date de sortie originale: 
11 septembre 2013
Durée: 
142 minutes
Support: 
Cinéma, DVD

Avis

The Face Reader s'ouvre sur une personne semblant importante mais légèrement paranoïaque. On comprend très vite qu'il est l'homme le plus puissant de la ville mais craint la venue d'une personne pour le décapiter. Ce serait le plus doué des liseurs de visage de tout Joseon, Hyeong-nim, qui lui aurait fait cette prédiction. Ce qui le rend si particulièrement doué, c'est… Non, pour le comprendre, il faut déjà savoir ce qu'est un liseur de visage. A l'époque de Joseon, un liseur de visage était une personne capable de déchiffrer la nature des gens juste en regardant leur visage. Ils pouvaient par exemple savoir si la personne était plutôt gentille, enclin à la traitrise, un meurtrier aussi etc. Je pense qu'on peut faire le parallèle avec un mentaliste ou/et un profileur. Ils pouvaient donc potentiellement savoir s'ils étaient responsable d'un crime commis ou s'ils allaient trahir leur souverain par exemple mais aucunement prédire l'avenir avec certitude. On apprend donc en début de film que Hyeong-nim a ce don. C'est ce qui le rend si exceptionnel. Le pitch est plaisant mais j'avoue ne pas être fan de l'époque Joseon, surement par manque de connaissance. Cela dit, avec des acteurs tels que Song Kang-ho (Host (The)) et Lee Jung-jae (Housemaid (The)), j'avais quand même très envie de voir ce film ! Pourtant, ce n'est pas la première fois que je vois un film se dérouler à cette époque. Il y a eu Le Roi et le Clown qui est un excellent film par exemple. C'est parti pour plus de deux heures de films… De pur bonheur ?  

L'histoire de The Face Reader commence doucement, on y découvre le reste d'une famille dévastée par la « Haute Société » et dont les membres sont sur le point de prendre des chemins différents afin d'améliorer leur condition. Va s'en suivre des conflits politiques dont Nae-hyeong va avoir un rôle important à jouer. L'histoire est passionnante à suivre, la dureté de cette époque est bien retranscrit, le film gagne en intensité au fur et à mesure que les minutes défilent. Chaque acteur joue très bien leur rôle, mais mention spéciale à Song Kang-ho. Ce gars est trop bon. Je suis fan, il joue avec une telle justesse et une telle intensité que c'est beau à voir. Certains passages du film m'ont vraiment ému et mis les larmes aux yeux tellement c'était beau à voir et fort. 

Concernant la réalisation, il n'y a pas grand-chose à dire, on approche de la perfection. L'époque Joseon semble bien retranscrite, les images sont jolies, c'est bien filmé. Le réalisateur ne me disait rien mais en fait il s'agit de Han Jae-rim. Ce bonhomme fait partie de la relève du cinéma coréen. Assez jeune (1975), il n'a réalisé que peu de films, mais dont le très bon The Show Must Go On que je vous recommande chaudement. En soi, Han Jae-rim est un nom à surveiller à l'avenir. 

La bande sonore est divine, que ce soit concernant les bruitages que des musiques. En à peine 5 minutes, mes oreilles avaient déjà été comblées deux fois, et ce n'était qu'un début ! Les musiques sont tantôt guillerette, tantôt grave, toujours en accord avec ce qu'il se passe à l'écran. Mais plus que de coller à l'action du film, elles sont vraiment jolies à écouter, même sans image pour l'accompagner. Et ça, j'aime ! 

Que dire de plus ? Que le film a été taillé pour être un succès au box-office et qu'il fait partie des quatre films qui ont fait beaucoup d'entrées (plus de 6 millions) en très peu de temps. Et son succès est mérité, ce film est une pépite à tous les niveaux, que ce soit son histoire, ses personnages charismatiques et attachants, sa musique excellente ou encore sa réalisation de haute volée. Bref, regardez-le si vous en avez l'occasion, vous ne devriez pas être déçu. Et si vous aimez, dans le même genre je vous recommande Le Roi et le Clown

Par Seraphim, le 13/10/14. 

 

Inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.

 

Vous êtes ici